Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2011

Geekette un jour, geekette toujours

Outre des raisons psychanalytiques obscures et qui n'intéressent que mon médecin traitant (coucou tonton Sigmund) (tenir les gens à distance, c'est mieux, toussa) je me suis aperçue à près de 50 ans que j'avais trouvé mon cocon dans le virtuel.

On fait des découvertes à tout âge.

 

Petite fille j'ai été nourrie à la BD française et belge, aux comics US, à la musique anglo-saxonne (déjà), au cinéma,  à la science-fiction et au fantastique. 

Sans parler d'un amour instinctif et immodéré pour les chats, compagnons indispensables de tout nerd qui se respecte...

Ajoutez ceci à  des parents à l'humour décalé fréquentant des gauchistes beatniks et grimpant sur les barricades en 68, il était assez peu probable que je finisse gestionnaire de grand compte chez Boursicoteurs et fils.

 

Bon bien sur à l'ère tertiaire avant l'invention du micro-ordinateur, internet n'existait pas encore, pas plus que les réseaux sociaux. Si si c'est possible.

En revanche le terreau de la sous-culture geekesque était déjà fertile.

Et j'avais déjà du mal à trouver une seule sphère de relations qui rassemble tous les centres d'intérêts.

J'ai donc dispersé mes fréquentations en fonction des goûts des uns et des autres.

 

Au début des années 80 Je me souviens des soirées Où l'ambiance était chaude Et les mecs rentraient Stan Smith au pied ... J'ai tout de suite été fascinée par l'arrivée des premiers jeux vidéos. Parties interminables de pac man et space invaders sur console Atari ont rejoint les autres goûts bizarroïdes pour le commun des mortels.


J'ai même fait partie des douze personnes qui ont vu Tron à sa sortie en salle en France. Où le film, considéré comme fondateur de la culture geek, a fait un flop intersidéral. Je l'avais adoré bien sur. Alors que tout le monde prédisait que ce genre de cinéma n'avait aucun avenir (sifflote).


J'ai eu juste un petit souci de timing. Au moment de l'arrivée des micro-ordis et d'internet, début 90, mon réseau social se composait de deux nains qui ont quelque peu polarisé mon temps et mon attention.

Ce qui ne m'empêchait pas, déjà, d'exaspérer mon support IT professionnel en bidouillant mon micro de façon non orthodoxe.... Et d'acheter des consoles de jeux (aaaah la Séga Mégadrive) sous prétexte d'enfants à divertir.

Ce qui fait que je n'ai replongé ma tête dans la toile que début 2000.

Et que l'arrivée du tu du duuuuuuuuuu du modem bas débit a fait de moi l'esclave du net.

Esclave modérément libre, jusqu'à ce que le meuri commette une énorme, une irréparable erreur.

Lassé qu'on le sollicite toutes les 5 minutes à chaque plantage de la machine, il s'est mis un jour à hurler en mode basson hystérique "J'EN AI ASSEZ JE NE TOUCHE PLUS A CET ORDINATEUR".

Pour satisfaire mon addiction, il a bien fallu que je mette les mains dans le cambouis.

De bidouillage, en installation, en transfert au haut débit, en changements successifs (et installation) d'OS et d'ordinateurs, et heures passées avec les hot lines, à force de temps en ligne, je suis tombée sur les forums, puis sur les blogs, puis... etc, etc, pour en arriver à aujourd'hui où la quasi totalité de mes loisirs se déroulent derrière un écran.

Mais oui, la toile me plait, la toile est mon domaine, je m'y sens... bien. J'ai enfin trouvé mes homologues.

Non pas que je me fasse des illusions sur la perennité des relations en ligne.

Mais dirons-nous ce sont des esprits frêres qui ont les mêmes références que moi.

Il était temps. Tout arrive.

Ceci dit, je pense que la geekerie est en fait génétique. J'ai découvert récemment que ma mère, 83 ans passait ses nuits sur les forums de droite à bâcher les lecteurs du Figaro et bidouillait ses clichés sur Photoshop.

J'ai donc une bonne marge de progression.

Je pense qu'à 83 ans, si je ne suis pas morte ou aux fraises, j'aurais fabriqué mon propre hologramme - transmetteur - dématérialiseur.

Pas un ordinateur, les ordinateurs n'existeront plus depuis longtemps voyons, tout le monde le sait.

Faut suivre, un peu.

300.jpg


 

06:01 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : geekette, virtuel, réseaux sociaux, histoire | |  Facebook | |  Imprimer | |