Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2013

I'm a Barbie girl....

Barbie et moi on est nées la même année.

1959.

J'ai de ce fait une relation particulière d'affection pour cette poupée qui m'a accompagnée pendant toute mon enfance malgré tous les stéréotypes qu'elle véhicule.

Et l'irréalisme total de ses mensurations.

Oui, elle est la blonde californienne décerébrée, pouffistique et superficielle à la poitrine refaite et au petit pois dans le cerveau.

N'empêche.

Dans son van rose, elle a aussi su évoluer et passer de la desperate housewife qui fait des cupcakes pour son éternel fiancé dans sa cuisine modèle, à une working girl secrétaire puis ingénieur, médecin, vétérinaire et même astronaute !!

Pas si neuneu que ça la blonde, donc.

Après on peut toujours débattre sans fin sur sa contribution  à répandre un idéal féminin moyennement positif et à son rôle dans l'asservissement et le conditionnement des petites filles.

Personnellement j'ai eu des Barbies.  

Je me sens moyennement asservie et conditionnée.

Avec un environnement familial égalitaire et explicatif, elles restent au rang de ce qu'elles doivent être : un jouet. Pas un symbole.

En revanche, j'ai toujours amèrement regretté d'avoir donné à l'adolescence mes Barbies d'enfance qui doivent valoir aujourd'hui un sacré paquet de pépettes. J'ai presque encore dans le nez l'odeur du plastique des accessoires de l'époque.

Malheureusement a priori, je ne les récupérerai jamais.

Je ne me suis pas non plus décidée à entamer une collection de modèles vintage de peur que ceci ne finisse comme le reste de mes tocades : en occupation obsessionnelle (t'as qu'à voir ce que donne internet et les réseaux sociaux).

Autant mon entourage tolère à peu près que je passe ma vie la tête dans un ordinateur, autant voir son espace vital encombré de poupées et d'avions fluorescent pourrait me valoir de finir ma vie jetée sur un trottoir avec ma collection, privée de domicile et de famille par la même occasion.

Je ne sais pas, par contre, si cette résolution va pouvoir tenir encore longtemps.

Je viens de découvrir qu'il existe un site spécial Barbies collectors.

Avec un e-shop.

Et seul le fait qu'elle ne soit disponible qu'en juin m'a dissuadé d'appuyer sur "order"

Y0304_c_13_M.png

La Barbie Catwoman vintage ....

 

Je la veux. 

C'est totalement navrant, je sais, mais totalement irrepressible aussi.

Je vais donc attendre le mois de juin et payer des frais de port disproportionnés pour acquérir cet objet absolument inutile.

Ce qui est absolument inutile étant rigoureusement indispensable, bien sûr.

Ceci dit, avoir 12 ans d'âge mental dans un corps de 50 commence vraiment à être gênant.

Il va falloir que je me décide à me mettre au confitures et au tricot un de ces jours pour être raccord.

...

Ou pas.

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : barbie, collection, catwoman | |  Facebook | |  Imprimer | |