Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2009

Mes amis, mes amours, mes emmerdes


En chantant cette chanson d'Aznavour ce matin dans la salle de bains - oui, j'aime Aznavour quitte à en surprendre certains, c'est notre seul vrai crooner, et un des rares français a avoir eu une carrière internationale, contrairement à tous ceux qui ont prétendument un énorme succès au Japon - je me suis dit que ça ferait un bon sujet de billet..

C'est à ça qu'on reconnait une bloggeuse addict : dès qu'elle a une idée, elle la transforme en note.

Dont acte.

C'est parti pour un billet psychobiographique..


MES AMIS

Euh, comment dire. L'amitié n'est pas ma grande spécialité. J'ai une capacité d'empathie très relative, je ne sais pas ce qu'il faut dire pour réconforter les âmes en peine, je n'appelle jamais personne pour prendre des nouvelles et je me fous totalement d'avoir une foule de potes car je m'auto-suffit, en somme. Vivre en bande est d'ailleurs un cauchemar en ce qui me concerne.


En plus j'ai le syndrome de l'escargot : dès qu'on s'approche d'un peu trop près affectivement parlant, je rentre dans ma coquille. C'est probablement pour ça que la distance des relations on-line me convient parfaitement.


Pourtant quelques personnes en détresse sont parvenues à trouver une écoute, même si je ne savais pas quoi dire pour leur remonter le moral. Remarque la personne qui m'affirme qu'elle sait quoi dire à quelqu'un en larmes au bout du fil à 3 heures du matin, cueillie en plein sommeil, je lui paye des chouquettes.

 

Et j'ai même quelques très bons copains-copines, voire des amis de 20 ans. Qui s'obstinent à prendre des nouvelles en dépit du fait que je ne les appelle jamais.

Va comprendre.


MES AMOURS

On va dire que je suis à mi-chemin entre Bernadette Soubirous et Madonna. Dans la bonne moyenne, quoi.

Quoi que, Bernadette elle était Sous Birous quand même ... MOUAHAHHAHHA


Depuis 26 ans, en revanche,  je peux dire que je suis la femme d'un seul homme : le meuri. (si on ne compte pas les quelques 5 ou 6 maris annexes, dont mon nouvel époux 2.0, Nicolas)

Pitin 26 ans ... C'est beau non ? J'en ai l'oeil humide..


Bon, ne rêvez pas les filles, au bout des 3 ans de roucoulades règlementaires, on passe à autre chose : un genre de cohabitation binaire avec extensions dans les pattes ponctuées de "y'a quoi ce soir à la télé ?", "t'as réservé les vacances ?" ou encore "TON fils a encore fait une connerie".

De toute manière, la passion ça use et ce n'est pas fait pour durer

Et la routine ça a son charme aussi. Enfin, pour moi en tous cas.


La preuve.


MES EMMERDES

Oui, bien sur, j'ai eu mon lot d'ennuis comme tout le monde.

Mais j'ai eu aussi successivement des parents et un meuri (voir ci-dessus) qui ont fait bouclier de leur corps pour protéger la princesse au petit pois que je suis des basses besognes de la vie quotidienne et des ennuis en tous genres. Fuite d'eau, police d'assurance ou négociation de prêt : hein ? Kessé ?


Ce qui me permet de virevolter telle une plume au vent sur mes stillettos une chanson au lèvres..


J'attends juste avec angoisse le jour où le destin se dressera devant moi dans son suaire noir déchiqueté en me présentant la facture à payer pour autant de félicité..


Et la facture elle va être salée avec engagement sur un très, très long terme, c'est clair..

Pas grave, en attendant, j'aurais bien rigolé..

MOUAHAHAHHAAHAH

Fotolia_2958726_S.jpg

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (50) | Tags : amis, amours, ennuis, aznavour | |  Facebook | |  Imprimer | |