Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2010

La vieillitude me guette

 

On ne se voit jamais vieillir.

Curieusement on voit peu son corps prendre de l'âge (auto-protection sans doute). Enfin quand on a une santé et une forme relativement bonnes grâce à la génétique et à un peu de chance.

Quant au mental, si vous êtes comme moi, il reste bloqué à douze ans et demi.

Mais, quelques signes vous rappellent quand même que vous n'avez justement plus douze ans et demi.

La fatigue en premier lieu. La fatigue vous envahit rapidement et vous avez de plus en plus de mal à l'évacuer.

L'irritabilité et la susceptibilité ensuite. Quoique, en ce qui me concerne je ne suis pas certaine que ce soit vraiment en raison de l'âge.

Et surtout, surtout, le fait de ne plus supporter le bruit et la foule.

La foule, passe encore, un petit coup de sac à gauche, un coup de pied dans les tibias à droite, un hurlement bien strident, deux/trois gosses terrorisés et on se fraye un chemin rapidement.

Mais sur le bruit, mon seuil de tolérance est de plus en plus bas.

Les restaurants bondés, les bars et les magasins avec musique hurlante, les grosses soirées, les courses de Noël (c'est la saison) avec yohoho et jingle bells en boucle, les gens qui vocifèrent, les alarmes stridentes, les troupes d'ados gloussant en mode hystérique, ont tendance à me mettre les poils à l'équerre.

Ne me parlez même pas d'un concert de métal ou d'une boite de nuit avec poum poum poum incorporé.

C'est devenu quasi impossible.

Dernier exemple en date, hier au bout de 2 heures de finale de  coupe davis, j'ai fini par changer de chaîne sans regarder la fin, saoûlée par les hurlements franco-serbes non stop. (j'aurais pu mettre en mode silence, mais un match de tennis sans le son de la balle, c'est moyen)

Oui, c'est clair, j'ai besoin de CALME et de SILENCE. De verveine, de pantoufles, de chat qui ronronne.

De trucs de vieux, quoi.

Heureusement, internet est mon ami, et la foule cybernétique a l'avantage d'être multiple MAIS silencieuse.

Internet c'est le bien.

A ce rythme je pense donc finir ma vie enfermée chez moi avec des piles de journaux stockés dans mon couloir, ma connexion internet,  et mes quinze chats.

Et en tirant à la carabine à travers le plafond sur le malheureux voisin du dessus qui aura pour une fois déplacé une chaise au lieu de la soulever.

 

Just call me calamity vieille.

 

 

linux_mamie.jpg

 

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : age, bruit, internet, mamie | |  Facebook | |  Imprimer | |