Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2011

La femme invisible

Je me trouve actuellement dans des contrées lointaines, exotiques et Africaines. Cependant, grâce au bon vouloir de mes hôtes, de leur box et de leur téléviseur, je garde un oeil sur la civilisation occidentale en général et les médias en particulier.

 

C'est dans cette configuration particulière que certains faits,  d'habitude noyés dans un flot continu d'informations diverses et variées prennent un relief particulier et vous sautent au visage.

 

Par exemple : la femme de 50 ans ou plus n'existe pas pour les médias.

Elle disparaît, tout simplement. Pffiouuuttt, alakazam. Mémère se vaporise dans l'atmosphère.

 

Où plutôt si, elle existe comme mamie gâteau, publicité pour les couches téna ou Polident. Ou la sexta ménopausée qui a peur pour son ostéoporose dans la pub câlin.


Au mieux on te sort la cougar qui se tape des petits jeunes boudinée dans une robe trop étroite pour ses bourrelets.

Et dont tout le monde se paye la tête allégremment (hou la vilaine prédatrice).


Jamais d'exemple positif. On passe direct de la trentenaire hype à Mamie Nova. De H & M à Damart, sans passer par la case départ et sans toucher 20000 euros.

Au milieu ? Rien. Ou très peu de choses.

 

Jamais de quinqua rock, qui fait la chouille en laissant le meuri à la maison pour boire un mojito avec ses copines, du style ..... au hasard... ???? Moi ?

Et pourtant en regardant bien je ne suis pas un cas unique. Je vois plein de femmes belles, dynamiques, actives, drôles, et fashion qui ont bien d'autres préoccupations que le tricot et leurs éventuels petits-enfants.

La quinqua d'aujourd'hui, c'est en somme la quadra d'il y a 20 ans, allongement de l'espérance de vie oblige.

Je ne me reconnais pas dans l'image que me renvoient les médias ou dans la case où veulent me coller les publicitaires.


Qui auraient intérêt d'ailleurs à se préoccuper davantage des swinging quinquas dont je me revendique. Même si leurs études indiquent que la femme mature ce n'est pas une "cible aspirationnelle" (sic)

Parce que du coup, la quinqua, elle va aller le dépenser ailleurs, son pouvoir d'achat.

Dans des mojitos, tiens.

Qui eux se fichent de l'âge de ton estomac quand ils y passent.

 

Et je ne mets pas la pub Câlin. Un elle est moche, deux ils ne me paient pas.

Et je suis vieille ET vénale.

Double peine.

une-quinqua-presque-parfaite_design.png

 

 

 

12:25 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : 50 ans, h&m, damart, câlin, médias, pub | |  Facebook | |  Imprimer | |