Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2010

Ceci est un billet à vocation contraceptive

Un samedi matin, vous finissez votre déjeuner tranquillement,  lorsque votre mari vous sort sans préambules

"tu sais que ton fils (vous avez remarqué qu'en cas de catastrophe, c'est toujours "ton" fils) est rentré à 5 heures du matin ?"

Arrêt sur image au passage : l'individu en question de 17,5 ans était quand même censé avoir passé la nuit chez vous en dormant paisiblement dans sa chambre décorée de Babars et Dora l'Exploratrice. Du moins vous le pensiez quand vous l'avez bordé la veille au soir.

Après avoir épongé le café qui s'est répandu sur vos genoux, dit merci aux pompiers qui vous ont extrait la cuillère coincée dans votre gorge et repris vos esprits, vous adoptez donc une tête sinistre de circonstances et attendez le retour du malotru, parti répéter avec son groupe de musique de jeunes, en tapotant du pied par terre.

Ceci dans l'attente de lui passer un savon maison force 12.

Ce que vous commencez d'ailleurs à faire quand le susdit franchit votre seuil la guitare sur le dos.  Vous sortez donc la flûte traversière, accompagné au basson acoustique par le père, dont vous répétez bêtement les phrases, et qui vous engueule aussi parce que ça l'énerve.

Jusqu'à ce qu'à la question fatale arrive "Mais OU étais-tu" ?

Et que pris de court, le fugueur réponde en rougissant "chez ma copine"

C'est là qu'intervient un intéressant cas de figure qui passionnerait un congrés de psychiatres cherchant un remède efficace à la schizophrénie.

Votre organe vocal continue de vibrer en mode allegro fortissimo pour la galerie mais votre esprit est déjà ailleurs et se polarise sur une seule et unique question

QUI EST CETTE FILLE ???

Oui le fait que la chair de votre chair ait découché de 1 à 5 heures du matin  n'a strictement plus aucune importance. Ce qui en a en revanche c'est de savoir si la dulcinée de votre progéniture n'est pas une assiette de la mer : autrement dit un thon au QI de poisson rouge.

Car il serait inconvenant d'avoir une belle-petite copine qui ne soit pas à la hauteur d'un garçon aussi beau et intelligent que le votre. Et surtout de ne pas SAVOIR. C'est le pire.

C'est là que le meuri se montre en-dessous de tout.

Au lieu de lui poser LA bonne question, il envoie le fils dans sa chambre, en lui disant "va bosser"

Arrêt sur image 2 : dans la famille du meuri, il est quasi-inconvenant de poser une question à part "tu sais quel temps il va faire demain ?"


Et du coup vous restez à ronger votre frein et creuser un trou dans le sol de votre appartement à force de tourner en rond en attendant 1. que votre mari s'éloigne 2. que votre fils soit disposé à vous parler

Après d'interminables heures d'attente, n'y tenant plus, vous profitez du quart d'heure bricolo du meuri et d'une pause du fils hors de sa chambre pour commencer le bombardement.

Pour obtenir quelques informations sur la gisquette : nom, pédigree, adresse, durée de l'affaire.

Mais c'est bien "quelques" infos. Pas suffisamment.

Pas de visuel de mademoiselle disponible.

Donc. Plan d'attaque numéro 12B.

Dès lundi matin, je lance mes espions. Qui devraient normalement me ramener une fiche détaillée.

Comment ?

N'espérez pas que je vous le dise.

Si mon fils lit ce billet, je suis déjà une femme morte.

 

En ce qui concerne le titre du billet... Futures et jeunes mères... Voilà.

Maintenant vous pouvez aller prendre un anti-dépresseur. Les vôtres ne feront pas mieux.

502163823_small.jpg

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (24) | Tags : fils, ado, petite copine, engueulade | |  Facebook | |  Imprimer | |