Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2012

Zapping mental

T'sé, le blog il me sert aussi de psychothérapie cognitatrice.

Ca n'existe pas la psychothérapie cognitatrice ?

Je m'en fous, je l'invente.

C'est mon blog, je fais ce que je veux.

J'ai lu en vitesse d'un coin de l'oeil quelque part que tu mettais en moyenne 17 mois à oublier quelqu'un.

Quelqu'un qui compte pour toi d'une façon ou d'une autre bien sur.

Je ne suis pas dans la moyenne.

Pas du tout, du tout, du tout.

Je mets environ, disons, .... 2 minutes.

Le temps de tourner les talons et de partir et le quidam est rayé, porté disparu, effacé, désactivé, évaporé, dissipé, unfollowé, satellisé, carbonisé, dégagé, annihilé.

Bref, 

Oublié.

J'ai une faculté de zapper les gens très au-dessus de la normale.

C'est pratique en cas de déboires sentimentaux, d'humiliation publique, ou de revers professionnels.

Un demi-tour, et hop ! L'importun n'existe plus. 

Ton coeur est léger, tes larmes sechées, ta tête haute.

Et la route est à nouveau dégagée.

C'est moins pratique pour maintenir des relations sociales stables.

Un pas de travers ? Et hop, la reine Emanu 1ère ignore définitivement jusqu'au fait que tu aies pu un jour venir au monde.

Tu comprends mieux maintenant pourquoi je n'ai pas d'amis.

En fait je les désintègre au fur et à mesure.

Et avant de désintégrer les gens j'ai également une énorme faculté de les ignorer.

Individuellement, voire en groupe.

Teste-moi dans une salle remplie de gens que je n'ai aucune envie de voir ou qui m'ennuient. Tu vas voir.

J'ai un regard spécial "je fixe un point au-dessus de la tête des gens, et tu n'existes pas".

Que je peux éventuellement coupler avec le regard "Même pas en rêve, Germaine"

Je défie une panzer division blindée de m'approcher à plus de 15 mètres.

Sous peine de se prendre un iceberg dans la figure et se sombrer plus vite que le Titanic.

 

Sinon, quand même, faisons une mise au point, je suis humaine, sous des dehors un peu abrupts.

J'ai un coeur qui bat, moi aussi. Une sensibilité sous ma carapace...

Il m'arrive quand même d'avoir du mal à oublier quelques personnes, un peu plus marquantes on va dire.

J'y pense au moins pendant .... deux - trois heures avant de brûler leur photo en dansant la gigue.

Mouahahahahah

C'est moche.

zapping.jpg

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : oubli, relations sociales, amis | |  Facebook | |  Imprimer | |

13/12/2011

Réciprocité

Je ne tiens jamais le décompte des anniversaires. 

C'est à peine si j'arrive à me souvenir de ceux de mes enfants et des très proches, alors tu parles, ceux des plus lointains ....

Oui, je sais, il y a des agendas pour ça. Mais j'ai déjà eu des agendas papiers ou électroniques. J'y note consciencieusement des dates ou des informations... Pour ne jamais les regarder ensuite. Ils ne servent donc à rien.

Ma tête me sert d'agenda, c'est dire si c'est pratique.

Hier, le meuri qui, lui, note tout, me rappelle l'anniversaire d'une copine.

Je lui réponds "très bien, tant mieux pour elle"

1/ Comme tous les trucs obligés, les anniversaires m'ennuient de plus en plus. Les faire et les souhaiter.

2/ J'ai réalisé en une fraction de seconde que si je me suis acharnée pendant des années à essayer de PENSER à souhaiter les anniversaires, j'avais rarement la réciproque le jour du mien.

Je me suis dit pendant longtemps qu'il tombait un très mauvais jour : une date batarde de début d'été où tout le monde est occupé à partir en vacances.

Je me suis aussi posé des questions sur mes relations avec les autres et mon taux de popularité parmi mes congénères.

Qui étaient toujours très contents de m'avoir à ambiancer LEUR anniversaire ceci dit au passage.

Je me suis aussi dit que vu ma date batarde et le fait que j'étais souvent partie moi-même en vacances à cette période je n'organisais que rarement une fiesta susceptible de rappeler à l'ordre mes contemporains (et susceptible de leur offrir une soirée avec manger, boire et rigolade à l'oeil).

Puis j'ai fini par ne plus me poser de questions. Et à ne plus rien organiser du tout.

Du coup, évidemment, les "bons anniversaires" se raréfient d'année en année.

Ce qui me fait penser de façon assez pessimiste que beaucoup de gens ne te connaissent que pour ambiancer leurs soirées et que TU leur souhaites un bon anniversaire.

Ils peuvent attendre. Longtemps. Très longtemps. 

Vu que je n'ai pas d'agenda. Et que, oh, comme c'est étrange, je ne sais pas me servir d'un téléphone, ni écrire un email.

Je suis frappée d'anosognosie de la communication, tiens. 

 

Moi en tous cas je n'attends pas mon anniversaire pour que ce soit ma fête.

Qu'on se le dise.

happy-birthday-pinup-with-schnauzer.jpg

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : anniversaire, oubli, réciprocité | |  Facebook | |  Imprimer | |

09/06/2011

4 mariages et un.... oubli

Une collègue, toute jeune épouse, nous montre récemment son album de mariage.

Sur une photo de sortie d'église, elle se met à rire et nous explique que les fleurs qu'elle tenait à la main n'étaient pas vraiment le bouquet prévu initialement.....

Dans la fièvre du départ elle avait oublié son bouquet de mariée, et, pour la sortie de l'église, son témoin lui avait bricolé une gerbe de fortune à partir des bouquets décorant l'église.

Sur ce, toutes les filles présentes se sont exclamées en coeur "ah mais à un mariage, on oublie toujours quelque chose"

Et c'est exact, malgré les listes, les vérifications et re-vérifications, il est rare qu'on oublie pas quelque chose le jour J.

Après une rapide enquête dans mon entourage, petit florilège des trous dans la tête le plus beau jour de votre vie.

 

Les grands classiques

  • Les alliances qui restent sur la table du salon du témoin ou au fond de la poche du costume de ville du marié. Obligeant beau-papa ou le cousin Raymond à piquer un sprint d'anthologie pour récupérer les précieux anneaux à temps pour le moment ou le maire (ou le religieux de service) prononcera le fatidique "Jules-Germain, voulez vous prendre pour épouse Béatrice-Alberte, ici présente...". Vu la récurrence de cet oubli, on peut se demander s'il ne tient pas de l'acte manqué. Au moins 4 ou 5 personnes rien que dans mon entourage ont vecu cet incident lors d'une cérémonie.


  • L'appareil photo ou la caméra vidéo. Bon aujourd'hui, confier le clic clac kodak à tatie Liliane qui sucre un poil les fraises et le largue en route, c'est moins grave. Tous les téléphones ont une fonction photo/vidéo qui donne parfois d'assez bon résultats. Mais quelques années en arrière, certains de mes "sondés" se sont retrouvés avec des photos de mariage pourries faites avec un jetable acheté en catastrophe chez le buraliste de la place de l'église.

Les trucs pas importants quand on se marie près de son domicile...
... Mais qui deviennent catastrophiques en cas de cérémonie délocalisée
 
 
 
 

  • Les jolis escarpins de la mariée qui trônent fièrement dans l'entrée, pendant que la mariée se trouve à 500 kms de là dans un petit village charmant, mais perdu et évidemment sans un seul magasin à des lieues à la ronde. D'où panique dans le cortège pour lui dénicher une paire de chouzes portables... La seule à peu près convenable ayant finalement une taille de trop. La jeune épouse passera donc sa journée les pieds entourés de papier journal pour colmater la brèche. Ca fait un peu crouic crouic pour la danse d'ouverture du bal !
  • Les tenues des enfants d'honneur. La personne responsable avait consciencieusement géré, stocké et rangé robes et bermudas dans son coffre, au moment du départ. Sauf que la voiture prévue refusait de démarrer. Pas de problème, on prend la seconde voiture... Et on laisse les jolies tenues dans le coffre de la première. Les enfants d'honneur ont donc fait le cortège en tenue de ville. Bon, on les a un peu planqués sur les photos, mais c'est pas très grave.

  • Les pochons de dragées destinés aux invités. 250 pochons qui servent à rien après un mariage, c'est ballot... de dragées bien sur. On ne m'a pas dit s'ils avaient pu être recyclés dans un baptême ou autre cérémonie ...

 
 
 
Les étourdis

 

  • Evidemment on ne compte plus les témoins qui ont oublié le réveil, ou les invités qui ont noté le mauvais jour. Mais la palme revient quand même à un couple d'amis qui avait fait imprimer la mauvaise date sur ses faire-part, à l'époque où n'existaient ni internet, ni les mails bien sur. C'est la mère de la mariée qui s'est aperçue de la boulette un mois avant la date prévue, obligeant les futurs époux à une campagne d'appels téléphoniques frénétiques. Heureusement pour eux, ils ont réussi à joindre et à faire venir la quasi-totalité des invités prévus.


  • Pas vraiment un oubli, mais une légère erreur. Un des mes (autres) potes a passé quelques heures... dans un mariage où il n'était absolument pas invité. Il est tout simplement entré dans le mauvais salon de réception, l'endroit en comptant plusieurs,  et, de nature conviviale, avait commencé à festoyer avec de parfaits inconnus, avant de se rendre compte de son erreur en allant, enfin, saluer les mariés...

Les sous-doués de l'organisation
 

  • Peu familiers des réjouissances familiales ou petites têtes ? On peut se le demander quand les mariés oublient totalement de faire un plan de table pour placer leur nombreux invités. D'après les personnes présentes après un léger flottement au moment du dîner, les mamans ont pris les choses en main et assis tout le monde manu militari. Ouf.

  • Omettre de faire un chèque de solde, ça peut être embetant. Mais quand belle-maman oublie d'envoyer le petit bout de papier à la salle prévue pour la fête... C'est dramatique. Ce coup-ci, moins drôle, la noce a du battre en retraite et se replier sur le jardin familial. En plus de la panique, belle-maman s'est pris un soufflon maison qui a un peu plus gâché l'ambiance de cette journée normalement idylllique.

Quant à moi ? J'ai oublié ma mère..  Nous étions très en retard sur l'horaire prévu par la mairie pour cause d'invités non parvenus à destination. Une fois les derniers arrivés, j'ai aggripé mon père pour rentrer dans l'hôtel de ville au pas de course... laissant derrière ma mère partie admirer je ne sais quoi dans un coin. Elle s'est retrouvée seule sur le parvis alors que l'ensemble de la noce était déjà dans la salle des fêtes. Elle s'est mise à brailler, un des invités l'a entendue par la fenêtre et l'a rapatriée. Heureusement, sinon elle ratait les consentements. 
 
 
Et toi, c'était quoi ton oubli de mariage (le tien ou celui de quelqu'un d'autre, autant se moquer des gens qui ne sont pas là et ne peuvent pas se défendre, c'est mieux) ?

8664modif.jpg

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (30) | Tags : mariage, oubli | |  Facebook | |  Imprimer | |