Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2010

Celle qui n'était jamais choisie..

... Nulle part.

Sous-titre : Caliméro, sors de ce corps

Le nouveau prix Elle version 2010 vient de me renvoyer à un de mes vieux démons...

Le démon de celle qui n'est jamais choisie, sélectionnée ou citée nulle part.

Je ne suis pas amère, jalouse et même suis très contente pour celles qui ont été "nominées", dont pas mal de copines..

Mais force est de constater qu'à chaque fois qu'il s'agit d'entrer dans la lumière, et bien bizarrement mon projecteur perso s'éteint.

Déjà gamine, nulle en sport, je restais désespérément à attendre qu'on me sélectionne dans les équipes de balle au prisonnier jusqu'à ce qu'il n'y ait plus personne à choisir à part.. moi.

Quant au travail en groupe... Les gens apprécient généralement moyennement qu'on aie deux longueurs d'avance en rapidité de réflexion sur eux. Et qu'on leur parle comme à des gentils attardés.

Ca énerve.

Je ne suis pas PLUS intelligente que tout le monde, bien au contraire. J'aurais juste été diagnostiquée précoce si le diagnostic avait existé à l'époque.

Oui, j'ai eu une enfance solitaire, pleurez sur moi. A la fois les autres gosses ne m'intéressaient pas trop non plus. (même gamine je n'aimais DEJA pas les enfants... !!)

Mais même précoce, je n'arrivais pas à être PREMIERE. Toujours deuxième, troisième voire quatrième : la pire place, au pied du podium.

Je passe toutes les fois où je n'ai pas été choisie pour une danse, jouer un rôle dans une pièce au Lycée, le boulot de rêve, ou l'élection de miss camping.

Jusqu'à mon activité bloggesque.

Rien, nada, jamais, aucune citation, aucun prix, aucune sélection.

Alors évidemment, je me remets en question, si je n'ai aucune mention nulle part c'est que ce que je fais n'est pas forcément d'une qualité démentielle.

C'est une possibilité. Se remettre en question, de toutes façons c'est toujours salutaire.

Une deuxième possibilité c'est que ma ligne éditoriale fait telleement de zigzag qu'on ne peut même plus parler de ligne, mais de spirale.

Du coup, je ne rentre dans aucune case. Difficile de me classer quelque part.

Ceci dit, j'ai quand même deux ou trois personnes (dont ma mère) qui viennent me lire tous les jours.

Je me sens donc un peu dans la peau, toutes proportions gardées,  de l'acteur dont les films marchent très bien mais qui n'est jamais nommé aux Oscars.

Parce qu'il fait des films trop légers. Et que pour être pris au sérieux, il faut trop souvent malheureusement.. être sérieux.

Boh, peu importe, je serais surement reconnue après ma mort...

En tous cas sur ma stèle funéraire, je sais ce que je ferai inscrire.

"Mais arrêtez-vous devant MOI pour une fois, bordel"

 

Mouahahaahahhaahh

 

NB : pour Elle ceci dit, mes camarades m'ont rappelé à juste titre que je les avait un poil taclé l'année dernière. Je vais me consoler avec cette idée. Mais j'aimerais quand même être le numéro uno une fois quand même, zut quoi. Juste histoire de voir ce que ça fait !

Calimero.jpg

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (48) | Tags : elle, sélection, concours, classement, interview | |  Facebook | |  Imprimer | |

26/05/2010

L'interview Star - Alain Lambert Sénateur UMP


Le CSA m'obligeant à rétablir la parité, après l'interview de Benoit Hamon la semaine dernière, je devais donner la parole à un membre de l'UMP.


Franchement, il y a encore quelques jours, je n'aurais jamais imaginé  autoriser à parler ici un droitiste umpesque. Mais la rencontre virtuelle d'Alain Lambert a réussi à me persuader qu'il y avait AUSSI des gens sympathiques et intelligents à droite. Et qu'un Sénateur n'est pas uniquement quelqu'un d'ennuyeux.. Prenez le temps de tout lire, c'est loin d'être barbant et vous apprendrez plein de choses.


Je vous rappelle néanmoins qu'être de gauche améliore la vie amoureuse, rend beau, intelligent et attractif amicalement et socialement.


1. Alain Lambert, vous êtes une star intergalactique. Pour les quelques moines trappistes, anachorètes Kazakhs et déficients mentaux qui ne vous connaitraient pas, pourriez-vous vous présenter..


Je me sens plutôt moine que star ! Un brin studieux et réputé (à tort ?) austère. Plus intéressé par le fond que par la forme, par le résultat que par l’apparence. J’ai connu 4 séquences principales dans ma vie : -Une enfance très heureuse dans une famille bien modeste (mon père était cordonnier) dans un petit village de Mayenne. – Une vie familiale épanouie, marié depuis bientôt 40 ans, 4 enfants et 7 petits enfants. - Une vie professionnelle inespérée, j’ai épousé la belle fonction de notaire à Alençon (Orne) et j’ai eu la chance de siéger jusqu’à la présidence des notaires de France. – Une vie politique exaltante : de simple conseiller municipal en 1983, je suis devenu ministre en 2002, en passant par le rapport général et la présidence de la Commission des Finances au Sénat où nous avons, avec Didier Migaud, inventé la LOLF, notre nouvelle constitution financière de la France.



2. Très bien. Mais pour atteindre votre degré réussite, évidemment il faut coucher. Avec qui ? Soyez factuel  : noms, adresses, numéros de téléphones. Ca peut servir.


Si l’on m’avait suggéré ce mode d’emploi, j’aurais probablement « sauté » sur l’occasion, mais mon charme n’opérait principalement que sur les vielles dames ce qui m’a, sans mérite, classé dans le camp de la vertu. S’agissant du siècle dernier vous comprendrez que les infos ne sont plus dans les annuaires mais dans les cimetières. Puis reconnaissez qu’il est difficile de séduire avec mon vocabulaire quotidien : déficit, dette, rigueur etc. Je consacre donc ma vie de moine à proposer, comme Sénateur, des voies de redressement de nos finances publiques. Cela n’intéresse visiblement personne. Alors je me ressource souvent à l’étranger pour parler des finances des autres puisque les nôtres nous sont indifférentes. Puis j’ai une assez bonne expérience des fonctions locales puisque j’ai siégé à tous les niveaux territoriaux, ce qui me vaut de m’occuper au Sénat des collectivités locales. Un Sénat qui, au passage, se féminise, ce qui n’a aucun rapport avec le relèvement du taux de fécondité en France. Je vous le confirme.



3. Une dernière question où je fais semblant de m'intéresser à votre cas : des gens, des rencontres qui vous ont particulièrement marqué ? (à part moi bien sur)


La seule rencontre qui restera inoubliable sera évidemment celle-ci avec VOUS ! Pourtant en 40 ans de vie active, je crois avoir rencontré tout le gotha dont la presse parle. Les gens dont on se souvient ne sont pas obligatoirement les plus connus. Parler finances en tête à tête avec des Présidents de la République laisse moins de souvenirs que recueillir, comme notaire, les confidences d’une personne qui va mourir. A Bercy, je voyais les artistes, sportifs et autres qui avaient des problèmes avec le fisc. A Alençon, des rmistes qui cherchaient du boulot. Chaque histoire est unique. Mais le plus beau souvenir restera d’avoir « mis au monde » une nouvelle constitution financière avec mon ami Didier Migaud alors député socialiste, en pleine cohabitation.


4. Venons-en maintenant au cœur du sujet : flattez-moi.



Nous pourrions faire tellement de choses ensemble : vous êtes gauchère, je suis droitier. Vous êtes bloggeuse, je suis blogueur. Vous êtes twitteuse, je suis twitteur. Nous avons le même âge. (Pardon, je vous promets, je ne le ferai plus !) Belle complémentarité. Puis la politique, c’est comme la technologie, on n’arrête pas le progrès. Il faut mixer les idées. Réapprendre à s’écouter, se parler. Cesser la guerre civile des idées. Ouvrir les barrières mentales et les aprioris. Percer des horizons nouveaux inexplorés. Briser des tabous. Construire des citadelles d’ondes positives. Allez, venez, sans vous le monde ne progressera pas. Je vous accompagne.



5. Enfin, pour finir, une interview avec la Grande Manu... C'est le plus beau jour de votre vie, j'imagine. Une consécration en quelque sorte. Alors, heureux ?

On recommence quand ?

 

 

J'avais songé à illustrer cette note par un visuel, mais mettre le logo de l'UMP, non vraiment c'est au-dessus de mes forces.

06:00 | Lien permanent | Commentaires (40) | Tags : interview, alain lambert, sénateur, ump | |  Facebook | |  Imprimer | |

18/05/2010

L'interview Star - Benoit Hamon - porte parole du Parti Socialiste

 

Comme raconté hier, voici donc le fruit d'une préparation calamiteuse et d'une course poursuite pour arriver à l'heure à un rendez-vous impromptu.

Le seul truc que j'ai réussi à faire sous la pression a été de dégaîner mon interview star à base de ... N'importe quoi..

J'ai honte.

Mais ce qui est fait est fait, on ne va pas revenir en arrière.

Buvons donc le calice jusqu'à la lie comme dirait.. Euh comme dirait qui, en fait ?

 

Benoit Hamon, vous êtes une star intergalactique ET - est-il besoin de le rappeler - le porte-parole du parti socialiste (oh mon dieu la gauche revient). Pour les quelques moines trappistes, anachorètes Kazakhs et déficients mentaux qui ne vous connaitraient pas, pourriez-vous vous présenter..


J'ai 42 ans, et aussi loin que je m'en souvienne, j'ai toujours été de gauche. J'ai un parcours un peu atypique par rapport au reste de la classe politique traditionnelle. Pas de sciences-po ni d'ENA, mais une (modeste) licence d'histoire. Mon premier poste public important a été une place dans le cabinet de Martine Aubry (sous le gouvernement Jospin) pour m'occuper des emplois jeunes. J'ai également écrit ses discours avec deux autres personnes. Nous étions 3 hommes pour écrire les discours pour une femme. Ce qui nous permettait souvent de nous interroger afin de savoir si ce que nous écrivions devait avoir une coloration plus féminine ou pas. C'était un bon exercice de style.

 

Actuellement je suis porte-parole du PS Mon activité principale est donc de parler et d'argumenter de façon très conséquente.

Mais je suis également, étant donné que ce n'est pas une activité rémunérée, Directeur d'une petite société d'études avec deux associés et je donne des cours en tant que professeur associé à l'Université Paris VIII. Je suis également Conseiller Régional sur Trappes.

 

Finalement ça rejoint les moines trappistes. Il y a aussi beaucoup de capuches dans ce secteur, même si ne sont pas forcément les mêmes.


Très bien. Mais pour atteindre votre degré réussite, évidemment il faut coucher. Avec qui ? Soyez factuel : noms, adresses, numéros de téléphone. Ca peut servir.



Effectivement. Mais pas forcément avec les gens auxquels on pense dans un premier temps. Les personnes qui m'influencent et dont je prends l'avis quasi-systématiquement ne sont pas les gens les plus connus. Mes deux grands soutiens sont Régis Jouanico, trésorier du PS et Olivier Giraudin, maire d'une petite ville qui s'appelle la Chapelle Saint Luc. Sinon, il y a évidemment Martine Aubry qui m'a intégré dans son cabinet ministeriel, et Henry Emmanuelli, qui est un homme d'une grande qualité et un vrai type bien.


Vous noterez donc que j'ai couché avec plus d'hommes que de femmes (SCOOP ENORME SCOOP)


Une dernière question où je fais semblant de m'intéresser à votre cas : des gens, des films, des rencontres qui vous ont particulièrement marqué ? (à part moi bien sur)


En gros les gens que je viens de citer.

Venons-en maintenant au coeur du sujet : flattez-moi.


Je ne vais pas pouvoir vous flatter très longtemps car j'ai une interview sérieuse à préparer rapidement (je confirme l'attaché de presse a déboulé parce que France 2 voulait une interview dans l'heure) (ce qui prouve aussi que Benoit Hamon considère que mon interview n'est pas sérieuse, on se demande bien pourquoi). Je dirais que dans le concert de mauvaises nouvelles actuelles (dont celles sur lesquelles il devait s'exprimer) je vous remercie de m'avoir permis de dire quelques conneries. Ca change un peu.


Enfin, pour finir, une interview avec la Grande Manu... C'est le plus beau jour de votre vie, j'imagine. Une consécration en quelque sorte. Alors, heureux ?


Oui, ça va, je suis content, la preuve, je suis resté calme. (je confirme, rester zen face à ce qui précède exige quand même des nerfs d'aciers et un self-control à toute épreuve).

De toutes manières, parler c'est quelque chose d'essentiel (sous-entendu, "même à vous" ?). Je n'aime pas trop les gens qui se réfugient derrière l'action à 100 %. Il faut prendre le temps de poser les choses car le temps politique est devenu bien trop souvent le temps de la médiatisation. Et la stratégie du buzz. Cette tendance risque de mener à terme à la dépolitisation de la vie publique, avec une pensée unique et une seule façon de présenter les choses. On entend par exemple aujourd'hui qu'il n'y a qu'une seule solution pour les retraites qu'on soit de droite ou de gauche. C'est faux. Il ne faut pas croire que les sujets peuvent échapper au débat politique contradictoire. C'est pour cela que les blogs politiques et twitter par exemple sont importants ils contribuent à ouvrir justement un nouvel espace de débat. Comme tout ce qui peut contribuer d'ailleurs au débat est important.

 

Je tiens à remercier Benoit Hamon d'avoir pris le temps de me recevoir et surtout de supporter cette consternante interview sans se départir de son amabilité et son sourire.

En vrai il est méga-choupi (quoi, j'ai le droit de faire ma groupie de temps à autres, non ?)

Hamon.Jpeg


06:00 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (49) | Tags : interview, benoit hamon, ps | |  Facebook | |  Imprimer | |

17/05/2010

Comment flinguer un rendez-vous important..


En trente étapes :


  • Suivez un homme politique connu sur twitter


  • Harcelez-le pour qu'il vous suive avec des tweets idiots


  • Une fois que c'est fait, re-harcelez le pour avoir une interview toujours sur twitter


  • Dès que vous avez obtenu son adresse mail, continuez par e-mail


  • Quand enfin il cède par épuisement, et vous dit de venir dans les deux heures, soyez en peignoir, les cheveux en vrac et surtout ne préparez absolument aucune question d'avance, c'est plus professionnel


  • Lavez-vous les cheveux au dernier moment


  • Maquillez-vous au Karcher en rush


  • Coincez la fermeture éclair de votre robe


  • Partez en retard et en catastrophe, les cheveux mouillés en vrac, avec le maquillage de Lady Gaga


  • Courez dans le métro dans une jupe entravée et sur des talons de 10 cms.


  • Réalisez que votre trench est plein de tâches


  • Ratez toutes vos correspondances


  • Arrivez miraculeusement à l'heure et piétinez un SDF couché à la sortie du métro


  • Faites-vous traiter de sale pute


  • Trouvez d'un seul coup le siège du PS (quand même) et cassez-vous la figure dans la cour alors que plusieurs personnes sont aux fenêtres. Parce que vous avez mis des talons de 10 cms (je rappelle) et que la cour est pavée


  • Dites bonjour. En bafouillant. A l'accueil



  • Demandez un thé alors qu'il n'y a que du café et de l'eau. Et qu'on vous l'a précisé


  • Posez des questions idiotes


  • Enfoncez-vous


  • N'enregistrez rien, ne prenez pas de photos


  • Essayez de vous rattraper en sortant des pensées intelligentes. Enfoncez-vous encore plus


  • Finissez par demander à votre interlocuteur s'il a couché pour réussir


  • Manquez de vous évanouir


  • Rougissez en ricanant bêtement comme si vous aviez 12 ans et demis


  • Partez en courant


  • Réalisez l'ampleur du désastre


  • Rentrez chez vous en larmes


  • Prenez un Lexomil et de la Vodka pour noyer votre honte


  • Roulez-vous en boule sous la couette en espérant que l'univers vous oublie.


Le résultat de cette pathétique odyssée ? Interview star demain ici même..


Entre temps mon billet (aller simple) pour la Patagonie est déjà réservé.

 

fin-semaine-honte-L-1.jpeg


06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (32) | Tags : ps, interview, benoit hamon, catastrophe | |  Facebook | |  Imprimer | |

03/04/2010

Elle est passée par ici, elle repassera par là

 

Aujourd'hui je ne bosse pas..

Comment ça "bouuuuuuh" ??

C'est mon blog je fais ce que je veux. Et ne commencez pas les caprices, sinon ça va mal se mettre.


En revanche, pour faire taire les mauvaises langues - oui je te vois, toi au fond, en train de chuchoter des méchancetés dans l'oreille de ton voisin - j'ai bossé hier..

Et le résultat est un coming out culinaire aujourd'hui chez Auntie Joe !


Allez le lire.

Si, on ne discute pas, on y va, et c'est tout.


Autoritaire, moi ? Absolument pas. J'aime juste donner des directives.

 

 

auntiejo2_1.jpg

 

 

11:30 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : interview, auntie joe | |  Facebook | |  Imprimer | |

01/04/2010

L'interview Star : Al Amine d'Allo Ciné

 

Parce que c'était ma semaine de bonté, il m'a suppliée de passer sur mon blog car disait-il, c'était très important pour sa carrière.

J'ai donc accédé à son voeu de façon totalement désintéressée contre quelques invitations à des avants-premières, voici donc l'interview du superbe, et très influent Al Amine, Community Manager d'Allo Ciné qui va vous expliquer le fonctionnement de sa communauté...


Al Amine, vous êtes une star intergalactique ET le chef de la puissante et omniprésente société secrète du Club 300 dont le but est de dominer le monde. Pour les quelques moines trappistes, anachorètes Kazakhs et déficients mentaux qui ne vous connaitraient pas, pourriez-vous vous présenter..


Je trainais ma caravane, au cours des années 90, dans le 77 (Seine et Marne si si c'est en Ile de France demandez @3Moopydelfy si vous me croyez pas) puis à cause du bug de l'an 2000 j'ai dû migrer vers Paris pour poursuivre mes études de e-commerce et c'est grâce ou à cause, tout dépend du point de vue, de ce cursus que j'ai atterri chez AlloCiné pour gérer la boutique en ligne en 2006. Et un jour, au printemps 2008, une idée fit son apparition au sein de notre confrérie. Pourquoi ne pas réunir tous les passionnés de cinéma et de série dans une secte.


Très bien. Mais pour atteindre votre degré réussite, évidemment il faut coucher. Avec qui ? Soyez factuel : noms, adresses, numéros de téléphone. Ca peut servir.


Cette secte regroupe les membres les plus actifs sur AlloCiné ainsi que les bloggeurs Ciné - Série les plus influents (enfin ceux qui ont le plus d'argent on va dire). Pour en arriver là on peut dire qu'on en a vu des vertes et des pas mûres. Par contre j'ai fait voeux de chasteté donc je n'ai couché avec personne. En revanche, j'ai dû menacer pas mal de gens. Heureusement je connais pas mal de mec bien costauds qui se sont chargés du sale boulot.


Une dernière question où je fais semblant de m'intéresser à votre cas : des gens, des films, des rencontres qui vous ont particulièrement marqué ? (à part moi bien sur)

Mon dernier petit tour de magie à fait mouche la dernière tu peux m'appeler David Copperfield j'ai réussi à faire apparaître Tim Burton en un tour de salle de ciné et c'était plutôt réussi. Du coup tout le monde veut jouer dans mon spectacle, les places deviennent chères alors par moments je décline et envoie des membres de la secte à ma place. Dernièrement il y a eu aussi Mark Strong et Louis Leterrier


Venons-en maintenant au coeur du sujet : flattez-moi.

Lorsque l'on m'a dit que "La Grande Manu" s'intéressait à nos activités je n'y ai pas cru tout de suite mais c'est là que je me suis rendu compte que notre secte commençait à faire un peu de bruit. Puis le jour où elle a signé son chèque d'admission (beaucoup de zéro) je me suis empressé d'aller l'encaisser pour voir s'il n'était pas en bois, connaissant son passif c'était la moindre des choses. Depuis son adhésion je ne compte plus le nombre de demandes que l'on reçoit on ne peut malheureusement pas toutes les traiter mais je me fais un point d'honneur d'y répondre. La Grande Manu a changé le mode opératoire de notre secte. Chapeau l'artiste


Enfin, pour finir, une interview avec la Grande Manu... C'est le plus beau jour de votre vie, j'imagine. Une consécration en quelque sorte. Alors, heureux ?

Yataaaaahhhhhh j'ai envie de dire, du coup je pense que je ne laverai plus les vêtements que je porte aujourd'hui et je pense même les encadrer.

AlloCiné

 

logo-club-300-allocine.jpg

 

 

06:00 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (19) | Tags : allo ciné, interview | |  Facebook | |  Imprimer | |

15/05/2009

Auto-interview festival de Cannes

Sauf si vous habitez la planète mars, vous savez que le festival de Cannes a démarré hier.

On va donc bouffer de l'interview de stars au kilomètre pendant deux semaines.

Comme on n'est jamais aussi bien servie que par soi-même, j'ai décrêté que moi aussi, je méritais une interview de star.

Evidemment, comme je ne suis une star que pour mon marchand de journaux... Il a bien fallu que je me débrouille seule..

Voici donc l'auto-interview de moi-même, version originale... Puis version décryptée

Version originale..

Emanu124 : bonjour Manu, quel plaisir de pouvoir enfin vous rencontrer..

Manu : hello Darling, le plaisir est réciproque, j'adore vos articles

E124 : alors, Manu c'est votre grand retour à l'écran après plusieurs années d'absence. Pourquoi cette absence d'ailleurs ?

M. : j'ai voulu prendre du recul par rapport à un métier qui me dévorait. Et Cannelle, ma fifille avait besoin de ma présence. J'ai choisi de me consacrer à la sphère privée pour elle pendant quelques temps. Mais le cinéma me manquait trop, alors quand on m'a proposé ce rôle magnifique, je n'ai pu qu'accepter.

E124 : vous avez donc accepté de vous enlaidir et d'avoir un rôle plus secondaire. Comment le réalisateur vous a-t-il convaincu ?

M. : il m'a envoyé le scénario, j'ai été sublimée par  la noirceur et la profondeur du personnage. J'ai signé immédiatement sans me poser de question.

E124 : et ce tournage alors. Comment s'est-il déroulé avec vos partenaires..?

M.  : magique, magnifique, je n'ai pas de mots. Une totale fusion entre nous.  Des partenaires exceptionnels que je salue et avec qui j'ai hâte de tourner à nouveau. Notamment la jeune actrice qui a le rôle principal et qui est devenue comme une fille de coeur pour moi. La fin du tournage a été une déchirure pour l'équipe.

E124 : enfin, Manu, vous êtes toujours éblouissante. Cette ligne, ce teint : comment faites-vous ??

M. : une vie saine. Je refuse de succomber à la chirurgie esthétique et je ne fais jamais de régime. Je mange bio, je bois énormément de thé vert, je fais un peu de sport, et c'est tout..

E124 : merci Manu.

M. : je vous en prie Darling..

 


Et version decryptée :

Emanu124 : Bonjour Manu, le redac-chef m'a désigné volontaire pour écrire ce papier

Manu : salut crétin, tu écris encore toi ?

E124 : alors, Manu on revient avec une panouille dans un film de série Z ? Tu avais besoin d'argent ou quoi ?

M. : avec mes problèmes d'alcool et de drogue, personne ne voulait plus travailler avec moi. J'étais ingérable sur un plateau. Et comme en plus j'avais le fisc au fesses, il a bien fallu que je trouve du fric en acceptant n'importe quoi.

E124 : t'es complètement destroy dans le film. Il n'avaient plus de budget maquillage ou quoi ?

M. : oui, ce con de réalisateur m'a demandé de jouer sans maquillage pour faire plus vrai. Bonjour le résultat. Jamais plus je recommence.

E124 : les échos du tournage sont très mauvais, baston à tous les étages apparemment.

M.  : évidemment quand on tourne avec des blaireaux qui ne savent pas aligner trois mots sans se tromper, ça m'énerve. Et l'autre bimbo qui venait m'agiter ses seins sous le nez en ricanant bêtement. Un jour j'ai craqué et je lui ai collé une baffe. Bien fait pour elle. Quel soulagement la fin du tournage..

E124 : Manu, c'est normal que vos sourcils se relèvent jusqu'à la racine de vos cheveux ? Et vous avez beaucoup maigri, non ?

M. : arrêtes, j'en ai marre de ne rien bouffer à longueur de temps. Et le botox, ça se voit trop, là ??

E124 : oui, quand même, on voit que t'as forcé sur le bistouri. Bon allez, salut la vieille..

M. : casse-toi connard..

Toute ressemblance avec une interview réelle est bien sur totalement fortuite..

 

festival_cannes_videos_canal_obs.jpg

 EDIT : et j'ai été ravie de constater que cette auto-interview avait été citée dans un article sur le festival de Cannes par le Capitaine Haddock dans le Post.. C'est LA

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (35) | Tags : festival de cannes, interview | |  Facebook | |  Imprimer | |