Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2013

Mot dièse

Par la grâce du génie français, de l'exception culturelle et de la loi Toubon réunis, un fonctionnaire zélé à trouvé bon de traduire le terme "hastag" par "mot-dièse

Ce qui 

1/ ne veut strictement rien dire

2/ n'est même pas exact puisque la traduction la plus intelligente serait plutôt "balise" ou "mot-clé" ou "étiquette", par exemple.

Je propose donc dans la même veine que l'on traduise

"internet" par "entrefilet"

"Facebook" par "VisageLivre"

"FourSquare" par "4carrés",

"Instagram" par "GrammeInstantané"

et "Tumblr" par "Tombelaire", tant qu'on y est.

Twitter deviendrait aussi "gazouiller", les twittos des "gazouilleurs" et un RT un "RG". Un Retour de Gazouillis.

Puisqu'on est dans l'absurde, autant y aller à fond.

Je rappelle donc à nos chers fonctionnaires que la langue française est, ou était, comme la France, une terre d'accueil.

Des gens et des mots.

Le vocabulaire français moderne puise largement dans des termes "étrangers".

Au hasard, abricot, moka ou assassins qui viennent  de l'arabe (les haschichins étaient des tueurs qui consommaient du haschich),  kitsch qui vient de l'allemand ou encore bistro qui vient du russe "bouistra" qui veut dire "vite".

Sans parler des anglais week-end ou beefsteack qui font désormais partie du langage courant, et qui ne sont même pas adaptés.

Je ne parle même pas non plus des divers argots qui puisent largement dans tous les langues et patois divers, du kabyle au manouche en passant par les divers dialectes ivoiriens ou sénégalais.

Dits argots qui finissent par remonter dans le langage courant.

Fatalement.

C'est ce qui fait qu'une langue reste vivante et non pas figée sous une couche de poussière sémantique.

Je suis de ceux qui pensent qu'une langue doit évoluer en tous cas. Et que vouloir la fixer dans sa "pureté" finit toujours par la tuer.

Sans aller dans un extrême de langue écrite phonétique ou façon SMS, je suis pour la simplification et l'ouverture du français en préservant ce qui fait son charme et son originalité.

Ce qui n'est pas une mince affaire, évidemment.

Mais nous avons tout un tas d'experts très qualifiés qui pourraient s'y coller.

La langue française est magnifique, poétique, musicale ...

Mais compliquée, trop compliquée, Truffée de règles grammaticales et orthographiques incompréhensibles dont peu de gens peuvent expliquer l'origine. De temps dont personnes ne se sert plus. De conjugaisons irrationnelles. D'accords obscurs.

Qui, vraisemblagement empêchent ou freinent aussi son apprentissage à l'étranger. Et font perdre des heures et des heures à des écoliers alors que les programmes scolaires sont chargés et que ce précieux temps pourrait être utilisé à d'autres apprentissages.

Oui, je suis convaincue qu'on pourrait simplifier le français sans le dénaturer en gardant son charme et sa musique.

Et pas en francisant à marche forcée et avec des équivalents approximatifs et ridicules des termes sans vraiment d'équivalent chez nous.

Laisse le hashtag vivre sa vie de hashtag. 

Et dis-toi que pour dire "rendez-vous", les anglais disent ... "rendez-vous". 

Visiblement ça ne les empêche pas de dormir.

 

twitter-hashtag.jpg

 

 

06:00 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : hastag, twitter, langue, grammaire, orthographe, français | |  Facebook | |  Imprimer | |