Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2012

La politique expliquée aux blondes - 13 - La technique du ballon d'essai

Amie blonde, je te l'ai déjà dit à de nombreuses reprises, la politique ce n'est pas très compliqué.

Grosso modo ça se résume à des histoires de zizi, de pouvoir, et de sous.

Bon j'exagère, c'est un peu grossier. Il y a des subtilités.

Parfois c'est du zizi dans le pouvoir, des sous dans le zizi, de sous dans le pouvoir, et de zizi dans les sous du pouvoir.

Et dans certains cas, c'est la quête des sous et du pouvoir pour avoir le zizi.

Là où parfois ça se complique un peu c'est quand il faut communiquer avec le peuple.

C'est pénible, le peuple. Jamais content. Ca proteste, ça réclame, ça récrimine en permanence.

Un mot de travers et hop !

Au moindre bafouillement, à la moindre bourde, au moindre lapsus, si tu as le malheur de dire "fellation" au lieu "d'inflation", tu deviens la risée générale de la France profonde et des réseaux sociaux unis dans la rigolade.

Faire passer des idées ou des réformes c'est souvent vouloir courir un 110 mètres haies en Louboutin.

Bien sur il y a les conseillers en communication, les fameux "spin doctors" capables selon la légende de vendre des frigos à un Eskimo.

Et d'autres techniques.

Par exemple celle du ballon d'essai

Par exemple, quand tu es un président de droite tout petit avec des talonnettes, courageux, mais pas téméraire, tu envoies un de tes ministres annoncer un truc énorme ou pas très propre.

Si ça passe sans protestation, tranquille, tu peux mettre ta taxe sur les gens pauvres pas propres dans la rue.

Si ça ne passe pas, tranquille aussi, tu passes derrière en disant "mais non le pauvre gars ne savait pas ce qu'il disait, en fait c'est un crétin congénital, je l'emploie au titre du quota Cotorep, faites-moi confiance". Et tu ramasses un crédit sympathie en rabaissant tes collaborateurs qui passent pour des crétins. Et toi pour quelqu'un de supérieurement intelligent. En prime, rien n'est de ta faute. Triple bonus.

 

Mais si tu es un président de gauche pas certain de ton autorité, tu peux aussi utiliser cette technique. Tu souffles en douce 2/3 idées un peu borderline à ton premier ministre qui se prend régulièrement les pieds dans le tapis.

Si ça passe, tranquille, tu mets ta petite réformette sur les rails.

Si ça ne passe pas, ton premier ministre qui a d'ores et déjà la réputation d'un gaffeur invetéré se fait redresser les bretelles à ta place par alternativement le ministre de l'intérieur/le ministre de l'économie/la porte-parole du gouvernement/ta femme/les canards du parc de l'Elysée.

 

Et toi aussi, blonde ma soeur, tu peux très bien utiliser cette technique dans la vie de tous les jours. Souffle une idée un peu osée à une amie brune,

jean-marc-maniatis-coiffure-blonde-et-brune-10337570hogex_2041.jpg?v=1



du style "si on relançait le rose fluo pour les lèvres ? 

Si ça passe, tu es la reine de la hype qui a relancé une tendance pour les 6 mois à venir.

Si ça ne passe pas, ta copine est une gourde au mauvais goût légendaire et tu es là pour rattraper ses gaffes et montrer le chemin de la classe et de la distinction au tout-Paris qui chante et qui pétille.

Elle est pas belle la vie ?

Si. 

Totalement.

06:00 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : politique, blonde, président, 1er ministre, ministre, communication | |  Facebook | |  Imprimer | |