Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2013

Insaisissables le film de l'été ? Et pourquoi pas

Certes l'été quand il fait beau c'est souvent moins inspirant pour aller au cinéma...


Sauf si la canicule te donne le prétexte d'aller te rafraîchir dans la climatisation d'une salle.

Malheureusement, climatisation ou pas, l'été n'est souvent pas une période de florescence artistique au niveau 7ème art.

Entre les blockbusters plein de robots ou de super-héros (dont on commence à frôler l'overdose) et les films confidentiels qui sortent en été parce que... Ahem, ils sont confidentiels, on cherche parfois quelque chose à voir pour une petite sortie ciné au calme.

Et bien, j'ai ce qu'il te faut.

Insaisissables.

Tu aimes la magie ? Tu as aimé l'esprit d'Ocean's eleven ?

C'est pile pour toi, un film qui allie les deux.

L'histoire ? 

4 magiciens doués mais pas très reconnus, vivant plus ou moins de petits boulots, voire de petites escroqueries sont recrutés par un "sélectionneur" mystérieux pour former un numéro sensationnel et inédit. Un spécialiste bavard de grandes illusions, une jeune et jolie spécialiste de l'évasion qui fut son assistante, un mentaliste, et un as de la manipulation se retrouvent donc ensemble sur une scène à Las Vegas sous le noms "des 4 cavaliers". Leur numéro va consister en un holp-up spectaculaire .... Dans une banque parisienne à plusieurs milliers de kilomètres de distance. Le butin du hold-up étant finalement jeté au public. Un agent du FBI va tenter de comprendre comment et pourquoi ils ont procédé avec l'aide d'une jeune et jolie policière d'Interpol et les conseils pas toujours désintéressés d'un spécialiste du décryptage des tours de magie.

Et si ce  numéro spectaculaire n'était que premier acte d'une machination bien plus grandiose ?  

En quelques mots : j'ai beaucoup aimé. C'est frais, enthousiaste, dynamique, haletant, intelligent, avec un scénario ultra-bien ficelé, comme un tour de magie, plein de chausse-trappes et de faux-semblant. Ca faisait un petit moment que je n'avais pas vu un scénario aussi intelligent, en fait.

Comme un prestidigitateur, le metteur en scène te fait regarder ailleurs pendant qu'il manipule le cours de l'action. Rebondissements garantis jusqu'aux dernières minutes. Sans vouloir me flatter, assez habituée à deviner les fins d'histoires à suspense, je n'ai pas du tout vu venir le dénouement final. Il y a potentiellement quelques invraisemblances, mais le tout est tellement bien emballé que tu ne t'en rends même pas compte.

Cerise sur le lapin magique : un casting im-pe-ccable. Jesse Eissenberg en chef magicien bavard, beaucoup plus sexy qu'avec les bouclettes rousses de Mark Zuckerberg dans "the social network" ; Woody Harrelson, l'inquiétant tueur-né, en mentaliste déjanté ; Mark Ruffalo (le Hulk d'Avengers) en policier dépassé par la situation et les mythiques Michael Caine et Morgan Freeman qu'on ne présente plus. Sans oublier la pétillante Isla Fisher, vue entre autres dans Gatsby le Magnifique, et en bonus pour les filles, Dave Franco, le petit frère de, qui va faire en faire craquer plus d'une avec son sourire mutin. La famille Franco, usine à bombes. Enfin, très bonne surprise avec Mélanie Laurent, qui m'a vraiment convaincue contrairement à ses films précédent dans le rôle de la policière d'Interpol prête à tout pour aller au bout de l'enquête.

Cocorico, le film est réalisé par Louis Letterrier, un petit frenchie, oui madame, qui avait précédemment commis Le transporteur ou encore Le choc des Titans (bon, ok, ce dernier film n'est pas FORCEMENT une référence inoubliable)

Anecdote :  José Garcia, qui tient un petit rôle dans Insaisissables a été confondu  par un journaliste cinéma américain avec Robert Downey Jr, après visionnage de la bande annonce. Persuadé que ce dernier avait fait un "caméo" (une participation non créditée au générique) dans le film, le journaliste félicite un réalisateur très surpris en lui disant : "c'est génial d'avoir décroché un caméo de Robert Downey Jr. !" José Garcia devrait songer à demander une augmentation...

Le film a très bien démarré au vu des premiers jours de projection et bénéficiera certainement d'un bon bouche à oreilles, je n'en doute pas une seconde. Je lui souhaite pour ma part tout le succès possible, ce serait mérité...

La petite bande annonce, pour te donner ENCORE plus envie et en VO parce que je suis snob, oui oui... (source Allo Ciné)


 

 

28/08/2012

C'est grave docteur ? J'ai préféré Avengers à Batman.

Batman, cette trilogie moderne sombre, gothique, à la limite du chef-d'oeuve et.. euh.. 

De l'ennui.

Je persiste et je signe.

J'avais déjà commis un billet à l'époque du deuxième volet en émettant des réserves très nettes sur l'adaptation du chevalier noir par Christopher Nolan.

A peine sauvée d'un ennui assez profond par la performance de Heath Ledger en Joker. Bonne performance, certes.

Mais pas à la hauteur pour moi de la folie totale de la version Burton-Nicholson.

Sur quoi je m'étais faite traiter d'incultissime béotienne du 7ème art qui ne comprenait rien à la profondeur de l'introspection Nolandienne.

Bien. J'admets. Je ne comprends rien au cinéma. 

Ce qui fait qu'a priori, je dois pouvoir l'apprécier plus que ceux qui le COMPRENNENT.

Ne cherchant pas à disséquer le pourquoi du comment de la psyché du réalisateur au niveau du vécu.

(je rappelle juste au passage que mon grand-père était photographe de plateau et que du coup, le cinoche, je connais un poil les coulisses).

Mais passons.

Le 3ème volet devait racheter mon âme perdue dans les égarements de la distraction cinématographique. 

Attendu, espéré, la bande annonce était alléchante, le spectacle prometteur, les images assez grandioses.

J'ai donc couru en tongs et en jean un dimanche matin pour le voir EN PAYANT MA PLACE

(atta tu vois pas, PAYER MA PLACE, je suis bloggeuse, je ne paye rien d'habitude, je rappelle)

Et là... 

Même motif, même punition que les deux premiers. Trop long (au moins 1/2 heure de trop), trop mélodramatique, trop lent à démarrer. Un scénario confus. Un Christian Bale qui ne convainc toujours pas (sa voix en Batman est juste ridicule). Les seconds rôles excellents mais qui peinent à sauver l'ensemble (Michael Caine, immense acteur). Et en cerise sur le gâteau, une Marion Cotillard affligeante et un final twist téléphoné.

Un bon film, sans plus. 

Mais certainement pas le chef-d'oeuvre attendu. Ni proclamé par certains

Ce qui me renvoie à une vérité à laquelle j'aurais du songer une fois de plus : quand un film est trop attendu, (voire trop marketé), il déçoit la plupart du temps.

Et, à l'inverse, les bonnes surprises viennent souvent de productions qu'on attend pas, justement.

Prends "Avengers"

J'avais eu de nombreux échos de la qualité du film. Mais bon, 75 % des films de super-héros sont quand même des nanards intersidéraux, j'étais donc plutôt méfiante.

Et bien je te dis CARREMENT oui J'OSE.

OUBLIE Batman, procure-toi Avengers

Déjà sorti au cinéma et désormais en DVD, VOD et autres supports légaux (on oublie les illégaux, hein, je veux pas de problème avec les distributeurs) (mais bon internet peut être ton ami aussi si tu n'as pas de sous).

C'est BIEN FICHU, dynamique, effets spéciaux bétons, DROLE (humour second degré A FOND). Et servi par un casting impeccable qui ne se prend pas au sérieux, Le Robert Downey Jr de ces dames en tête.

J'ai enfin compris aussi le pourquoi de la multiplication des montages et des gifs animés sur l'acteur Tom Hiddleston qui campe le méchant de service, Loki, avec un brio absolument total. Encore un acteur anglais génial. 

Mange tes entrailles Christian Bale.

J'ai aimé de bout en bout. Sans restrictions. Un bon film de distraction qui remplit son rôle... de distraction sans prétendre à la chefdoeuvrerie torturée. Lui.

Donc tu as compris, tu lâches la chauve-souris et tu agrippes Iron Man (hmmm oui, pourquoi pas).

Dans le même genre de film de super-héros réussi, je te conseille aussi X-Men, le commencement. Ou la genèse des jeunes X-Men d'il y a lurette. Vraiment bien foutu. Et Fassbender aussi est bien foutu. Dans un jogging qui tue. Regarde. Tu vas comprendre.

Après tu fais ce que tu veux, comme je l'ai déjà dit plus haut, je n'y connais rien en cinéma.

Et les fans de Nolan, vous pouvez tirer à vue, je commence à avoir l'habitude.

J'ai mon super-blindage, mon épée de vérité, mes bracelets magiques, ma tiare d'invisibilité, et ma langue de pute.

Just call me SuperManu.

 

supermanu.jpg

NB et un jour il faudra quand même que je comprenne POURQUOI les acteurs anglais GENIAUX se ramassent au kilo alors que nous on se coltine Frank Dubosc et Mélanie Laurent. Il doit y avoir une explication valable.

06:00 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : batman, avengers, nolan, robert downey jr, tom hiddleston, x-men, michael caine, fassbender | |  Facebook | |  Imprimer | |

07/01/2011

Pourquoi les acteurs britanniques sont-ils les meilleurs du monde ?

Enfin du moins du monde occidental. Je ne prétend pas juger le jeu des acteurs nippons ou indiens que je connais mal.


C'est la question qui a surgi une fois de plus dans mon cerveau embrumé, dans la perspective d'aller voir très bientôt "le discours d'un roi" film unaniment couvert de louanges.

En particulier en raison de la performance de son acteur principal, le très charmant Colin Firth (Monsieur Bridget Jones, entre autres, pour resituer le bonhomme).


Mais également en visionnant à nouveau le cultissime "Love Actually" dont je décrête qu'il est le film idéal pour un 25 décembre. A regarder dans un canapé, enveloppée dans un plaid, une boite de chocolat et un thé à portée de main.


Oui, dans Love Actually, la brochette d'acteurs british sont tous plus justes les uns que les autres et collent idéalement à leurs personnages.

Que celle qui n'a pas éclaté de rire à la petite danse de Hugh Grant en premier ministre énervé me jette un Louboutin à la tête.


Prenez les petits mouchoirs par exemple à côté.. Heu... Comment dire.


Je me tais, car je ne l'ai d'ailleurs pas vu, les quelques extraits aperçus à droite et à gauche ont amplement suffi à mon bonheur.


On va encore me taxer de snobisme anti-français mais force est de constater que de Laurence Olivier, à Colin Firth donc, en passant par Alec Guinness, Peter O'Toole, David Niven, Michael Caine, Emma Thompson, la fantasque Helena Bonham Carter, Clive Owen, le tout récemment disparu Peter Postlethwaite (dont Spielberg disait qu'il était le meilleur acteur au monde) et tant d'autres...

 

 

Ces gens sont tous capables de performances absolument remarquables qui leurs valent régulièrement des récompenses partout dans le monde y compris aux oscars.


Alors que les oscars pour les acteurs français... heu.. Il y en a eu deux à ma connaissance (corrigez moi si je m'enduis d'erreur) : Simone Signoret et Marion Cotillard

La dernière me laissant plus que dubitative d'ailleurs. Il faudra qu'on m'explique un jour ce que les gens trouvent au charisme de poisson mort de cette fille.


Je sais qu'on va encore me taxer de snobisme anti-franchouillard, mais quand on me pose la question "tu apprécies qui comme acteur français ?" j'ai vraiment du mal à citer plus de deux ou trois noms (dont Marielle et Rochefort), et encore.


Je n'ai pas vraiment d'explication à fournir sur cette différence de niveau, n'étant pas une spécialiste du jeu d'acteur, ni de l'histoire comparée britannico-française du spectacle.

Bien sur, il y a la fameuse théorie de la tradition de l'apprentissage du théâtre Shakespearien, dont les personnages sont tellement complexes qu'ils obligent l'acteur à fouiller au plus profond de lui-même.


Alors que la tradition française serait plutôt celle des les Gabin, Ventura, et plus près de nous, Depardieu qui mettent leur personnalité en avant dans les oeuvres qu'ils interprètent, plutôt que de se fondre dans le personnage.


J'ai ma petite théorie perso qui vaut ce qu'elle vaut (attention sociologie de bazar à suivre) : les britanniques, tellement flegmatiques en apparence n'hésitent pas à aller très loin, y compris dans le n'importe quoi, sans aucun frein. En témoignent une longue tradition de foldingos excentriques que je n'énumérerai point ici.. Alors que les français, sous des aspects plus détendus, n'osent souvent pas aller au-delà d'une certaine retenue, à de rares exception près. Ce qui, dans le cas des acteurs, les empêche de s'immerger totalement dans leur rôle.

 

Ou alors ... Serait-ce que les acteurs anglais sont bons, alors que les français sont mauvais ???

 

Naaaaaan ... Je n'ose y croire..

 

Tant pis, il y a quand même un domaine où les Grands-Britons ne peuvent pas nous donner de leçons, et heureusement.

On n'a qu'à se rattraper sur la bouffe à défaut d'avoir de bons acteurs.

C'est tout.

 

Sinon tous les avis sont bienvenus, y compris ceux des spécialistes du cinéma...

 

Pictures.jpg

Et EN PLUS ils sont souvent pas mal du tout du tout...