Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/04/2011

La semaine du boulet joue les prolongations

A peine avais-je fini de me gausser de mes contemporains lourdingues, que l'univers s'est vengé de façon magistrale..

 

Tout a commencé par un innocent coup de fil disant "ah ça fait une paye qu'on ne s'est pas vues, ça te dirait un petit thé toutes les deux" ?

 

Après tout, un petit thé ça ne se refuse pas.

Là où mon alarme personnelle aurait du se déclencher c'est quand cette première phrase a été suivie de "dimanche je suis dans ton quartier, je passe te voir vers 3/4 heures"

Ordinairement, je n'aime pas qu'on vienne perturber mon dimanche en m'obligeant à sortir les gateaux secs.

Ordinairement, je n'aime pas qu'on vienne me perturber chez moi tout court, j'ai horreur de recevoir.

Ordinairement, les seuls individus qui parviennent à passer le seuil de mon appartement sont passés à la décontamination et invités à remplir une enquête psychologique.

Ordinairement je suis fêlée.

 

Le dimanche arrive donc sous un soleil radieux et je suis coincée chez moi avec mon thé et mes gâteaux car obligée d'attendre Germaine qui passe donc vers 3 ou 4 de l'aprem'

Dans le créneau indiqué (à sa décharge, elle a été carrée sur l'heure) le carillon de ma porte retentit, j'ouvre l'huis, après avoir vérifié que mon 357 magnum est prêt à servir, et je trouve sur le pas de la porte ..

.. Un truc qui ressemble vaguement à une copine que je fréquentais un peu il y a quelques mois/années. Mais format bibendum. Et qui m'inspire irresistiblement l'envie de chanter la chanson d'Aznavour "tu t'laisses aller, tu t'laisses aller"...

Prendre du poids ça arrive à tout le monde, mais le cheveux gramouillé, la liquette pendouillante et pas très nette, le vernis écailllé, je l'ai connue nettement plus glamour.

Après quelques formalités d'usage "tu vas bien" "oui et toi" "les enfants" "oui, ça va" "et toi" "oui pas mal", Miss France rentre direct dans le vif du sujet sans préliminaires : elle s'effondre et me raconte que son mari la trompe depuis plusieurs mois.

Je précise que c'est une "copine" pas une "amie" et que je ne la connais pas tant que ça...

Entre deux hoquets, car Germaine a ouvert les vannes, je reste désemparée et me cache dans la cuisine en prétendant faire chauffer l'eau pour live-twitter mon désespoir, le sien et hurler à la face de l'univers

POURQUOI ????

Oui, pourquoi, moi alors que je pourrais être en train de boire un mojito sur une plage Bulgare ?

Mais Germaine ne désempare pas et me déballe les détails sordides de son cocufiage : où, avec qui, quand..

J'essaye tant bien que mal de trouver les mots pour venir à bout de sa détresse. Mais rien ne vient. Ma capacité d'empathie étant très basse, je suis handicapée du réconfort.

C'est à ce moment que Germaine, pour me prendre à temoin de la gravité de la situation,  saisit son portable et appelle l'adultère époux et que sa partie du dialogue passe du sanglotant au hurlement..

pendant que dans le téléphone l'autre protagoniste chuchote "arhqhhgfgqgRERETETERRpfsschehhe"

Je suis paralysée au milieu de mon salon. Mon cerveau se met en mode panique et mes neurones tentent de trouver une issue de secours à Tchernobyl numéro 2 le retour.

Germaine finit par raccrocher et j'arrive à la persuader de rentrer chez elle se calmer en commettant tout de même une petite erreur. Sur le pas de la porte je lui lâche "tu me tiens au courant, hein"...

 

... Ce qu'elle fait dès le lendemain, en m'appelant hystérique au boulot, en plein milieu d'une réunion.

Dont je suis sortie pour lui dire (enfin) ma façon de penser en lui demander d'éviter dorénavant de me casser les couilles que je n'ai pas avec ses conneries et qu'il n'y a pas marqué "bureau des pleurs" sur mon front

Avant de lui raccrocher au nez.

 

2011 sera donc l'année où je me débarrasse petit à petit de toutes mes anciennes copines.

Je finirai seule en compagnie de mes chats.

 

Ce qui, au vu de la qualité des relations que je pouvais avoir, est finalement un moindre mal.

CLASSE.jpg

 Ceci est ma photo de classe de seconde.

Le jeu du jour est "trouvez Manu"

Un indice : je précursais déjà vachement la fasheune.

 

 

 

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (21) | Tags : copines, boulet, adultère | |  Facebook | |  Imprimer | |

08/04/2011

La semaine du boulet - Chapitre final - Le boulet familial

Famille nombreuses, familles heureuses.

Sauf que je connais peu, voire pas de familles grandes ou petites qui n'ait pas son original, son mouton noir, son casse-pied, son fainéant, en bref, son boulet.

De la tante farfelue qui ne s'habille qu'en rose, en passant par le grand-père caractériel, la cousine hystérique, en allant vers des cas plus lourds,  il est rare qu'une parentèle n'ait pas son secret plus ou moins honteux.

En ce qui me concerne ma famille est composée d'une palette de brindezingués totaux allant de l'illuminé au mythomane en passant le dépressif chronique.

Pour ma sécurité mentale, et la sauvegarde de ma tension arterielle, j'ai fait une croix dessus.

A part mes parents, je ne vois plus personne.

Et je suis heureuse de m'en être tirée à bon compte. A part quelques phobies, un taux d'angoisse normalement élevé, et un caractère de merde, j'ai échappé au pire.

Je ne me trimballe donc plus que quelques boulets beaux-parentaux qui ont pour seul tort d'être au mieux ennuyeux, au pire casse-couilles deux/trois fois par an.

Coucou, la belle-famille, si vous me lisez...

Et ma mère qui est un genre de Gengis Khan du 3ème âge et que je m'attends à devoir aller récupérer au commissariat pour outrage à agent et désordre sur la voie publique un de ces jours.

 

En revanche, pour d'autres... La famille c'est un peu un chemin de croix..

Le pire cas que j'ai pu croiser fut une copine de lycée (oui, encore une copine, j'en ai eu une collection assez gratinée), qui, un jour de trop plein, s'effondra dans mes bras en pleurant avant de me déballer la litanie de son hérédité tordue.

Des grands parents maternels cousins germains (oups). La grand-mère aux fraises qui n'hésitait pas à se mettre nue à la fenêtre en hurlant à la mort.  Une mère accro aux médicaments et stone 23 heures sur 24, un père qui du coup s'était tiré avec sa belle-soeur (la soeur de sa femme) nymphomane qui se tapait tout ce qu'elle trouvait sur son chemin. Un demi-frère, qui était aussi son cousin, donc, agité et hyperactif et une demi-soeur en échec scolaire total.

 

Une tante interdite de casino, une autre qui en était à son 4ème ou 5ème mariage au bout duquel elle se faisait immanquablement plaquer. Avec un gosse en plus à chaque fois. Ses cousins étant tous soit caractériels, soit débiles. Un oncle au zonzon pour escroquerie. Une cousine call-girl (boh, y'a pas de sot métier). Un autre cousin disparu corps et bien en Amérique du Sud lors d'un voyage. Enfin, en feu d'artifice des arrières grands-parents pétainistes et collabos.

 

Seul ilot de normalité dans cette jungle hostile : elle-même et son frêre. 

Elle était contente d'avoir échappé à la fatalité génétique, mais sa famille était parfois quand même un boulet difficile à traîner au quotidien..

Je suis certaine qu'en ce moment vous vous dites que votre belle-mère collante est finalement un petit, tout petit souci...

Voilà.

Le seul problème du boulet familial c'est qu'il est plus compliqué de s'en débarrasser qu'un autre.

Après, le cyanure c'est pas fait pour les chiens non plus.

benedikterichardgroup.jpg

 

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : boulet, famille | |  Facebook | |  Imprimer | |

07/04/2011

La semaine du boulet - Chapitre IV - Le boulet à 2 de QI

Je n'intitulerai pas ce billet "le boulet blonde" car mes copines féministes risquent encore de m'engueuler.

De plus chez nos amis les bêtes, euh pardon les hommes, il y a également quelques très jolis exemples de boulets blonds à 2 de QI.

Attention à ne pas confondre le boulet à 2 de QI avec le boulet mou décrit hier.

Le boulet mou finit par comprendre ce que vous lui expliquez après une période variable de zéro à ... beaucoup de temps.

Le boulet à 2 de QI ne comprend jamais. Rien. Définitivement.


Et vous pompe votre oxygène à tenter de lui faire comprendre des choses qu'il ne comprendra jamais de toutes manières.


Ceci dit le boulet à 2 de QI a un avantage : il vous met sur un piédestal intellectuel. A côté de lui vous rayonnez d'intelligence et de vivacité.

C'est probablement pour cela qu'on en garde tous un ou deux sous le coude..


Exemples

"Maman tu peux me donner 20 euros ?"

"Non j'ai absolument rien sur moi"

"Bon ben donne moi 10 euros alors"

Fils boulet à 2 de QI blond vénal et obstiné

 

"J'adore la voix de Bernard Henri Lévy"

"Euh qui ?"

"Mais tu sais bien, Bernard Henri Lévy, celui qui chante l'envie d'aimer dans les 10 commandements, il chante troooop bien"

Copine boulet à 2 de QI philosophile

ooooo000000ooooooo

"Mon livre préféré est Zadig et Voltaire"

Frédéric Lefebvre boulet politique à 2 de QI, icône twitter

 

ooooo000000ooooooo

"Votre nom c'est bien Mme Manu Amanu ?"

"Non Manu Emanu"

"Ah avec un A, donc"

"Non avec un E"

"Donc Amanu"

"Non Emanu"

"Ah oui, et ce colis est pour vous"

"Non c'est celui de la dame à côté"

"Vous êtes sure ?"

"Oui c'est écrit dessus"

"Ah ben oui"

Et le postier à 2 de QI me tend.. l'autre colis. Bougez avec la Poste.


ooooo000000ooooooo

 

La vendeuse de chouzes "y'a pas grand monde en ce moment, naaaan ?"

Manu "euh, oui, ce sont les vacances, et peut-être que les gens vont moins dans les magasins aussi"

La vendeuse "ah bon, purkewwaaaa ?"

Manu "ben, la crise, quoi, les gens ont moins d'argent, il y a aussi beaucoup de gens au chômage"

La vendeuse "aaaah ?" - appel d'air dans le cerveau - "il y a beaucoup de gens au chômage ? Je ne savais pas, je ne regarde jamais les infos..."

ooooo000000ooooooo

Copine : "toi qui a voyagé tu me conseilles quoi pour les vacances ?"

Manu "je sais pas tu veux faire quoi ?"

Copine "oh ben pas trop loin et pas trop cher, j'ai pas beaucoup de sous, et puis c'est surtout pour me reposer au soleil, hein"

Manu "tu peux aller en Tunisie, c'est bien et pas cher pour ce que tu veux faire"

Copine "oh ben oui, mais je parle pas la langue"

Manu "mais ils parlent tous français, dans les hôtels"

Copine "ah c'est bien, dans l'hôtel je pourrais demander mon chemin alors"

Manu (au bord de l'asphyxie) "c'est vrai, c'est pratique, au cas où tu te perdes dans l'hôtel"

Copine "ah parce qu'on se perd dans les hôtels" ?

 

 

Bonne journée.

Ne gloussez pas trop, ça va nuire à votre image

 

test-qi-fiable.jpg

 

06:05 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : boulet, qi, blonde | |  Facebook | |  Imprimer | |

06/04/2011

La semaine du boulet - Chapitre III - Le boulet mou

Dans la série nos boulets nous aiment, détestons-les en retour il y a une catégorie qui fait particulièrement monter mon exaspéromètre en flêche.

Les mous.

Non pas que je soit un exemple de dynamisme effréné ni du "levons-nous tôt et travaillons plus pour gagner moins"

Paresse et procrastination seraient même mes 2ème et 3ème prénoms.

Mais quand j'y vais, j'y vais. Avec armes et trompettes. Et pas question de mollir du coude. 

Ce serait même carrément la tornade blanche en action.

C'est pourquoi avoir face à moi un espèce de chewing gum qui, quand je lui demande de se secouer le popo, me répond "ben ouais, quoi, on arrive, y'a pas le feu.."

me met un poil en transe.

Il y a deux catégories principales de boulets mous.

Le boulet mou physique : celui ou celle qui a les bras aux genoux, qui arrive à deux à l'heure quand vous êtes pressée, et qui à la vitesse de motricité d'un paresseux sous prozac. Exemple l'ado mâle, les vendeuses de certains magasins, le rasta fan de Bob Marley.

 

Le boulet mou mental : celui ou celle qui pige tout douzes marches après tout le monde ou après de longues, de très longues explications. Exemple, le boulet de stage qui retarde le groupe, l'inévitable collègue que tout le monde voit arriver en soupirant, la tante Raymonde a qui vous tentez d'expliquer la situation en Libye.

 

Certains heureux mortels cumulent d'ailleurs les deux qualités. Comme le boulet mou ultime : le personnage de Dany, joué par Jean-Pierre Darroussin dans "mes meilleurs copains" (si vous ne l'avez pas vu, procurez-vous ce film indispensable)

 

 

Pour moi qui ait la comprenette assez rapide et la patience d'explication d'un buffle chargeant à pleine vitesse, le boulet mou mental est l'équivalent de la douleur causée par un dentiste forant par erreur une dent saine avec sa fraise.

 

Probablement pour me punir de mon mauvais fond, l'univers en place d'ailleurs régulièrement un sur mon chemin.

A qui je dois expliquer encore et encore l'impact géostratégique des révolutions au Maghreb sur les approvisionnements pétroliers.

C'est pourquoi le parquet de mon appartement est strié de rayures causée par la crispation des mes ongles sur le parquet..

Resterait à se demander si le boulet a un sexe....

Boulet ? Boulette ?

Peu m'importe.

Au fil des années, j'ai fait mienne cette implacable sentence de Napoléon Bonaparte : 

"Le boulet qui doit me tuer n'est pas encore fondu"...

 

Juste pour vous le best of de Darroussin dans mes meilleurs copains

 

 

Et un grand merci à Guy Birenbaum qui a pris la peine de rédiger la conclusion (en violet) de cet affligeant opus alors que je séchais lamentablement dessus hier soir !!

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : boulet, mou, mes meilleurs copains | |  Facebook | |  Imprimer | |

05/04/2011

La semaine du boulet - Chapitre II - Le boulet informatique

Je peux d'autant mieux me glousser du loser cybernétique que j'en fus un moi-même.

Oui c'est difficile à croire, je sais, vu ma dextérité actuelle, mais il y a environ 5 ans tu me disais "CTRL V & CTRL C" je te répondais "gné ??", le web 2.0 était une planète inconnue (voire dangereuse), et un ordinateur un ennemi maléfique destiné à me faire piquer des crises d'hystérie.

 

Avec une intelligence brillante (qui a dit "surtout quand on passe du vernis dessus" ?)  et un peu de pratique, j'ai réussi à m'en sortir. Ce qui n'est toujours pas le cas de tout le monde. Ma mère (82 ans) est par exemple plus calée en photoshop que certains djeuns qui ont les deux mains dans la même souris..

Exemples

 

Cas n° 1 - le novice

"Bon faut vraiment que je m'y mette, sans ordinateur, ça devient difficile"

"Tu veux t'acheter un ordi ?"

"Oui, tu me conseilles quoi ?"

"Ca dépend, tu a grosso modo 2 types d'OS Windows ou Mac (sans parler de Linux, je t'expliquerai plus tard). Les deux ont leurs avantages et leurs inconvénients. Après ça dépend de ce que tu veux faire de ton ordi : du web, du graphisme, ou encore des jeux. Là il faut regarder le processeur, la capacité mémoire, la carte graphique. Tout est possible. Tu veux quoi en fait ?"

"Oh ben juste un ordinateur"

Mes copines sont blondes, mais mes copains aussi.

 

 

Cas n° 2 : le novice s'est acheté un ordinateur

"Là je l'ai allumé, et il ne se passe rien"

"Tu l'as connecté à ton réseau ?"

"Euh"

"Va dans les options internet, et fais une recherche réseau"

"Oui, les options voilà, c'est où ?"

"Je ne sais pas ça dépend de la configuration de ton ordi et de tes programmes"

"Mais quelle est la différence entre l'ordi et les programmes ?

"Ben l'ordi c'est juste la boite, les programmes c'est ce qui le fait tourner"

"Ah bon ? Mais du coup je fais comment pour internet ?"

J'exagère à peine

 

Cas n° 3 : le boulet blog

"Ca y est j'ai ouvert mon blog, je voudrais le personnaliser maintenant"

"Ok donc, tu vas dans le back office"

"Le quoi ?"

"L'arrière cuisine, l'atelier de ton blog quoi, l'administration"

"Ah oui ça y est j'ai trouvé... Ah mince j'ai voulu changer un truc et mon blog est tout de travers"

"C'est probablement un petit souci dans le code HTML"

"Le quoi ? (encore)"

"Les lignes de codes informatiques qui font que ton blog tient debout"

"Parce qu'il faut un code pour rentrer dans mon blog ?"

Véridique

 

Cas n° 4 : le boulet réseau social

"C'est quoi twitter ?"

"Un genre de messagerie instantanée où les gens laissent leurs impressions, leurs idées.."

"Ah bon, mais tu les connais ces gens ?"

"Pas toujours, majoritairement, non"

"Mais pourquoi tu parles avec eux, alors"

"Parce qu'ils ont parfois des choses intéressantes à dire"

"Ca a l'air drôle, je m'y met"

....

"Mais je suis toute seule dessus, là"

"(soupir) oui, il faut que tu trouves des followers avec qui échanger"

"Des quoi ?"

"Des followers, des abonnés, qui te suivent"

"Et c'est payant de s'abonner ?"

 

Vécu récemment.

 

 

Boulets assimilés : le boulet bricolage, le boulet cuisine, le boulet décoration. Peut-être couplé avec le boulet QI minimaliste. Ca marche très bien ensemble. 

 

images?q=tbn:ANd9GcT4DOvlRA9EwGgDOaFoWTkYlGGOcsQ5AaND-OVAgfJP2P37Ub_Vrg

 

 

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (32) | Tags : boulet, informatique, pc, mac, blog, twitter | |  Facebook | |  Imprimer | |

04/04/2011

La semaine du boulet - Chapitre I - Le boulet sentimental

 

Aujourd'hui, début de la grande semaine du boulet où nous allons passer en revue tous les individus qui nous siphonnent notre énergie et nous titillent l'hypophyse à longueur de temps.


Pour démarrer, le boulet sentimental.


J'ai eu, comme tout le monde, à traîner des boulets sentimentaux. Et encore récemment, j'ai du expliquer un peu brutalement à une de mes (désormais ex) copines que ses déboires en boucle commençaient légèrement à me courir sur le haricot. J'en avait fait un billet que je recycle honteusement aujourd'hui.


Parce que se faire plaquer sauvagement par un ou une malotru(te) ça peut arriver à tout le monde.


Mais quand on devient une sérial-plaquée, qui inonde toutes ses relations de ses déboires sentimentaux en boucle, parce qu'on choisit systématiquement des hommes mariés ou qu'on traîne ses conquêtes choisir les alliances au bout de 2 jours de relation, on tombe dans la catégorie... boulet.

 

 

 

Elle : (sanglots) allo (sanglots)


Manu : qu'est-ce qui t'arrives encore (agacement)


Le meuri (en fond) : groumpf


Elle: il n'est pas venu, tu te rends compte, je l'ai attendu toute la soirée, il n'est pas venu. Et il ne m'a même pas appelée.


Manu : ben il a du avoir un empêchement vu la situation.


Elle : Mais il m'avait promis de parler à sa femme. il me l'avait promis. (re sanglots).


Manu : (exaspération) bon écoute, je te l'ai déjà dit, si tu fréquentais AUTRE CHOSE que systématiquement des hommes mariés tu aurais moins de problème.


Elle : mais je l'aime, c'est l'homme de ma vie. Je le sais, c'est le bon cette fois.


Manu : comme les douze fois précédentes.


Elle : je t'assure, il me l'a dit, il va quitter sa femme, il n'y a plus rien entre eux. Le temps de régler deux/trois points pratiques.


Manu : mais bien sur. Et il t'a certainement dit qu'il ne la touchait plus, non ?


Elle : comment tu le sais ?


Manu : parce que les douze précédents t'ont servi la même soupe à la truffe. Et que la truffe, c'est toi.


Elle : tu es odieuse, je te l'ai déjà dit.


Manu : oui, mais je fais comme toi, je n'en tiens pas compte.


Le meuri : groumpf groumpf


Manu : maintenant, si tu veux bien m'excuser, j'ai une soupe et une tisane qui m'attendent. Toi tu as tes histoires de fesses, moi j'ai mes histoires de mamie.


Elle : (sanglots) tu es horrible, je te souhaite un jour d'être au fond du trou et de n'avoir personne pour te tendre la main.


Manu : c'est probablement ce qui va arriver. Autre chose ?


Elle : et ce n'est pas la peine de me rappeler.


Manu : ça ne risque pas.


Elle : raccrochement rageur.


Le meuri : y'a quelque chose à la télé ?


Manu : boh, rien, comme d'hab...

 

 

Culotte-de-Bridget-jones.jpg


06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : boulet, sentimental, copine | |  Facebook | |  Imprimer | |

31/03/2011

Bijour, c'est pour un sondage

 

A la demande générale de mon vaste public de 2 personnes, je compte faire à partir de lundi prochain la semaine du boulet.

5 jours seront consacrés nos amis lourdingues qui nous pompent l'air avec délice et délectation.


J'ai quelques profils en ligne de mire, qui me courent particulièrement sur le haricot, 

 

  • Le boulet informatique : que j'ai moi-même été, mais grâce à ma grande intelligence j'ai su sortir rapidement de cette catégorie infamante

 

  • Le boulet sentimental : la copine qui vous appelle à une heure du matin pour dire qu'elle vient de se faire plaquer pour la 30ème fois consécutive

 

  • Le boulet mou : le "qu'est-ce que je peux faire, j'sais pas quoi faire" ...

 

  • Le boulet 2 de QI : à qui il faut tout expliquer, tout le temps, partout, et qui ne comprend jamais rien

 

  • A l'inverse le boulet "je sais tout" : qui sait tout, sur tout, tout le temps et qui donne des leçons à tout le monde.

 

  • Le boulet planant : qui est tellement déconnecté de la réalité qu'il faut l'attacher au sol avec un câble

 

  • Le boulet feu au cul : qui a un objectif sur terre et un seul : coucher avec tout ce qui bouge.

 

  • Le boulet poissard : qui balade la scoumoune systématiquement sur tout ce qu'il entreprend. Et vous en fait bénéficier au passage

 

  • Le boulet gnangnan : fan de Barbara Cartland et des poneys rose

 

  • Le boulet familial : qui peut concentrer à lui tout seul les caractéristiques précédentes

 

Du coup, j'ai plus de 5 profils et je voudrais savoir, dans un élan de démagogie totale, lesquels vous intéresseraient le plus.

Après je ferai semblant de m'intéresser à vos avis et je choisirai ce qui m'arrange.

 

C'est ça la démocratie.

Et puisque je fais exceptionnellement semblant de m'intéresser à vos opinions, si vous avez des idées de boulets qui vous motivent particulièrement, vous pouvez les déposer dans l'urne.

J'aviserai en conséquence.

Et sinon pour les boulets qui n'auraient pas capté ce qui précède, la semaine du boulet c'est à partir de lundi prochain.

 

19775_boulet.gif

 

 

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : boulet | |  Facebook | |  Imprimer | |