Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2013

Point de vue, images du monde

Loin de moi l'idée de m'intéresser de près à la monarchie Britannique, ses joies, ses peines, ses mariages, ses divorces et ses naissances.

Je laisse cette joie intense à Stéphane Bern.

Mais le récent Buckingham Baby Boom (BBB donc) m'a néanmoins inspiré quelques pensées concomitantes et superfétatoires à défaut de me transformer en Royalista fanatique. 

D'abord j'aime assez Elizabeth, indéboulonable queen aux tenues qui donnent des sueurs froides à des bataillons de fashionistas pointues.

Elles sont atroces.

Donc formidables.

Donc pointues.

La reine est sublimement fasheune depuis un certain nombre de décennies.

Notamment quand dans un élan de folie totale, son designer personnel l'habille récemment de la tête aux pieds en jaune canari ou en vert fluo, telle une pistache géante. et qu'elle s'en sort néanmoins haut la main, même pas peur de rien.

Elle pourrait porter une robe de chambre et un pot de chambre sur la tête qu'elle serait encore classe Babette.

Je dis que c'est ça le style.

Elle a d'ailleurs fini de gagner totalement mon coeur avec son sketch aux Jeux Olympiques de 2012 en compagnie de Daniel Craig. Sa tête de je-m'en-fous-j'ai-85-balais-je-me-lâche m'a fait deux mois complets. 

Ensuite, même si ne respecte pas la monarchie britannique en tant que telle, vu que 1/ ce n'est pas ma monarchie 2/  je trouve que la monarchie est un truc désuet et inutile en général, je ne peux qu'admirer la formidable communication très huilée autour des "royals" .

Après une période difficile dans les années 90 entachée par des scandales à répétition et la mort de l'emblématique Lady Di, les Windsor et/ou leur équipe de communication ont su, pas à pas redorer, leur blason et à nouveau passionner les médias.

Même over saoulée par le buzz insensé autour du mariage puis de la naissance du fils de Will et Kate, je n'ai pu m'empêcher de jeter un coup d'oeil aux deux évènements.

Pour voir. Comme tout le monde. Ce n'est pas pour rien que le grand-père d'Elizabeth appellait la famille royale "la firme" . En plus d'objets très limites improbables et totalement kitsch, la firme vend du rêve à nouveau apparemment. Chapeau les gars. Bel effort.

A propos de buzz insensé, je crois d'ailleurs me rappeler que la naissance de William avait causé une hystérie similaire. Simplement à l'époque internet était embryonnaire et les réseaux sociaux n'existaient pas. Ils ne faisaient donc pas caisse de résonance aux médias en folie guettant la moindre montée de lait royale.

Par ailleurs, même très éloignée de mes préoccupations quotidiennes, j'ai fini par réaliser que la monarchie britannique avait quand même un impact, même limité sur ma vie, que je le veuille ou non.

Depuis ma naissance, j'ai entendu "God Save The Queen" à chaque célébration incluant des grands-britons. Un jour prochain, Elizabeth même très coriace n'étant pas éternelle, et sa succession étant composée de mâles sur 3 générations, le "God Save The Queen" se transformera en "God Save The King".

 

C'est comme si "La Marseillaise" se transformait subitement en "Le Marseillais". Tu peux rigoler, mais ça va me faire bizarre pendant quelques temps je pense. Voire je ne m'y habituerais jamais. Je regrette même quasiment que le royal baby ne soit pas une fille qui, avec les nouvelles mesures proposées par le gouvernement anglais, aurait régné en tant qu'aînée car il n'y aurait plus de priorité aux garçons pour l'ordre de succession.

Une reine c'est bien, c'est moderne, c'est swag. Ca change un peu d'avoir une nana donc le mari est obligé de marcher systématiquement deux pas derrière elle (je ne raconte pas de fariboles, tu peux vérifier).

Je me suis aussi rendue compte après quelques calculs expérimentaux que ce royal baby, même si la médecine fait des progrès insensés et que j'ai une longévité à peu près standard, je n'ai strictement aucune chance de voir son couronnement un jour.

Elizabeth a 85 ans et n'abdiquera jamais (à moins de battre complètement la campagne). Si sa maman lui a légué sa constitution, elle risque de vivre au moins jusqu'à 100 ans et des brouettes. Si elle meurt dans une quinzaine d'années et qu'on applique la même longévité à ses descendants, Charles montera sur le trône à 80 ans, William vers 65 ans, et son fils vers 70 ans, soit en ... 2083 (si je calcule bien, mais je me trompe souvent).

Autant te dire qu'à cette époque, on sera tous Chinois, on mangera des cafards géants élevés dans des fermes expérimentales et je serai volatilisée en poussière depuis lurette.

Ca m'en a foutu un, coup de cafard, justement. J'ai brusquement réalisé qu'un jour prochain pas si lointain je ne serai plus là pour affabuler sur la naissance d'un héritier Windsor sur la toile. Ni pour affabuler tout court d'ailleurs. 

Ca va me manquer. (uhuhuhu)

A moins que ce marmot soit finalement Geoffrey Baratheon et qu'il fasse assassiner toute sa famille pour prendre le pouvoir plus vite.

(faut suivre Game of Thrones un peu, pour comprendre cette dernière référence)

En tous cas, on va quand même lui souhaiter le meilleur au baby qui n'a pas de nom pour le moment, et profiter de la naissance pour faire la bise to Kate.

Je suppose qu'elle a été faite 12574 fois, mais je ne peux pas résister. Mon tourette. Je me soigne. Promis.

197a80bbffab87e34eeadf27d8daf4fd_reine2bisReporters-600x354.jpg

Y'a pas un énorme level de coolitude, là ? 


25/11/2011

Recentrons-nous sur l'essentiel

Apprendre au détour d'un coup de fil qu'une connaissance est décédée : infection, septicémie, hop, à dégager en quelques jours.

Quand tu connais la personne, tu as un petit pincement au coeur quand même. Sauf si le ou la défunt(e) est ton ennemi juré ou t'as piqué l'homme de ta vie.

Tu envoies un mot, une carte, parfois tu assistes aux obsèques, et généralement, sois honnête, tu passes à autre chose.

Tu ne peux pas pleurer sur la terre entière, c'est la vie.

Sauf que cette connaissance, elle avait mon âge.

52.

Mourir à 52. Ca m'a quand même un peu remué. 

Du coup, j'envisage, comme à chaque fois dans ce cas, de sortir de ma zone de confort et de profiter de la vie avant d'être vieille, moche, sénile et morte.

J'envisage donc, dans le désordre de 

  • Me remettre à la clope normale et à celle qui fait rire 
  • Elever la résistance de mon taux d'alcoolémie 
  • Partir en Australie tailler le bush
  • Prendre 2/3 amants jeunes, depuis le temps que je le dis faudra quand même que j'essaye
  • Me faire tatouer l'omoplate gauche
  • Liquider mes économies dans un Kelly croco d'Hermès sur mesure
  • Rejoindre les anonymous et hacker le site de l'UMP 
  • Former un groupe trash métal et brailler "public je t'encuuuuuuuuule" sur scène
  • Dévaster une suite de palace
  • Faire "au revoir président" habillée en meneuse de revue accompagnée d'une école de samba brésilienne
  • Avoir un élevage de chats, 
  • Passer les fêtes de fin d'année dans un pays où elles n'existent pas
  • Etre maitre du monde juste cinq minutes voir ce que ça fait
  • Entarter Nadine Morano

 

Quand j'ai fait part de mes intentions sur twitter quelqu'un ma demandé (c'est quelqu'un qui m'a demandééééé siiiiii je l'aimaiiiiiis encoooore) si j'étais malheureuse pour vouloir changer de vie.

Du tout, c'est simplement que j'ai encore plein de choses que je n'ai pas faites, et de moins en moins de temps pour les faire.  

Quant au bonheur, d'expérience je pense d'ailleurs qu'il n'existe pas. Ma conviction n'est pas très originale, bien d'autres l'ont affirmé  : il y a juste des moments où le temps s'arrête, qu'il faut saisir, chérir et savourer à tout prix. Jusqu'au prochain moment. 

Je me méfie d'ailleurs terriblement des gens qui te jettent leur bonheur parfait à la figure. Le bonheur parfait est généralement un cosmétique à des névroses parfaites.

Les chants les plus beaux sont les plus désespérés, comme disait l'autre.

Décès ou pas j'ai déjà décidé depuis plusieurs années que ce qui me reste à vivre en bonne santé sera égoïste, hédoniste, même si je ne réalise pas tout à fait l'intégralité de ce qui est listé ci-dessus.

Ce sera ainsi, et pas autrement.

women.jpg

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : vie, mort, hédonisme, bonheur, expériences | |  Facebook | |  Imprimer | |

28/09/2010

Mes conneries sont légitimes ?

Les blogs sont morts parait-il.

 

Tué par les réseaux sociaux et le microblogging, le blog individuel serait d'ores et déjà un truc de vieux destiné à disparaître dans peu de temps.

 

Bon ok, je vais me reconvertir dans l'élevage de moutons dans le Larzac et devenir une moutonnière influente.

 

Sauf qu'un nouveau rapport paru cette année aux USA infirme cette tendance. Selon ce rapport plus de 50% de la population lira des blogs cette année. Le rapport estime même que d’ici à 2014, le lectorat de blogs comprendra plus de 150 millions d'Americains, soit 60% des internautes du pays.

 

Une des raisons pour lesquelles le lectorat de blogs est en constante augmentation, selon le rapport, est que les blogs sont devenus des médias en ligne légitimes, et gagnent de plus en plus d’influence.

 

Wowowowowowowo.... Attends, arrêt sur image.

 

Légitime as-tu dit rapport américain ? Tu veux dire, même mon blog ? 

C'est-à-dire que mes conneries seraient légitimes ?

Mais si elles sont légitimes, alors, ce ne seraient plus des conneries ?

 

Un abime métaphysique s'ouvre sous mes Louboutins.

 

Je ne sais pas, je ne sais plus, je vacille, je titube.

(c'est pas facile un abime métaphysique pour une blonde mononeuronée)

 

Du coup, José Bové, tu récupères tes moutons, merci. C'est dégueulasse ces bestioles, ça pue, ça chie partout et Cannelle est allergique.

 

Et moi je vais continuer à écrire mes billets.

 

Sauf si quelqu'un me dit que mes conneries sont légitimes. Dans ce cas, un je le châtre à l'épluche-légumes, deux j'arrête tout.

 

Je vous aurais prévenu.

 

(la présentation de l'étude a été trouvée dans un article de 20 minutes.fr)

 

 

blog-pro-2.jpg

 

 

06:04 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (33) | Tags : blog, étude, mort | |  Facebook | |  Imprimer | |