Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2013

Les pipeuleries, le retour du fils de la ... De la quoi d'ailleurs ?

 

Dans mon éternelle et abyssale quête de futilité pour oublier que l'existence n'est qu'un long chemin vers le néant, je me suis dit qu'un peu de pipeuleries ne nuiraient pas.

Car le 7ème jour, pour se reposer de sa création, dieu décida de créer les gossips. Je ne fais donc que continuer son oeuvre. 

Et je ne prends aucune drogue, tout ceci est entièrement sorti naturellement de mon cerveau malade. Et c'est méchant, comme d'habitude. 

 

  • Notre statue nationale, Jeuni H., a décidé d'illuminer le monde occidental par le récit de ses mémoires. Recueillies et couchées sur le papier par l'ex-femme de Bruel, qui a besoin visiblement de payer ses impôts et de maintenir son train de vie en torchant un pavé bien rémunéré. Pour aider à faire parler de ce chef-d'oeuvre immortel, le papi du wok'nwoll clashe son entourage, enfants compris. Les rejetons apprécieront ce père si prévenant qui les traite de fils et fille à papa (quoique de ce côté là, il n'a pas tort). Ceci n'a pas vraiment suffit : après avoir "vendu" le livre comme un succès fulgurant, la maison d'édition, Plon, a admis que les chiffres donnés (200.000 exemplaires) étaient ceux de la mise en place en librairies et non des ventes réelles : 26.000 exemplaires seulement. Preuve que les souvenirs de l'idole passionnent relativement peu malgré cette promo soutenue et ces quelques passages croustillants. A  propos d'idole, permettez-moi de trouver relativement pathétique qu'on érige au rang de gloire nationale un vieux débris alcoolique, évadé fiscal et pédophile sur les bords puisqu'il admet  avoir tripoté une jeune fille de 14 ans alors qu'il en avait 40 bien sonnés. 50 ans de carrière n'excusent pas tout. Et certainement pas de se moquer de son public, majoritairement modeste, en prenant son cash pour aller le dépenser (ou le boire ?) à l'étranger avec une femme qui pourrait être sa fille. J'ai du mal à comprendre la prévenance, voire l'aveuglement des médias dès qu'ils s'agit de ce monsieur, alors qu'il est autant, sinon plus à blâmer qu'un Depardieu, par exemple.

 

  • Hugh Grant est à nouveau père pour la deuxième fois à 52 ans ! Après avoir refusé toute forme d'engagement pendant très longtemps, on dirait que le beau Hugh veut rattraper son retard la cinquantaine venue. Père une première fois il y a 2 ans "par hasard" d'une petite fille, fruit d'une brêve liaison sans lendemain, l'acteur anglais avait décidé d'assumer néanmoins sa paternité. Ce qui l'a conduit à renforcer les liens avec la maman, au point d'avoir un second enfant avec elle ! Hugh a donc le choix du roi, puisqu'après une fille, il devient père d'un petit garçon. A ce rythme, il va se retrouver à la tête d'une véritable tribu rapidement. Et rejoindre le clan des nouveaux papas poules sur le tard comme Bruce Willis ou Alec Baldwin qui ne font plus un pas sans leur progéniture chérie !

 

  • Les télé-crochets font un retour fracassant à la télé et sur les réseaux sociaux. The Voice, Nouvelle Star, Star Ac font des records d'audience et de tweets, surtout pour les deux premiers. Après une période où le genre semblait quasi-abandonné, voir des apprentis chanteurs se frotter semaine après semaine au jugement du public et d'un jury semble à nouveau passionner les téléspectateurs, qui peuvent désormais donner leur avis comme un juré supplémentaire grâce à la social TV. Une deuxième jeunesse pour ces programmes, en somme. Pour ma part, même si mon avis n'a aucune importance, je m'en désintéresse quasi-totalement. Je n'ai jamais accroché à "The Voice" dont je trouve la version française totalement ennuyeuse et consensuello-casse-couilles. Et dont le jury a quand même du mal à rivaliser avec les pointures des éditions anglaises ou américaines. Même verdict pour "Nouvelle Star". J'ai tenté de regarder une ou deux fois, j'ai changé de chaîne au bout de quelques minutes, tellement c'était exaspérant : jury mou, Manoukian en boucle, chanteurs transparents, Hanouna pas à l'aise en animateur. La formule n'accroche plus. Pourtant j'avais adoré les années "Nouvelle Star" sur M6. Quant à la Star Ac', le mélange télé réalité - télé crochet, n'a jamais été mon truc, ni sur TF1 hier ni sur NRJ aujourd'hui. Le côté variétoche, non plus. Bref, ce n'est pas toujours dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes. La preuve. Et on annonce aussi maintenant le retour de "Popstars" sur la TNT. A quand l'exhumation de "la chance aux chansons" avec Pascal Sevran en hologramme tant qu'on y est.

 

  • Lady Gaga contrainte et forcée d'annuler la fin de sa tournée. La chanteuse la plus marketée de l'univers a des problèmes de hanche et doit se faire opérer. Les fans, ne paniquez pas devant la pauvre fille qui va devoir rembourser des millions de dollars. Y'a des sociétés pour ça. Ca s'appelle des assurances. A priori, la dame devrait bien s'en tirer. La hanche, hein ? Normalement les hanches en plastique c'est fait pour les gens d'un certain âge. On va donc pouvoir l'appeler Mamie Gaga. Ca lui ira pile-poil (OH CA VA ON PEUT RIGOLER)

 

  • Pendant ce temps, Beyoncé fait tout pour lui piquer la place de reine du monde/pop/soul/industrie du disque/univers/et ses environs. Après un léger couac de play-back à l'investiture d'Obama,  un (spectaculaire j'admets) show de mi-temps au super-bowl, elle annonce une tournée mondiale et présente un documentaire sur sa vie, son oeuvre, et ses pensées profondes. Dans lequel elle montre son ventre de femme enceinte pour désamorcer la rumeur persistante sur le fait qu'elle n'a pas porté sa fille. Qu'elle montre d'ailleurs face caméra pour la première fois depuis sa naissance. Manque de bol pour la petite, et comme plusieurs d'entre nous l'avons remarqué, alors qu'elle aurait pu bénéficier du physique plutôt agréable de sa maman,  elle ressemble à son ... Père, Jay-Z.  Même si la petite est encore assez choupinette, cette ressemblance risque de lui valoir plus tard un physique avec la tête de basset artésien de son père plantée sur le popotin plantureux de sa maman. Pas de bol. 


 

  • Une qui aura du mal à réclamer la place de reine de la pop c'est Carla Bruni. L'ex-première dame tente un retour maintenant que son mari n'est plus président. Malgré un passage dans une major, une promo complaisante et des diffusions répétées sur diverses radios, 15 jours après son lancement, la seule trace de vente de son single est une très modeste 85ème place la semaine dernière dans le top téléchargement de pure charts (merci à Pari pour l'info). Et oui, le 07 février, son single n'avait séduit que... 800 acheteurs.  Dans l'album qui devrait suivre, elle règlerait des comptes, notamment avec la presse. Presse dont elle se plaint abondamment, mais qu'elle sollicite au moindre battement de cil, au passage. Pas certain que ceci l'aide dans sa promotion future. Ce qui pourrait l'aider serait éventuellement de chanter un peu plus fort. Mais pour les cordes vocales, contrairement au visage, photoshop et le botox n'ont aucun effet. Malheureusement.
 
Sinon pour les réclamations, vous pouvez vous adresser à mon avocat, maître Taloche. Moi je pars en Australie pour éviter les fans des susdits. Car en plus d'être méchante et aigrie car je n'ai jamais pu faire une carrière artistique convenable autre que brailler "all by myself" totalement ivre dans un karaoké de banlieue, je suis lâche.
 
Adieu, donc.
 

Fotolia_45775760_XS.jpg

 

07/01/2011

Pourquoi les acteurs britanniques sont-ils les meilleurs du monde ?

Enfin du moins du monde occidental. Je ne prétend pas juger le jeu des acteurs nippons ou indiens que je connais mal.


C'est la question qui a surgi une fois de plus dans mon cerveau embrumé, dans la perspective d'aller voir très bientôt "le discours d'un roi" film unaniment couvert de louanges.

En particulier en raison de la performance de son acteur principal, le très charmant Colin Firth (Monsieur Bridget Jones, entre autres, pour resituer le bonhomme).


Mais également en visionnant à nouveau le cultissime "Love Actually" dont je décrête qu'il est le film idéal pour un 25 décembre. A regarder dans un canapé, enveloppée dans un plaid, une boite de chocolat et un thé à portée de main.


Oui, dans Love Actually, la brochette d'acteurs british sont tous plus justes les uns que les autres et collent idéalement à leurs personnages.

Que celle qui n'a pas éclaté de rire à la petite danse de Hugh Grant en premier ministre énervé me jette un Louboutin à la tête.


Prenez les petits mouchoirs par exemple à côté.. Heu... Comment dire.


Je me tais, car je ne l'ai d'ailleurs pas vu, les quelques extraits aperçus à droite et à gauche ont amplement suffi à mon bonheur.


On va encore me taxer de snobisme anti-français mais force est de constater que de Laurence Olivier, à Colin Firth donc, en passant par Alec Guinness, Peter O'Toole, David Niven, Michael Caine, Emma Thompson, la fantasque Helena Bonham Carter, Clive Owen, le tout récemment disparu Peter Postlethwaite (dont Spielberg disait qu'il était le meilleur acteur au monde) et tant d'autres...

 

 

Ces gens sont tous capables de performances absolument remarquables qui leurs valent régulièrement des récompenses partout dans le monde y compris aux oscars.


Alors que les oscars pour les acteurs français... heu.. Il y en a eu deux à ma connaissance (corrigez moi si je m'enduis d'erreur) : Simone Signoret et Marion Cotillard

La dernière me laissant plus que dubitative d'ailleurs. Il faudra qu'on m'explique un jour ce que les gens trouvent au charisme de poisson mort de cette fille.


Je sais qu'on va encore me taxer de snobisme anti-franchouillard, mais quand on me pose la question "tu apprécies qui comme acteur français ?" j'ai vraiment du mal à citer plus de deux ou trois noms (dont Marielle et Rochefort), et encore.


Je n'ai pas vraiment d'explication à fournir sur cette différence de niveau, n'étant pas une spécialiste du jeu d'acteur, ni de l'histoire comparée britannico-française du spectacle.

Bien sur, il y a la fameuse théorie de la tradition de l'apprentissage du théâtre Shakespearien, dont les personnages sont tellement complexes qu'ils obligent l'acteur à fouiller au plus profond de lui-même.


Alors que la tradition française serait plutôt celle des les Gabin, Ventura, et plus près de nous, Depardieu qui mettent leur personnalité en avant dans les oeuvres qu'ils interprètent, plutôt que de se fondre dans le personnage.


J'ai ma petite théorie perso qui vaut ce qu'elle vaut (attention sociologie de bazar à suivre) : les britanniques, tellement flegmatiques en apparence n'hésitent pas à aller très loin, y compris dans le n'importe quoi, sans aucun frein. En témoignent une longue tradition de foldingos excentriques que je n'énumérerai point ici.. Alors que les français, sous des aspects plus détendus, n'osent souvent pas aller au-delà d'une certaine retenue, à de rares exception près. Ce qui, dans le cas des acteurs, les empêche de s'immerger totalement dans leur rôle.

 

Ou alors ... Serait-ce que les acteurs anglais sont bons, alors que les français sont mauvais ???

 

Naaaaaan ... Je n'ose y croire..

 

Tant pis, il y a quand même un domaine où les Grands-Britons ne peuvent pas nous donner de leçons, et heureusement.

On n'a qu'à se rattraper sur la bouffe à défaut d'avoir de bons acteurs.

C'est tout.

 

Sinon tous les avis sont bienvenus, y compris ceux des spécialistes du cinéma...

 

Pictures.jpg

Et EN PLUS ils sont souvent pas mal du tout du tout...