Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/08/2011

Enfant roi ? Pas chez moi

 

Je suis un poil freestyle dans certaines façons de penser ou faire. Il m'arrive pourtant parfois d'être  rétrograde, voire réactionnaire.

Chez moi, par exemple, hors de question qu'un humain de moins de 18 ans (voire plus) me dicte ma conduite.


En clair, la philosophie de la maison c'est "les parent décident, les enfants suivent", point.

Je ne dis pas que je n'ai pas adapté mon mode de vie pendant une dizaine d'années. Je ne passais pas non plus mon temps en boite avec le gosse qui dormait sur la banquette à côté des baffles.

Non, quand même, je ne suis pas un monstre.

Juste un demi-monstre c'est tout.


En plus d'être un poil rétrograde sur l'ordre de prééminence familial, si j'ai un minimum oeuvré pour le bien-être physique et mental de ma descendance, je ne me suis que rarement forcée à faire des choses qui m'ennuyaient vraiment "pour le bien des enfants" 

 

Si je n'avais pas envie d'aller au parc, on y allait pas. L'histoire du soir ? Je mettais une cassette. Les devoirs ? Je ne les ai pratiquement jamais aidés.

Pire, les trucs qui me cassaient les pieds je leur disais que ça me cassait les pieds.

 

Bouquins de puériculture ouvert = 0. Méthodes et activités d'éveil =0. Réunions de parents d'élèves = minimum vital. Echanges avec les autres mères à la sortie de l'école = planquée derrière un marronier. Promenade au grand air = avec un boulet aux pieds. Sorties au parc = sous lexomil. Activités manuelles = cata. Gâteau d'anniversaire = savane de brossard. Sorties ludo-éducatives = à reculons. (je refilais ça au grands-parents, ils adoraient)

Cinéma = plein. Musique = tout le temps. Rigolade = beaucoup. 

 

 

 

Quelques cours de sports au club du haut de la rue -Hors de question de me geler des matinées entière dans un stade de foot en banlieue pour voir jouer des marmots en short et leur tendre un sandwich préparé avec amour à la pause -  Et voilà..C'est à peu près tout. Vacances, loisirs, repos, rythme de la journée... Aux enfants de s'adapter à nos choix, rarement l'inverse.

En bref, j'ai toujours refusé que ma vie tourne à 100 % autour de ma progéniture. Que j'envoyais copieusement bouler quand il venaient me chercher au milieu d'un bouquin passionnant pour jouer aux playmobils.

Résultat : deux fils moyens en tout. Pas des génies, ni des boulets. Juste au milieu. Mais relativement éveillés et surtout très débrouillards. Avec un réseau social qui ferait pâlir d'envie Mark Zuckerberg lui-même.

Ce qui fait gonfler ma fierté maternitudinale.

J'aime à penser que les "maman je m'ennuie" auxquels je répondais "ennuie-toi c'est bon pour ce que tu as" est une méthode qui a contribué à développer leur autonomie et leur imagination en la sollicitant.

Par choix, par goût, par conviction, j'ai refusé de passer ma vie le nez sur le nombril de mes fils. En sur-réagissant au moindre signe de leur part et en répondant à chacune de leurs sollicitations.

Oui, ils vont certainement m'en vouloir. Mais comme ils auront toujours des reproches à me faire. Que ce soit pour ça, ou pour autre chose, autant prendre ce qui m'arrange.

Je suis persuadée de toute manière que les sur-entourer, sur-solliciter ou sur-protéger n'est pas une bonne méthode. Sans les exposer inutilement et en leur permettant d'avoir la meilleure et magique enfance, il me semble que la vie qui les attend est suffisamment dure pour qu'il s'y préparent un minimum.

Et les entourer de coton et du "ils ont bien le temps d'avoir des problèmes" ... n'est certainement pas, du moins à mes yeux, une solution.

Moi je suis pour les laisser s'ennuyer, se débrouiller, se bagarrer, faire des bêtises, affronter la vie à leur façon. 

Mon boulot c'est de les aider, (voire de les ramasser s'ils se gamellent) pas de tout faire à leur place. J'estime que ce n'est pas un service à leur rendre, loin de là.

Je suis probablement à contre-courant de toutes les méthodes les plus avancées qui pronent de solliciter l'enfant le plus possible.

Mais... Comment dire... Ah, je cherche le mot, je l'ai sur le bout de la langue..

Je m'en contrecogne ???

 

Tee-shirt-noir-JeSuisTaMere-T18491.jpg

 

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (28) | Tags : enfants, éducation, enfant-roi | |  Facebook | |  Imprimer | |