Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/10/2012

La France déprime

Selon une étude d'une université américaine menée en partenariat avec l'OMS, la France était en 2011 le pays avec le taux de dépressifs le plus élevé au monde.

AU MONDE.

Même pas en Europe, au MONDE on te dit. 

21 % de dépressifs.

Quasiment un quart de la population.

Dans le pays de la vinitude, des pt'ites femmes de Pigalle, du cassoulet et du French Kiss ?

Mais pourquoi ?

Bon, ok, la France est un pays d'irreductibles gaulois râleurs et pessimistes, mais dépressifs, pas tellement quand même.

Historiquement notre dépression avait plutôt tendance à s'exprimer en soubresauts révolutionnaires successifs dont le dernier date de mai 68 suivi d'une longue série de manifs  contre- quasiment tout.

Car en France, comme je l'expliquais récemment à un de mes collègues grands-britons : 65 millions d'habitants, 65 millions de gens contre.

Un gusse dit un truc et instantanément il a 64.999.999 d'adversaires. 

Etre en opposition est quasiment un mode de vie.

Seulement, en ces temps de crise, la révolution ou la manifestation de masse devient plus difficile, voire périlleuse. Voire contre-indiquée en cas de pandémie de grippe A.

Le Français ne manifeste plus.

Le Français ne s'oppose plus.

Le Français ne râle plus.

Donc le Français déprime...

Et court chez son médecin favori qui lui prescrit des petites pilules bleues qui lui rendent le moral mais lui ruinent l'estomac.

Du coup il ne peut plus goûter ni à la vinitude, ni au pt'ites femmes de Pigalle, ni au cassoulet, ni au  French Kiss (pour cause de mauvaise haleine). Bref à tout ce qui fait son âme, sa joie, son coeur, son fils, sa bataille.

Donc il re-déprime.

Etc.

Et nous devenons le peuple le plus déprimé du monde.

Avant la Corée du Nord et le Kazakhstan.

Je trouve que mon explication tient vachement la route.

Tu trouves pas ?

prozac-lessive-wb.jpg?w=510

 

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : dépression, france | |  Facebook | |  Imprimer | |

14/11/2011

Séries en série

Les vacances c'est le bien.

Généralement on en profite pour FAIRE des choses.

Evidemment en bonne anarchiste de la pensée moderne qui veut que FAIRE c'est ETRE, je prends le contrepied et je ne FAIS RIEN.

 

Et quand je dis RIEN c'est RIEN.

Le vide, le néant absolu, l'hibernation, la retraite, le vide pendant 15 jours.

Vous devriez essayer une fois de temps à autres, c'est salutaire. Vous vous retrouvez face à vous-même.

Et parfois, ça fout la trouille. Mais la gymnastique mentale est intéressante.

Bon, je l'admets, cet état végétatif a été aussi motivé par des raisons économiques. Les mois de novembre sont financièrement meurtriers et mes fils sont des petits cons qui me coutent des reins. Paris est une ville de tentation permanente, même si on décide de flâner le nez en l'air, rien d'autre. Et sortie équivaut souvent à "tiens je vais m'acheter un petit truc ou je vais me faire un petit restau, allez".

Je me suis donc enfouie dans mon terrier à profiter de loisirs gratuits (ou presque, il faut quand même payer l'électricité et la box) : internet et .... séries en série.

J'adore les séries, surtout les séries américaines. Depuis les années 60 et nos premières télés, je les ai toujours adorées et suivies fidèlement. Depuis "les mystères de l'ouest" (une des premières dont je me rappelle) en passant par le choc "Star Trek" (oui, je suis une Sheldon en puissance), cosmos 1999, puis dans les années 70 Kojak, l'Age de cristal, Drôles de dames, Starsky et Hutch, les Têtes brûlées, Mash, et tant d'autres..

Après une période moins intéressante dans les années 80/90 entre brushings Dallas et bons sentiments hormis le cultissime Friends, les séries US retrouvent un âge d'or au début des années 2000. Les Experts, (si si au début c'était bien), Desperate Housewives, Sex and the city (si si au début c'était bien aussi) Lost, Nip Tuck, Dexter, Dr House et consorts me scotchent semaine après semaine par leur inventivité.

A titre personnel, je considère d'ailleurs que la plupart de la créativité du cinéma US, qui consiste désormais en de gros blockbusters dénués de tout intérêt à 90 % s'est transférée dans les séries télé.

Bien évidemment il y a aussi du déchet. Mais globalement le niveau est quand même très élevé. Avec des trouvailles et des audaces qu'on aimerait retrouver plus souvent ... chez nous.

Et ne me parlez pas de bigoterie réactionnaire. Acteurs nus, scènes de sexe torrides, baisers gays et jurons bien sentis sont monnaie courante, y compris dans les séries dite "de grande écoute".

Oui, les américains osent dans tous les sens du terme. Ils y mettent les moyens aussi. Et ça se voit à l'image.

Nous en sommes encore réduits à devoir supporter une naine ange gardien, un brocanteur des années quarante et un commissaire semi-gâteux en prime time.

Pourtant il y a eu une époque de grandes séries françaises de qualité. Je me rappelle des Dames de la côte, des Rois maudits, de l'Ile aux trente cercueils ou de la Poupée sanglante qui nous tenaient en haleine semaine après semaine. Malheureusement aujourd'hui même quand on nous annonce une série "de prestige" le résultat est souvent... comment dire.

Manque de scénaristes ? De réalisateurs ? D'acteurs de qualité ? De moyens ? De volonté des chaînes ? Tout ensemble ? Probablement.

Acheter une série toute faite revient moins cher que d'en produire une.

Seuls rescapés du naufrage : les programmes courts à la français  : caméra café, un gars, une fille, Samantha Oups, Kaamelot, hier ; scènes de ménages (même si je n'accroche pas)  et Bref aujourd'hui sont souvent percutants, drôles, inventifs, tournent parfaitement avec un petit budget et cassent la baraque.

Je ne sais pas si d'ailleurs il y a des équivalents ailleurs dans le monde.

 

 

Un petit aparté sur les séries made in england qui sont souvent de qualité mais qui arrivent malheureusement trop peu souvent jusqu'à nous. En témoigne la très convaincante mini-série "Sherlock" avec un jeune Sherlock Holmes transposé à l'époque actuelle dont on attend la saison 2 avec impatience. Ma série favorite de l'univers of the world de tous les temps étant d'ailleurs une série anglaise : précisement les saisons 4 et 5 de Chapeau melon et bottes de cuir (the Avengers en VO) avec Mrs Peel. Suivie de près par Absolutely Fabulous et ses deux modeuses déjantées.

 

Pour revenir aux séries made in oncle Sam mes chouchoutes du moment sont Glee - digne descendante de la série Fame des années 80 - parce que j'adore les numéros musicaux, True Blood et ses vampires physiquement intelligents sur lesquels je me suis largement étalée (si j'ose dire), l'inénarrable Big Bang Theory qui me fait toujours autant glousser au bout de 5 saisons et le trop méconnu à mon goût 30 rock et sa galerie de personnages barjos.

 

Une fois que j'aurais épuisé tous les épisodes, je suis ouverte à toutes propositions (tu peux te lâcher dans le conseil, ami qui passe par ici).

Y compris celles des vampires physiquement intelligents.

Qu'on se le dise. 

 

chapeau-melon-et-bottes-de-cuir-arte-157x200.jpg

La classe, non ?


14/04/2011

La géostratégie expliquée aux blondes 3 - Non, Ivoirien ça ne veut pas dire myope

Bien qu'extrêmement brillante dans l'explication politico-géostratégique, au moins autant que Boris Boillon on va dire, je maîtrise un peu moins certains dossiers. Ceux relatifs à l'Afrique en général et à la Côte d'Ivoire en particulier.

J'ai donc demandé à mon ministre des affaires étrangères,  (et pas des affreux étrangers comme le pense Claude Guéant), la brillantissime Domydom de vous expliquer le pourquoi du comment du pourquoi d'une situation à la une récente de tous vos journaux (enfin ceux que tu ne lis a priori pas, amie blonde) pour que tu comprenne pourquoi à Abidjan, on y voit rien.

(c'est pathétique, mais je ne peux pas m'empêcher)

Bon perso, j'ai tout compris, et je peux aller me reposer le neurone tranquillement. A vous maintenant. Allez hop..

 

Quand une blonde explique aux autres blondes, ce n’est pas gagné, je vous le dis.

Alors… l’histoire se déroule dans un pays fort fort lointain, qui s’appelle Côte d’Ivoire, même si on n’y trouve aucun éléphant, et qui a pour personnages principaux, un général Papa Noël, un président tout mou du genou mais pas de la bouteille, un brave tché, un boulanger et sa femme.

Il était une fois donc, dans le pays du cacao un président tout mou qui s’appelait Henri, et qui voulait bien réussir sa vie, et qui n’aimait pas l’idée que l’ex premier ministre lui pique sa place un jour.

Du coup, le président tout mou, qui aimait un peu trop le Koutoukou, il décida que l’ancien premier ministre commençait à lui faire trop d’ombre et que dorénavant, l’ex premier ministre qu’on surnommait « Brave Tché », il serait un étranger, et que les étrangers, les habitants du pays du cacao, ils n’aimeraient plus trop cela. Alors ils leur interdiraient d’avoir des terres, et de se présenter aux élections, et cela s’appellerait « l’ivoirité ». Voilà. Le problème était réglé. Henri pouvait continuer à réussir sa vie, être aimé et gagner de l’argent.

Mais un Général qui n’aimait pas trop qu’on s’amuse à trafiquer la constitution décida, lui, d’apporter aux ivoiriens un cadeau de Noël, en renversant le président le 24 décembre, facilement, et sans un coup de feu, ce qui était logique puisque Henri était tout mou et souvent imbibé.

Alors le peuple était content, et tout le monde chanta et dansa dans les rues.

Le peuple manifesta sa joie de voir un gentil Général Papa Noël, qui venait remettre de l’ordre dans la maison et qui promettait d’organiser des élections justes et transparentes (on rappelle qu’en Afrique, les élections sont toujours « justes et transparentes », sur le papier)

En 2000, des élections furent donc organisées par le Général Papa Noël, mais sans adversaires, hormis un petit boulanger, éternel opposant qui ne représentait pas vraiment de danger pour le général Papa Noël, mais dont il aurait du se méfier davantage car si on l’appelait le boulanger, c’est qu’il roulait tout le monde dans la farine.

Mais ce que le peuple ignorait, c’est que le Général Papa Noël avait une femme, et que Rose elle, elle tenait beaucoup à sa place de Mère Noël , alors elle poussa le Général Papa Noël à voler les résultats de l’élection et à se proclamer vainqueur.

Le peuple était fâché.

Alors il descendit dans la rue, et exigea qu’on proclame la victoire du boulanger, qui s’appelait Laurent Gbabgo (mais on ne prononce pas le premier G, c’est plus facile), le général Papa Noël avait perdu.

Dès son accession au fauteuil présidentiel, le boulanger qui avait comme tous les candidats au monde fait plein de promesses qu’il n’avait aucunement l’intention de tenir, commença à faire ce que ces prédécesseurs avaient toujours fait , placer son frère, sa mère et puis ses sœurs, ho ho, c’était le bonheur.

Seulement voilà, deux ans après, les gens du nord, qui ont dans leurs yeux le bleu qui manque à leur décor, ils n’étaient pas ravis du tout. Tous les sous étaient dans le sud, tout le pouvoir était aux mains du clan du boulanger et eux, les gens du nord, on commençait vraiment à leur créer trop de soucis, alors ils se sont rebellés.

Ils ont marché, marché, jusqu’à Abidjan, et le boulanger président a eu peur, alors il a appelé la France pour qu’elle arrête ces vilains rebelles qui l’empêchaient de dormir sur son tas de farine.

La France, elle a répondu « tss tss, tout cela, c’est pas nos oignons, affaire de rebelles, là, c’est entre vous ». Et la France s’est mise au milieu et du coup, tout le monde était bloqué.

Comme Gbabgo (dont on ne prononce pas le premier G) n’était pas content que l’armée française ne vienne pas chasser les rebelles, il a envoyé des pilotes russes pour bombarder un camp français et a tué des soldats français.

Chirac, qui était encore notre président, il n’a pas aimé du tout qu’on bombarde ses soldats, encore moins qu’on les tue, mais alors pas du tout du tout.

Il a tapé un grand coup sur son bureau, si si, allez voir à l’Elysée, il y est toujours le trou dans le bureau, demandez à Nico, il vous montrera le trou de Chirac.

Chichi il a pris son téléphone, et il a dit, si c’est cela, bazardez-moi tous leurs avions, faut pas qu’on vienne me chier sur les bottes (il parle mal Chichi, c’est dingue), non mais oh ! Allez ! Zou, du balais les avions du boulanger.

Et paf, il a bousillé tous les appareils de l’armée ivoirienne.

Le peuple était très très fâché.

Ils ont chassé tous les français de Côte d’ivoire, les ont tapés, les ont pillés, et l’armée française a dû les faire rentrer très très vite en hexagonie, certains sont même rentrés chez eux en tongs et en maillot de bain, mais c’était pas fashion, car c’était l’hiver et il faisait très froid.

A partir de là, le pays a été divisé en deux, d’un côté les rebelles, de l’autre le boulanger, et au milieu, des militaires français qu’on avait appelé « la Licorne » parce qu’une licorne c’est joli et ça fait pas trop peur. Même si ça existe pas en fait, enfin je crois.

Le Boulanger, quand est arrivé le moment de faire de nouvelles élections, il a commencé à chercher des excuses, et quand on les cherche, forcément, on les trouve. Les élections ne venaient pas, un coup c’était les cartes d’électeurs qu’ils trouvaient plus, un coup y avait des ivoiriens qu’étaient plus vraiment ivoiriens, un coup il fallait nommer des agents pour contrôler les élections puis des agents pour contrôler les agents, et comme tout cela coûtait beaucoup de sous aux instances internationales (en résumé, nous), l’ONU a décidé de contrôler les élections, et d’aider à les organiser.

5 ans après la date de péremption, (imaginez, Sarkozy qui décide finalement que les élections n’auront lieu qu’en 2017 ?? la lose ?) le boulanger a fini par faire les élections, bien convaincu par les sondages qu’il allait forcément gagner , fingers in the noze, et quand les résultats sont arrivés qui disaient qu’en vrai, il avait 47% et que Ouattara Brave tché, il avait 53%, il était trop pas content. Alors il a dit, si c’est cela, moi je m’en fiche, je m’autoproclame grand vainqueur des élections, je me colle le cordon avec les breloques dorées autour du cou et j’oblige l’étranger brave tché à rester dans son hôtel 4 étoiles. Vala.

Du coup, il a distribué des armes, à tous les jeunes qui étaient chomistes, et il y a beaucoup de chomistes dans le pays du cacao à cause qu’avec la guerre, et le découpage du pays, toussa, les gens ils ont plus trop de travail.

Et comme c’était vraiment trop le bazar, avec des morts partout, puis des vilains armés qui foutaient le bordel dans la ville, puis des charniers qu’on découvrait, et puis surtout que l’ONU, elle avait payé quand même pour les élections et que bon, quoi, quand on paye, on aime bien être livré, un peu comme si tu commandais une combishort chez Asos et qu’on te disait ah ben non, on garde tes sous, mais on t’envoie juste une paire de chaussettes, tu vois ?

Et comme il était malin, le boulanger a fait croire à tout le monde que la France en voulait rien qu’à ses richesses, son port, son cacao alors qu’en vrai, lui-même leur avait déjà tout tout donné, depuis le port (il l’a filé à Bolloré, le voyagiste de Sarkozy), jusqu’au téléphone en passant par l’électricité

Alors l’ONU, et puis la licorne qui n’était plus trop gentille, ils ont attaqué les gros chars de Gbabgo le boulanger (dont on ne prononce toujours pas le G) et puis les rebelles, qui étaient avec leur brave tché, dans l’hôtel 4 étoiles, ils ont arrêté le boulanger, sa femme, son fils et tous leurs amis après avoir complètement cassé sa maison pour être sûrs qu’il n’y reviendrait jamais.

Et voilà, aujourd’hui c’est le brave tché qui est président, mais ça résout pas grand-chose, car les ivoiriens sont toujours très très fâchés entre eux, et que ça tire toujours de partout dans la ville d’Abidjan, et qu’il y a beaucoup de morts, et que les gens ils ont faim, ils ont soif, et ils ont peur.

Et qu’il va leur falloir se pardonner.

Et pour ondouler en rythme sur de l'ivoirien...


Magic System - Ambiance à l'africaine par magicsystem

 

Avec quelques liens pour ceux qui veulent en savoir plus ...

Wikipedia

TV5 Monde

La Documentation Française

Abidjan.net

06:00 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (21) | Tags : cote d'ivoire, gbagbo, coup d'état, france, situation, afrique | |  Facebook | |  Imprimer | |

23/03/2011

BASTAREAU !!!

Le grand tout a décidé que mon destin était d'aimer le rugby.

Après une première incursion au stade de France pour un match Paris-Toulouse, c'est d'un pas guilleret, avec une brise dans mes cheveux et le sourire aux lèvres que j'ai repris le chemin de Saint-Denis, sa plage, ses palmiers.

Non je déconne, à Saint-Denis c'est la montagne, tout le monde le sait.

 

Afin d'assister à un des évènements les plus importants du monde ovalesque : le tournoi des 6 nations.

Entre le XV du Pays de Galles

Le pays de Galles est une principauté depuis le xiiie siècle, sous le prince gallois, Llywelyn le Grand et son petit fils, Llywelyn le Dernier, qui prit le nom de Prince des Gallois aux environs de 1258 et a été reconnu par les rois anglais par le Traité d'Aberconwy en 1277.

Et un peuple qui a un Prince qui s'appelle Llywelyn le grand ne peut pas être entièrement mauvais.

 

Et la France

Nous on a juste Sarkozy le petit. 

 

Et qu'ai-je fait me demandez-vous au Stade de France.. ? 

J'ai bu des coupes

Tâté tous les rugbymen à la retraite ou en exercice passant à ma portée

Mangé des canapés

Re-bu des coupes

Me suis prosternée devant Jean Gachassin (président de la FFT) dans l'espoir d'obtenir une place en loge à Roland Garros

Oublié ma dignité

Fait une photo avec Jonah Lomu (si vous ne savez pas qui c'est, documentez-vous, bordel)

Engueulé Anna Urban Girl parce qu'elle me piquait mes plans drague

Re-bu des coupes

Cherché les toilettes

Fait la hola (holaaaaaa)

Mis le dawa dans la tribune des joueurs

Avant de repartir dans un taxi qui ressemblait à une limousine .. Le luxe total.

 

Le rugby ?

Sais pas.

Vu qu'il y avait un quidam encore plus ivre que moi qui a passé la deuxième mi-temps à hurler "Bastareau, il faut faire rentrer Bastareau" toutes les deux minutes.

Pendant que mes compagnes et moi ponctuions par des "wéééééé" approbateurs.

Au grand désarroi des personnes présentes qui tentaient de suivre le match.

(pour les non initiés, et la petite histoire, le fameux Bastareau, joueur parisien, n'était même pas sélectionné pour le match)

Je crois qu'on va être interdites de stade à vie, désormais.

 

Ah sinon, en plus des activités décrites ci-dessus on a également tourné des vidéos..

Le jeu du jour est devinez où j'apparais.

Un indice : je suis un ex-capitaine de l'équipe de France frisé et très baraqué.


FULL ACCESS : France-Pays de Galles / 19 mars 2011 par Orange

 

Et merci à Orange et Sandrine Camus (qui est la meilleure, je le dis à la face du monde) pour cette soirée VIP de folie !!


06:00 Publié dans Actualités, Sport | Lien permanent | Commentaires (19) | Tags : tournée des 6 nations, france, pays de galles, stade de france | |  Facebook | |  Imprimer | |

14/03/2008

Notre France à Nous

Cette note est partie d'un échange avec Kitty.

Kitty avait fait une note sur le film "Bienvenue chez les Ch'tis", qu'elle a vu au cinéma.

J'avais fait un com assez virulent sur le fait que je ne me reconnaissais pas dans ce cinéma qui véhiculait des clichés franchouillards passéistes.

Kitty avait eu l'idée d'en faire une note, superbe par ailleurs, que je vous invite à lire

http://mavieiciouailleurs.hautetfort.com/archive/2008/03/...

Je me suis tellement reconnue dans sa note, que j'ai eu envie de la prolonger.

Après ce long préambule, voici donc, sur l'idée de Kitty et avec quelques phrases que je lui ai emprunté parce que je m'y reconnais,

Ma France à moi  (vous pouvez y mettre Diams en fond musical. Non cette fille n'est pas si nulle...)

Ma France à moi, c'est ta France à toi, Kitty : elle est multiple, métissée, vivante, avec, comme tu le dis si bien un passé qui regarde vers l'avenir

Mon francais à moi c'est une langue qui pique des mots aux voisines d'à côté et d'en dessous, pour se réinventer tous les jours. Pas une langue morte figée dans un dictionnaire

Ma France à moi, elle se lève tôt, pas forcément pour voter Sarko, mais plutôt pour chercher du boulot.

Elle monte au créneau pour défendre les pt'its bouts de l'école de ses gosses qu'on veut renvoyer chez "eux" parce que leurs parents viennent "manger le pain des français", même si elle n'a pas voté à gauche.

Ma France à moi, elle râle, elle descend dans la rue, elle fait mai 68.

Ma France à moi elle est prolo et elle est chic. 

Ma France à moi, elle a accueilli mes grands-parents, parfois à coup de coups de pieds au derrière, mais accueilli quand même. 

Elle aime la bouffe, l'amour et faire la fête.

Ma France à moi, elle fait chier, elle n'est jamais contente. 

Ma France à moi, elle ne vit pas qu'à Paris, elle a l'accent de Marseille, du Sud-Ouest, du Nord, de Lyon, d'Alsace

Ma France à moi, elle a les plus beaux paysages du monde. Même s'il sont parfois noyés sous la pluie en plein été. 

Elle est championne du monde de la débrouille et du contournement de règlement. 

Ma France à moi, elle a inventé les trucs les plus pointus de l'univers, mais elle ne sait pas les vendre...

Ma Marianne à moi ,c'est une métisse BBBA (Black, Blanche, Beur, Asiat') sublime qui habite les quartiers, drapée dans une robe JPG.

Ma France à moi, elle m'énerve quand j'y suis, elle me manque quand je n'y suis pas...

1907003609.jpg

 

19:35 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : france | |  Facebook | |  Imprimer | |