Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/06/2013

Cinéma pas paradiso du tout (mais pas du tout du tout)

Il est probablement trop tard pour empêcher qui que ce soit d'y aller, les places ayant été vendues d'avance mais je peux toujours essayer.

Soyons clairs et nets d'entrée : Cinéma Paradiso au grand palais est à fuir directement car une arnaque totale.

Fin avril, par l'annonce alléchée, je me précipitais tel un poney fougueux pour acquérir un sésame me permettant d'accéder à un évènement que je pensais original et ludique dans un lieu magique, le grand palais.

La promo promettait grosso-modo ceci (que j'ai moi-même relayé dans un précédent billet)

"Sous la houlette des cinémas MK2, le Grand Palais va se transformer pendant 10 jours en drive-in géant et rétro, tous les jours jusqu'au 21 juin.

La nef sera occupée par 4 espaces  cinéma, restauration, jeux et clubbing.

La journée, un grand espace de jeux avec  bornes d’arcade vintage ainsi qu’une exposition, l’Age d’Or du Jeu Vidéo. Au programme, des dizaines de machines, des jeux et personnages iconiques, des vidéos et des publicités d’époque… et une piste de roller, libre d’accès !"

Le drive-in devait ressembler grosso-modo à ceci selon la photo

 

3106781350.jpg

Et je me réjouissais donc d'y visionner à nouveau un film oh combien raccord avec l'ambiance, American Graffiti.

Tout ceci pour environ le prix de 2 places de cinéma.

C'est donc réjouie et frétillante que j'attendais le jour J. Réjouissance et frétillement déjà un peu diminués par les premiers avis de consoeurs et confrères ayant fréquenté les premières soirées.

Mais bon, j'avais payé ma place, autant constater par moi-même.

Ok, dès mon arrivée sur place, première déception. En fait d'ambiance rétro, c'est l'ambiance money money money. Un restaurant géant avec banc et tables en bois sous l'ombre de coca, avec parasols aux couleurs du soda et des stands divers et variés avec bien peu de rapport avec une quelconque ambiance rétro. En fait d'exposition sur les jeux vidéos, quelque bornes d'arcade rétro et... point. Pour le reste, des stands de démonstration des gagdets à acheter, ou des guitounes de restauration.

Pas de décoration, quelques objets, flippers et voitures disséminés pour "faire" l'ambiance, point.

 

cinema paradiso,évènement raté


La foire de Paris.

Dans un coin la piste de roller derrière une façade plus année 80 que fifties et un DJ qui balance une musique assourdissante qui se transforme rapidement en bouillie musicale avec la réverbération sonore du grand palais.

Si tu aimes le roller, ça peut être sympa, note (n'oublie pas d'aller te désaltérer au bar Moet et Chandon un des sponsors de l'évènement, situé sur la piste au passage, s'il te plait).

cinema paradiso,évènement raté

 


Mais que cela n'Etienne, la séance drive-in sous la voute magique du Grand-Palais allait rattraper tout ceci.

 

cinema paradiso,évènement raté



Après tout j'étais plus venue pour le film que pour le reste.


Grossière erreur.

Après presque 45 minutes à poireauter devant l'espace cinéma pour espérer être bien placée, 2ème déception totale. En fait de drive-in, quelques Fiat 500 neuves (autre sponsor de l'évènement) parquées au fond de la salle, quelques transats et matelas au premiers rangs, sinon, des fauteuils de cinéma classiques de part et d'autre de l'espace.

 

cinema paradiso,évènement raté


Confortables les fauteuils, pour quand même trouver un point positif.

La séance était censée commencer à 21 h. Elle a débuté à presque 21 h 45. Avec un bon quart d'heure de films de sponsors et pubs diverses.

Probablement pour faire tourner les bars placés à l'intérieur de l'espace cinéma, j'imagine.

Evidemment, j'aurais du m'en douter, à cette heure-ci au mois de juin, il fait encore jour.

Evidemment, pourquoi construire un espace cinéma qui permette une projection au crépuscule alors qu'on a même pas pris la peine de donner un look au reste de l'évènement.

Donc un écran géant très pâle pour visionner un film se déroulant en grande partie la nuit, donc très sombre YIHAAAAA.

Et même quand le ciel s'est assombri, l'écran est toujours resté relativement pâle.

Autre léger détail, puisqu'il n'y a aucune séparation sinon une cloison symbolique entre l'espace cinéma et le reste de l'évènement, tu écoutes le film... Dans un casque qu'on te distribue à l'entrée.

Casque sans fil qui te relaie aussi gentiment les interférences passant à sa proximité.

Et cherry on the cacophonie, la piste de roller, située juste à côté de l'espace cinéma se transforme en club le soir. Ce qui fait que 15 à 20 minutes après le début du film tu te prends les BOUMBOUMBOUM des basses de la boite à côté.

Je suis partie au bout d'une demi-heure de film, sans attendre la fin,  assez furax je dois dire. Moins par les 20 euros acquittés qu'à cause de l'impression d'avoir vraiment été roulée (remarque pour un pseudo drive-in c'est peut-être normal).

Seul point positif, déambuler sous la voute  du grand palais est toujours une expérience magique.

Encore une fois, si tu peux, je te déconseille vivement de mettre les pieds dans ce truc sauf si tu tiens à avoir une canette de coca à ton nom (il y a une machine pour ça).

Et encore, la canette, je peux te la faire avec des feutres indélébiles, pour 20 euros, et en plus tu ne perdras pas ton temps.

Et pour l'écran géant et le film classique autant aller au cinéma en plein air à la Villette, au moins tu peux amener ton pique-nique et t'installer comme tu veux sur la pelouse, pour beaucoup moins cher.

En tous cas, s'il y a une deuxième édition de cinéma paradiso, on ne risque certainement pas de m'y voir l'année prochaine.

C'est clair. Comme l'écran de cinéma. 


06:02 | Lien permanent | Commentaires (19) | Tags : cinema paradiso, évènement raté | |  Facebook | |  Imprimer | |

26/04/2013

Cinéma Paradiso here I come

J'ai donc décidé de dissoudre un peu non pas l'assemblée nationale mais ma vie numérique en retournant vers des activités externes, civilisées, conviviales et cosmopolites.

Pourquoi cosmopolites, je n'en sais strictement rien, mais c'est pour faire un effet de mot.

Après avoir réouvert récemment un livre, puis deux, et être partie inspecter le cinéma le Louxor, j'envisage d'aller voir quelques expositions et manifestations diverses et variées.

Notamment une qui m'avait fracturé le neurone de l'intérêt.

Sous la houlette des cinémas MK2, le Grand Palais va se transformer pendant 10 jours en drive-in géant et rétro.

La nef sera occupée par 4 espaces  cinéma, restauration, jeux et clubbing.

La journée, un grand espace de jeux avec  bornes d’arcade vintage ainsi qu’une exposition, l’Age d’Or du Jeu Vidéo. Au programme, des dizaines de machines, des jeux et personnages iconiques, des vidéos et des publicités d’époque… et une piste de roller, libre d’accès !

Le soir, dans des sièges de voitures de la famille Fiat 500 ou perchés sur une colline aménagée, le spectateur pourra redécouvrir des films cultes qu'on ne manque pas de voir, revoir et live-tweeter comme Pulp Fiction, The Big Lebowski, Grease, Taxi Driver, Drive, La boum, les dents de la mer, American Graffiti, Dirty Dancing ou La fièvre du samedi soir … au rythme de deux projections par jour.

Avec en prime la possibilité de déguster les spécialités d'un « Diner » américain, créé par Omnivore, qui fait venir du Canada la chef Gita Seaton (Le Nouveau Palais, Montréal), star de la cuisine nord-américaine…

Un lieu cultissime pour les fans de cinémas, geekerie et culture américaine réunis, dont je fais partie BIEN SUR.

C'est pourquoi dès que j'ai vu passer l'alerte sur twitter avec la mention "il reste encore quelques places" je me suis PRECIPITEE tel un lièvre sous amphétamines pour décrocher le ticket pour le bonheur.

Sans même me soucier de demander à Pierre, Paul, Jacques ou Sven de m'accompagner. 

Après quelques tentatives infructueuses pour voir Dirty Dancing, je me suis "rabattue" sur American Graffiti.

(Pour les très jeunes, les non cinéphiles, les blondes, les incultes et les animaux de compagnie, American Graffiti est le deuxième film daté de 1973 de George Lucas, qui se déroule dans les années 50, ou il exprime la nostalgie d'un âge d'or drive-in, bananes et grosses voitures, sur fond de rock'n roll d'époque. Le film a largement inspiré la série "Happy Days" qui a suivi quelques temps plus tard. On y découvre Ron Howard qui prolongera son rôle dans la dite série et pour la première fois dans un rôle significatif Harrison Ford, le futur Han Solo)

Et bien m'en a pris parce que quelques minutes après avoir réussi (non sans peine) à réserver ma place, il semble que toutes les places restantes disponibles se soient envolées à vitesse supersonique.

Donc avec une joie intense et non dissimulée bien qu'individuelle, j'irais me délecter d'ice-cream, de jeux vidéos et de patins (à roulettes) avant de visionner American Graffiti d'une banquette de Fiat 500 le 12 juin.

Après je peux mourir, plus rien n'aura d'importance.

Ma dernière volonté est qu'une fanfare de pompiers suédois joue "Bittersweet Symphony" à mes obsèques.

C'est tout.

Sinon tu peux toujours essayer de réserver, on ne sait jamais, le programme est LA , C'est le site de la FNAC mais peut-être disponible ailleurs...


2397937.jpg

grande-nef-du-grand-palais.jpg

14:12 Publié dans Sorties | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cinéma paradiso, grand palais, american graffiti | |  Facebook | |  Imprimer | |