Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2009

In the mood for boire - Episode 2


Ma (presque) vie de château

 

Je vous avais laissés il y a deux jours au sortir d'un cours d'oenologie où, miracle de l'apprentissage, je suis passée d'une totale incompréhension de la vigne à un nez capable de détecter les arômes de poire et de miel dans un Sauternes..

Mmmmm... Le Sauternes..

Au passage, si vous voulez une formation c'est 150 euros de l'heure..

Y'a pas de petit profit.


Pour parfaire notre formation, direction le terroir de l'Entre-deux-mers, et plus précisément le chateau de Camarsac où nous avons été reçues par le propriétaire Thierry Lurton, un homme totalement passionnant et passionné qui vous donnerait envie de troquer votre F4 en ville pour un carré de vigne à cultiver dans le Bordelais.


Les gens comme lui, on devrait les déclarer trésor national comme au Japon et leur embrasser les chaussures avec vénération.


Après un déjeuner de cochonailles - au passage, je suis actuellement en train de faire changer intégralement mon sang, l'ancien étant totalement saturé de graisses après la première couche de charcute de la veille - de cannelés maison dont je me suis baffrée au mépris de la plus élémentaire bonne tenue, le tout accompagné d'une sélection des vins du domaine, histoire de ne pas perdre la main, Thierry Lurton nous a fait visiter ses chais et son domaine en nous expliquant son travail et son amour de la vigne.

IMG_6468.JPG

IMG_6471.JPG


Visite complétée par un tour historique du château qui date, pour sa partie la plus ancienne, du XIIIème siècle.

Et dont je ferais volontiers ma résidence secondaire. Du coup, j'ai demandé à Thierry s'il voulait bien m'épouser. Malheureusement, sa femme n'était pas d'accord.

Loupé.

IMG_6478.JPG

IMG_6488.JPG

 

IMG_6467.JPG
IMG_6485.JPG

C'est bien dommage. Vous en conviendrez, non ??


Nous nous sommes arrachées de ce cadre enchanteur avec en prime un cadeau du chatelain : un pot de gelée de vin à déguster avec du fromage (une tuerie)  pour filer sur Saint-Emilion visiter la magnifique petite ville - qui vaut vraiment le coup d'oeil. (mes photos de Saint Emilion sont loupées, on ne voit rien, inutile de vous les montrer)...

Et rencontrer Murielle Andraud, propriétaire et exploitante d'un domaine. Avec son mari, Jean-Luc Thunevin, alors qu'au départ, ils n'étaient pas du sérail local, ils ont progressivement acquis des parcelles et conçu leur propre vin (au début dans leur garage, ne possédant pas de chais), aujourd'hui très côté auprès des amateurs en général, et du guru du vin, Robert Parker, en particulier. Robert Parker ayant même surnommé Jean-Luc Thunevin le "bad boy" de Saint-Emilion, à cause de ses méthodes originales, le vigneron s'est amusé à donner ce nom à un de ses vins.


Evidemment la visite s'est terminée par quoi ? .... Une dégustation.. Dans le bar à vin commercialisant les crus du domaine.

IMG_6495.JPG

Ou l'on speake englishe wizze the french accent..

IMG_6502.JPG
Où il y a plein de bonnes bouteilles à boire

IMG_6501.JPG
Dont le fameux "bad boy"


Une dernière provision de macarons de Saint-Emilion, recette des religieuses locales, de cannelés, sans oublier un très bon Saint-Emilion grand cru pour le meuri (je ne me suis pas moquée de lui, je peux vous dire) et retour sur Bordeaux pour notre dîner au restaurant le  7ème péché..

Dîner tout en saveurs subtiles et en contenant originaux ... accompagné de quoi ? Je vous le donne Emile.. DU VIN ... voilà, vous avez deviné..

IMG_6516.JPG

Assortiment de mises en bouche - si si ça se mange, très bien même...

IMG_6517.JPG

L'indispensable foie gras, version artistique..

IMG_6519.JPG
Non ce n'est pas un alien c'est un assortiment de légumes dans leur jus..
IMG_6520.JPG
Le fondant chocolat et quenelles de mangues..

(oui je  sais c'est pathétique, au lieu de vous montrer des paysages, je vous détaille mon dîner)..


Autant vous dire qu'après une journée passée à picoler et à se remplir la panse, nous étions plutôt au taquet. Et que, après le dîner j'ai regardé mon lit au fond des yeux comme s'il venait de m'offrir un solitaire douze carats..


Mais le week-end n'est pas encore terminé. Demain je vous raconte, pour finir,  comment j'ai découvert mon point O et tenté ma chance dans un autre château..

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (28) | Tags : bordeaux, vin, oenologie, saint-emilion, dîner, restaurant | |  Facebook | |  Imprimer | |

27/10/2009

In the mood for Boire...

1ère partie : TU VAS LE GOUTER TON VERRE, OUI ???


Le vin et moi n'avions pas jusqu'à présent trouvé un terrain d'entente.

L'idée d'un week-end de dégustation oenologique était donc pour moi aussi biscornue que d'amener un fan de Motorhead à une représentation de la Flute Enchantée de Mozart ou d'envisager une expédition polaire en compagnie de Paris Hilton.


Mais je ne suis pas femme à rester sur un échec. Et comme désormais j'ose tout, y compris l'impossible, y compris même affronter la province et ses dangers - vous savez comme moi qu'en province la campagne est dangereusement près des villes, que les indigènes ne parlent pas la même langue que nous et qu'ils ont des moeurs étranges comme ramasser les champignons, par exemple - j'ai pris ma valise d'une main, mon Voici dans l'autre (saine lecture pour la route) et sauté vendredi après-midi dans le TGV direction Bordeaux avec la grâce d'un hippopotame femelle à qui on aurait promis une triple ration de foin.


Pour un week-end d'initiation vinicole.

Je le redis pour les éventuels lecteurs qui auraient déjà perdu le fil.


Après une arrivée groupée, où j'ai récupéré Frannso qui m'a sauté dessus comme un pou sur une tignasse, nos valises posées dans un hôtel du centre de Bordeaux, juste le temps de se rafraîchir et hop, direction un sublime bar à vin pour une première dégustation accompagnée de charcutaille locale mais néanmoins... locale.

En compagnie de notre charmante hôtesse, Catherine qui nous a supporté pendant deux jours avec une gentillesse confondante. Et de notre guide spécialisée dans le vin, Nathalie

IMG_6444.JPG
IMG_6445.JPG



Je ne peux pas vraiment dire que cette première dégustation m'a réellement bouleversé..

En revanche pour colmater la descente de jaja, j'ai avalé tellement de tartines de charcute que mon taux de cholestérol est au taquet pour les deux ans à venir.

Enfin bref.


Dégustation suivie d'un diner dans une brasserie du centre de Bordeaux au menu ... comment dire ... bon, très bon mais du style à revigorer l'équipe de France de rugby à XV avant qu'ils affrontent les All-Blacks.

Entre les tartines de charcute de l'apéro, l'entrée et le plat, j'étais tellement lestée que je n'ai MEME PAS PRIS de dessert..

Rendez-vous compte.


Lestée et également un peu pompette, je dois l'avouer. Si bien que Frannso et notre hôtesse Catherine m'ont ramené à l'hôtel qui devait se trouver à la distance pharamineuse de 2 minutes à pied du restaurant de peur que je me perde dans la nuit Bordelaise...

Et qu'une fois rentrée à l'hôtel j'ai rappellé Catherine au téléphone pour la persuader que le passage à l'heure d'hiver avait lieu dans la nuit. Elle a du user de toute sa diplomatie pour m'expliquer très lentement que non, le passage à l'heure d'hiver se faisait le lendemain, dans la nuit de samedi à dimanche... Et que je ne la dérangeais pas, mais qu'en revanche, il faudrait vraiment que j'aille me coucher..

Ce que j'ai fait.

Après une nuit réparatrice, passage au choses sérieuses.

Cours d'oenologie..

Le matin, oui, carrément après le petit dej'.

Il paraît que c'est le moment où les papilles sont le plus ouvertes.. Comme les chakras en fait.

Et là révélation : Nathalie nous a patiemment expliqué le terroir et l'origine des vins de Bordeaux. Leur "fabrication" - les vins de Bordeaux sont des assemblages de plusieurs cépages contrairement à d'autres terroirs qui sont mono-cépages. Mais aussi ce qu'est une caudalie (la persistance du vin en bouche mesurée en temps)  comment reconnaître l'âge d'un vin par sa couleur, identifier les différents arômes, pratiquer l'examen olfactif puis gustatif et enfin à savourer le divin breuvage..

Et je vous assure qu'au bout de deux heures, moi qui jusqu'à présent ne sentais pas grand chose d'autre qu'une odeur d'alcool quand on me mettais un verre de vin sous le nez, je peux désormais me la péter dans les diners en ville en disant "chérie ton vin est jeune, 2-3 ans maxi, et il a des arômes de framboise, je dirais à vue de nez un Bordeaux Clairet 2007"

La classe.

En plus d'apprendre à identifier le vin, je suis tombée dans le Sauternes. Carrément au fond de la cuve on pourrait dire..

C'est-à-dire qu'au lieu de le recracher lors de la dégustation comme il est d'usage, j'ai - euh comment dire - avalé l'affaire..

Plusieurs fois de suite, même..

Et ce n'était qu'un début.


IMG_6456.JPG

 

IMG_6454.JPG


IMG_6458.JPG



Jeudi je vous expliquerai comment j'ai failli devenir chatelaine et mangé de la cuisine moléculaire. Mais bonne.. Très bonne..

Demain on alternera avec... vous verrez bien..

Z'avez qu'à revenir demain après tout

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (30) | Tags : bordeaux, vin, week-end | |  Facebook | |  Imprimer | |

25/10/2009

Je suis pas là ... Encore


Oui, en ce moment même je me roule dans l'oenologie et le Bordelais..

Je sais, je suis une vilaine fille je n'ai pas été très présente sur vos blogs cette semaine (ni même sur le mien d'ailleurs)

C'est mal.

Mais les évènement se sont un poil bousculés.. Juste un poil d'ailleurs.. Et la semaine prochaine tout devrait revenir à la normale..

Quoique, va savoir.

En attendant, demain les résultats de l'Enooooorme concours... Vous avez encore jusqu'à CE SOIR POUR VOTER et faire la différence pour vos CHERRRRRRRIIIIIS

(en mode hystérique)

 

ICI en vous aidant du pearltree de Gael qui vous permet de visualiser la plupart des articles en lice très rapidement (sinon TOUS les liens sont dans l'article)


l'énooooorme concours

 

Je t'aime mon public et on se retrouve très vite

(là je suis bourrée)

 

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : vin, bordeaux | |  Facebook | |  Imprimer | |