Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/12/2012

Le syndrome du barman

Rappelle-toi.

Dans tous les films dramatique où le héros ou l'héroïne part à la dérive, il s'effondre sur un bar en racontant sa vie à un barman impavide qui essuie les verres en faisant "hmmm, hmmm, oui".

Et finit par lui dire "tu sais mon gars, à ta place, je lui dirais que tu l'aimes à cette fille".

Sur quoi le type sort du bar en courant et part se jeter au pieds de la fille ou se tirer une balle dans la tête en fonction de l'humeur du réalisateur.

Dans la vraie vie aussi, cette situation existe.

Si tu n'as pas de barman sous la main, il arrive que tu racontes ta vie à un(e) parfait(e) inconnu(e) sans trop savoir pourquoi, alors que tu n'arrives pas à évoquer certains sujets avec des intimes.

Je fais partie de cette catégorie de gens qui va plus volontiers se confier à sa manucure, son livreur de pizzas ou la boulangère qu'à des proches.

Paradoxalement, je trouve assez difficile même de partager mes soucis avec mes intimes.

Qui me trouvent parfois quasi-mutique alors que je suis volubile avec des gens de la sphère extérieure.

Je me suis souvent demandé pourquoi je pratiquais cette analyse au petit pied avec le premier étranger venu plutôt que de me confier à ma famille ou à mes amis qui seraient pourtant beaucoup plus à même de me donner des conseils avisés ou de remonter un moral défaillant.

Voire à étaler mes soucis sur des gens qui finalement n'en ont strictement rien à faire.

C'est justement et précisément parce qu'ils n'en en ont strictement rien à faire.

C'est pile-poil le principe de la psychanalyse.

Tu racontes tes tourments à quelqu'un de détaché et non orienté.

L'inconnu à qui tu te confies ne se sentiras pas non plus remis en question par tes confidences.

Ni obligé de donner son avis ou de prendre parti.

Eventuellement il pourra te donner un conseil judicieux et non émotionnellement impliqué.

Tes confidences te coûteront juste le prix d'un cocktail, d'un brushing ou d'une baguette de pain.

Même si le conseil d'une coiffeuse se limite parfois à "oh vous savez, moi quand ça va pas, je prend un bon bain moussant, et je lis un bouquin de Marc Lévy, ça me détend, mais ça me détend..."

C'est totalement vrai.

Un bouquin de Marc Lévy détend et renforce ta confiance en toi-même, tu te sens INTELLIGENT après l'avoir refermé.

En bonus,  tu n'est même pas obligé(e) de subir un quelconque jugement de valeur qu'il soit positif ou négatif ou de payer ta séance de psychanalyse.

Et s'il y a bien quelque chose que je déteste c'est le jugement de valeur ou qu'on me dise "tu devrais faire ça".

Je veux m'étaler mais qu'on ne me dise SURTOUT pas ce que je dois faire.

Ceci dit, il faudrait quand même un jour que j'apprenne à me confier à mes proches, ça me couterait ENCORE moins cher, même pas besoin de payer ni un cocktail, ni un brushing.

Il me reste néanmoins une question sans réponse : 

A qui vont se confier les barmen, manucures, boulangers et livreurs de pizzas ?

 

Merci à Cath avec qui nous avons échangé sur le sujet sur twitter

shiningbarscene.jpg

Et si le barman est psychopathe, il se passe quoi ? 

06:04 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : syndrome, confidences, barman, psycho | |  Facebook | |  Imprimer | |

01/11/2012

Petit test psycho

Tiens allez, histoire d'animer un des jours les plus cafardeux de l'année.

On m'a soumis un petit test rigolo et - parait-il - assez juste et révélateur.

En tous cas, les résultats sont souvent proches de la réalité.

Je te le propose donc

Tu marches dans le désert, il n'y a rien. Soudain tu vois un cube.

Décris-le précisément : taille, couleur, apparence...

Le cube disparait, tu continue à marcher et tu vois un cheval.

Décris-le précisement : mâle ou femelle, son apparence, sa position par rapport à toi, sa façon de se déplacer (marche, trot, galop)

Le cheval disparait, et tu vois une échelle

Idem, décris-là précisément : aspect, taille, position...

Enfin, l'échelle disparait, tu continues à avancer et tu vois un jardin.

Détailles le jardin : type, composition, décoration...

Je te donne les clés du test et mes réponses ce soir vers 19 h.

Ou pas.

Je te laisse mariner sans réponse.

Ca dépendra de mon humeur

Mouhahahahah


Test%20facebook.jpg


Bon alors, petite explication du test ci-dessus.

Le désert c'est une toile vierge, c'est pour que ton attention reste concentrée sur les points essentiels.

Le cube c'est ton égo.

J'ai répondu que mon cube était beaucoup plus grand que moi. Très grand. Géant. Avec des parois opaques. Et blanches avec des reflets irisés.

Mon égo est donc assez gigantesque. Et relativement fermé. Mais lumineux et brillant.

1er point. Vrai.

Le cheval c'est la personne que tu aimes ou que tu recherches.

Après avoir répondu que je n'aimais pas les chevaux, et cherché à savoir si je ne pouvais pas avoir un chat à la place, j'ai eu une réponse négative.  J'ai opté pour une licorne immobile qui me regardait un peu à distance.

A priori je recherche quelqu'un de mythique et d'inaccessible. Pour te donner une idée, les gens célibataires visualisent souvent un cheval sauvage à la robe plutôt foncée courant au loin. Les gens en couple, un cheval à la robe plutôt claire, face à eux et qu'il peuvent toucher.

2ème point. Partiellement vrai. J'ai quand même le meuri depuis lurette MAIS je continue à regarder des gars a priori inaccessibles. J'ai dit regarder, hein, rien d'autre..

L'échelle c'est ton ambition.

Je l'ai décrite comme très haute, très solide, en bois brut et plantée debout dans le sol.

Si tu réponds que ton échelle est une grande échelle qui pointe vers le ciel, tu es ambitieux(se), plus ton échelle est costaud, plus ton ambition est importante. L'échelle qui rejoint le ciel te donne la mesure de ton ambition. A ce stade, tu es carrément Mark Zuckerberg. Ou équivalent. Il serait temps de te mettre en route pour dominer le monde.

3ème point. Ok, je le reconnais, je veux vraiment être maitre du monde. Mon ambition est sans limite. Mais à l'insu de mon plein gré

 

Le jardin c'est ton entourage

Mon jardin, puisque j'étais dans le désert, avec mon esprit pragmatique, a été forcément une oasis.

Avec des palmiers, des dattiers, un étang bordé de roseaux.

Mon entourage est donc assez exotique, non conventionnel, nourricier (les dattiers pour manger) et considéré comme un havre de paix dans la tempête... Ou une oasis de calme réparateur dans le tumulte de la vie. 

4ème point : l'entourage non conventionnel, je te le confirme. A part le meuri. C'est le palmier de mon entourage on va dire.

Voilà, c'est assez simpliste, mais curieusement, si tu as fait tes réponses de manière spontanée, elles sont souvent justes et révélatrices. Je te laisse analyser tes propres réponses. 

En revanche, juste un truc :  si tu as répondu un tout petit cube noir de la taille d'un dé, un cheval roux, un tabouret et un rayon chez Truffaut, tu es mal barré(e).

Si, si, cherche pourquoi...

 

 

 

18:55 Publié dans Les pt'its trucs à Manu | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : test, psycho | |  Facebook | |  Imprimer | |