Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2010

Hackers de mère en fils


Hier à la fin du billet sur le film "La disparition d'Alice Creed", j'évoquais une discussion métaphysique avec mon fils.
Nous sommes partis dans un délire sur le crime on-line parfait.


Je me suis entendue lui expliquer qu'en fait, il n'y avait rien de plus facile.


Imaginez que vous bossez dans une boite dont vous avez les codes d'accès du back office du site internet par exemple.

Imaginez que vous ayez un léger contentieux avec votre employeur.

Vous achetez un pc pas trop cher - que vous payez en liquide préalablement retiré en plusieurs retraits distincts d'un montant n'équivalant pas au coût du PC

Pas trop cher le PC pour éviter tout questionnement sur une grosse somme en liquide

Vous donnez une fausse identité et une adresse bidon pour la garantie

Vous vous connectez à un wifi public.  Dans un endroit sans caméra de surveillance. Choisissez un angle mort.

Et payez votre conso en liquide.

Avec un free proxy et un générateur d'IP, vous vous connectez au back office et vous mettez le dawa sur le site de votre ennemi.

Une fois votre forfait commis vous bousillez le PC. Personne ne vous retrouve.

Voilà.


Seul petit problème que mon fils m'a gentiment fait remarquer : la première personne que les enquêteurs vont soupçonner c'est celle qui a les codes d'accès au site.


J'ai donc imaginé le crime parfait de blonde.


Imbécile.


Notez également la parfaite éducation que je donne à mon fils de façon à  le transformer en génie du mal dans quelques années. Ceci dit, génie du mal ça gagne relativement bien sa vie. Regardez les totos de Goldman-Sachs par exemple.


Sur ce mon rejeton m'a raconté qu'à 14 ans avec des potes, il avaient piraté les comptes d'un site de jeu en ligne afin de jouer gratuitement. Ils avaient créé une fausse page avec une proposition de tournoi imaginaire où les utilisateurs devaient rentrer leurs codes et leurs mots de passe.

Pris de remords ils ont tout arrêté assez vite.

Méfiez-vous donc de vos ados. Ces gamins sont nés avec un ordi dans les mains et sont capables de forcer le système de défense des Services Secrets avec une clé USB.

C'est mal, c'est très mal.

Ceci dit je leur prédit un grand avenir. lls savent parfaitement se débrouiller dans la vie.


Si un jour j'ai vraiment un site à hacker, je sais qui aller voir.

hacker%20-%20photo.jpg

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : piratage, web, crime | |  Facebook | |  Imprimer | |