Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2011

Pirouette, Cacahuète...

Coincer sa compensée dans un pavé qui dépasse,  faire un triple axel double boucle piquée et s'étaler comme une bouse sur le bitume.

Crapahuter en crabe par terre au mépris de toute dignité humaine pour se relever.

Avoir une jeune fille qui se précipite vers vous, vous agrippe le bras et vous hurle dans l'oreille "ca va, Madame, je peux vous aider ?".

Lui crier dessus "NON MERCI".

Se relever en claudiquant et shooter dans un yorkshire exprès pour se passer les nerfs.


Donc maintenant, je confirme : je suis officiellement VIEILLE ET MECHANTE.

 

Je vais de ce pas commander chez Damart, acheter du Polident et désheriter mes gosses au profit de la fondation pour les chatons mignons.

Pour oublier je vais fumer du Lexomil et sniffer de la vodka. 

Et faire un billet foutage de gueule. Ca va avec le reste.

images?q=tbn:ANd9GcSS8OYrkRvD75NqbHBzrZHbVIFB9GBVw_s-wGTOxyNhinUFrcfDvcFwCbwUZg

Oui ça donnait à peu près ça....

 

 

 

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : chute, rue, talon, ridicule, vieille | |  Facebook | |  Imprimer | |

07/02/2011

Cendrillon dans la peuf

La montagne ça me gagne.... Pas du tout..

Je n'aime que la ville et le bord de mer (de préférence tropical with  les palmiers).

 

Le concept de descendre des pentes glissantes sur deux planches pour les remonter ensuite et recommencer me parait déjà complètement crétin.

Ensuite la neige, c'est froid, ça mouille, ça ne sert à rien. Ca bousille les louboutins et on est obligée de mettre des vêtements grotesques pour marcher dedans 

Mais, d'abord par amour pour le meuri puis par vague dévouement maternel (faire respirer de l'air pur aux gosses, tout ça) j'ai fréquenté les stations de ski pendant quelques années. Sans pratiquer moi-même.

 

Je regardais donc partir les autres slalomer sur la poudreuse (la peuf pour les non initiés) en slalomant entre les diverses terrasses de bistros pour les attendre entre une boisson roborative et un bouquin.

Ce qui au bout de quelques jours devenait relativement ennuyeux. Surtout quand le soleil n'était pas au rendez-vous.

 

 

Pour un de ces séjours montagnards nous avions, une année,  choisi de partir en groupe en investissant un grand chalet familial en Suisse (ses vaches, ses chocolats, ses banques) 

Chalet fort agréable d'ailleurs agrémenté d'un abri anti-atomique. Mais ceci est une autre histoire.

Lasse de végéter sur la terrasse du chalet pendant que mes compagnons partaient tout schuss et menacée d'obésité à force d'inactivité et de repas raclette/fondue, je décide d'aller affronter l'ennemi blanc pour une petite ballade hygiénique.

 

La station de Villars-sur-Ollon, étant fort bien pourvue en chemins de ballade plutôt agréables, je dois l'admettre, je prends goût à ces petites marches et m'aventure de plus en plus loin.

Jusqu'à remonter un petit chemin qui sent la noise-e-tteuuuuh et qui brutalement.... Se perd dans un champ de neige.

Distraite par la beauté du paysage (si, si), je ne prends pas garde et m'avance sans remarquer que le chemin a disparu.

Pour me retrouver brutalement aspirée jusqu'à mi-cuisses  par l'adversaire gelé qui m'avait masqué un probable trou dans lequel je m'enfonçais irrémédiablement.

Essayez déjà de vous sortir d'un trou rempli de neige avec un équipement constitué de doudounes handicapantes et de moon boots qui pèsent deux  tonnes, vous m'en direz des nouvelles.

Imaginez ensuite que ces mêmes moon boots sous l'effet conjugué du glissement naturel de la neige et de la gravité tiennent absolument à quitter vos pieds pour s'enfoncer dans le dit trou.

Malgré vos invocations suppliantes constituées de P***n de B*****l de M***e

Vous faites quoi ? A part envisager 1/ de mourir enfouie sur un manteau blanc 2/ de faire un chemin du retour long d'environ 2 kilomètres en chaussettes  ce qui revient au même


Votre cerveau se met en mode "survie" pendant que vous mobilisez vos forces pour sortir du trou où vous vous enfoncez inexorablement (maintenant jusqu'à la taille) tout en retenant vos moon boots à la seule force de vos orteils crispés.
Et qu'en plus il se met à neiger à gros flocons...

C'est là qu'au dessus de votre tête vous apercevez une branche solide où, avec l'énergie du désespoir, vous vous agrippez tel Indiana Jones à son fouet. Et sur laquelle un oiseau perché de race Suisse se fout visiblement de votre tête avec des roooo roooo roooo ki ki ironiques

Et que simultanément vous entendez un craquement sinistre venu de votre dos, ou plus exactement de votre fessier, vous indiquant que votre pantalon vient de céder sous les assauts conjugués de vos efforts et des raclettes englouties les jours précédents.

Mue par l'instinct de survie qui décuple vos forces, centimètre par centimètre,cramponnée à la branche salvatrice vous arrivez à extraire votre tronc du piège de cristal, suivi de vos cuisses, puis de vos mollets et enfin de vos moon boots qui étaient à la limite de vos chevilles. Il était temps de remonter.
Les Moon boots sont sauvées. Vos pieds aussi donc, par la même occasion.

Mais pas votre pantalon, fendu de bas en haut, qui laisse admirer votre culotte à la faune environnante constituée de l'oiseau goguenard et d'une bestiole à fourrure et à queue rongeant une pomme de pin.
 
Ce qui vous oblige donc à faire une partie du trajet de retour, celle située dans la zone habitée, vêtue seulement d'un tee-shirt, sous la neige qui tombe à gros flocons avec votre blouson autour de la taille.
Et arriver dans votre chalet suisse avec les cheveux à verticale sur le crâne, les bras violets, le slip à l'air et sous les quolibets de vos amis qui évidemment, ne loupent pas une si belle occasion de passer une bonne soirée en vous taillant un costard.
Depuis personne au monde ne m'obligera plus à mettre des moon boots.  Ni à faire de la marche en montagne.

 

Non personne.

 

 

Ceci était ma participation au fabuleux concours d'Electroménagère !

 

montagne,ski,moon boots,chute

 

 

 

07:00 Publié dans Concours | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : montagne, ski, moon boots, chute | |  Facebook | |  Imprimer | |

20/09/2010

The rise and fall of Ziggy Stardust

 

The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars (l'ascension et la chute de Ziggy Stardust et des Araignées de Mars) est un album de David Bowie sorti en 1972

 

La récente affaire Delarue nous rappelle, s'il en était encore besoin, que la gloire est une maîtresse exigeante et oh combien versatile.

Je n'ai pas spécialement envie de revenir sur les mésaventures de Jean-Luc, ex-gendre idéal, pris en flagrant délit de nez dans la poudre.

Il n'est ni le premier, ni le dernier. Il a simplement eu la mauvaise idée de se faire prendre.

 

Je m'interroge juste sur la difficulté de faire une carrière stable et durable dans le domaine des médias ou des arts aujourd'hui.

La machine à rêve est quand même un monstre qui dévore ses propres enfants et qui a un formidable appétit.

Il y a vingt ou trente ans, certains (pas tous) avaient le temps d'installer leur carrière et de rester au top un certain temps.

 

Ce n'est visiblement plus le cas. Les gens qui sont en haut de l'affiche depuis 20, 15, 10 voire simplement 5 ans sont de plus en plus rares

Et les ascensions sont aussi fulgurantes que les chutes. Et plus dure est la chute, plus grave sont ses effets secondaires.

Combien de gens adulés un jour, se retrouvent des zéros le lendemain. Et se noient dans des paradis artificiels pour tenter d'oublier qu'un jour ils ont été les rois du pétrole.

L'exemple le plus flagrant en sont les "héros" de télé-réalité, généralement oubliés au bout de quelques mois qui écument les soirées et organisent de fausses paparazzades et être encore un peu dans la lumière.

Je m'étonne d'ailleurs qu'au bout de 10 ans du genre, quelques naïfs espèrent encore faire carrière après avoir fait une émission de ce genre.

La gloire est une drogue dure. La perdre doit être une souffrance très difficile à supporter.

Je n'ai jamais pour ma part réussi à répondre à ce dilemne : vaut-il mieux connaître l'ivresse du sommet même fugacement et le regretter toute sa vie ou avoir une vie "normale" sans jamais connaitre la griserie de toucher les étoiles du doigt ?

En résumé et pour parler un peu anglais : vaut-il mieux être un has been ou un never will be ?

Va savoir, Charles...

Et sinon pour rester le nez dans la poudre musicale, tiens allez, la meilleure cocaine sur le marché, celle de Clapton (pas de vidéo, mais un très bon son)

écrite par JJ Cale. Clapton que l'on appelait "dieu" ou encore ironiquement "slowhand" dans les années 60, tellement il jouait vite. Mais ceci est un autre histoire.

06:00 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : delarue, gloire, chute, ascension | |  Facebook | |  Imprimer | |

21/09/2008

Special Misouris - le gadin de Madonna

Tu l'as voulu, on l'a trouvé...

Grâce aux indications d'Angélita et Touwity, spécialement pour toi, le gadin de Madonna...

Devant 80000 personnes... la hoooo...nnn...tttee...

Et en plus, comme disait mon fils, elle veut nous faire croire que c'est elle qui joue de la guitare...

 

 

Dernière minute : j'ai QUATRE participations au concours à Manu : ACGS, RV, ELECTROMENAGERE ET ENNA...

Et elles sont TOUTES FORMIDABLES....

Génial ! On va pouvoir s'amuser... Le concours est donc bien MAINTENU... Pour les dernier(e)s retardataire(s) c'est LA

Vous avez encore jusqu'au 25/09 minuit !

 

16:03 Publié dans Les vidéos à Manu | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : madonne, chute | |  Facebook | |  Imprimer | |