Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2013

Ne me demande surtout pas en mariage, Lucien...

Je ne sais pas si tu as remarqué mais depuis quelques années on assiste à une surenchère dans la mise en scène des demandes en mariage.

Pas une semaine sans une vidéo d'un type qui déclare sa flamme à sa fiancée à la télévision, sur un écran géant ou qui mobilise sa fanfare pour demander à sa copine de l'épouser.

Chacun fait ce qu'il veut, mais pour ma part, je ne trouve ça ni romantique, ni drôle, ni agréable à vivre.

Enfin dans l'hypothèse où la chose pourrait m'arriver ce qui est hautement aléatoire.

J'ai déjà horreur des manifestations intimes en public. Même embrasser quelqu'un devant la terre entière n'est pas un exercice que j'affectionne particulièrement.

Même voir des amoureux s'embrasser bruyamment avec des bruits de lavabo qui se débouche devant moi me met mal à l'aise, c'est dire...

Alors j'imagine mal un amoureux potentiel me sortir une bague en m'attendant en bas de mon travail, devant tous mes collègues réunis et émus, avec les pompiers de Paris qui font une démonstration de gymnastique en descendant en rappel du haut de la tour, pendant que la télé filme le tout.

Ensuite je trouve qu'il y a un petit côté prise d'otage. Le côté public rend le fait de dire non, particulièrement humiliant pour le "demandeur".

Je ne suis pas certaine que quand tu as de l'affection pour quelqu'un tu aies envie de l'humilier publiquement même si tu n'as pas envie de te marier. Tu te sens donc un poil obligée de dire oui. 

Ceci dit il arrive quand même qu'un pauvre diable se retrouve à la télé bêtement agenouillé avec sa bague pendant que la promise part en courant et en riant aux éclats, le laissant humilié face à des millions de spectateurs. C'est le risque de l'exercice.

Pour tout dire, je trouve même cette notion de "demande en mariage" assez archaïque.

J'ai fait le choix de me marier, parce que je crois en cet engagement à titre personnel, mais j'aurais très bien pu ne pas le faire et je conçois totalement qu'on en ait aucune envie.

Si on l'envisage, un mariage se décide à deux en discutant et pas parce que le gars se met à genoux devant sa belle princesse fragile et délicate en lui offrant des diams.

(bon pour les diams on peut éventuellement négocier)

(OH BEN QUOI J'AI LE DROIT D'AIMER LES DIAMS, NON ?)

A ce stade, on peut aussi demander aux hommes de remettre des gants et d'aller demander la main de leur future à leur beau-père, 

Voire de remonter sur un destrier et de venir nous arracher à coups de sabre à notre famille qui nous destinait à un autre, tant qu'on y est.

Apparemment selon sondage rapide dans mon entourage, les réactions sont contrastées face à ce phénomène. Certaines ont la même réaction, alors que d'autres sont soit indifférentes, soit amusées, soit à l'autre extrêmité de la chaine de réactions adoreraient l'idée et la trouvent même follement romantique.

Je mets pour ma part la notion de romantisme à un autre niveau, chacun son truc.

Ce que j'aimerais savoir c'est ce que pensent nos amis les hommes de telles initiatives.

Dans mon entourage, à nouveau, je n'ai pas d'exemplaire trouvant ce genre de manifestation particulièrement intéressante. Je n'ai récolté que des "ridicule" "la loose" "la tronche du gars" et commentaires à l'avenant.

Je dois vivre dans un biotope mondain, désabusé et cynique, j'imagine.

Je reconnais en tous cas un mérite aux hommes qui déploient des trésors d'ingéniosité pour mettre en scène leur demande : une imagination débordante.

J'espère pour leur future qu'il déploieront la même énergie pour participer aux tâches ménagères.

C'était la touche féministe pour terminer. 

Pardon, lecteur, je m'auto-flagelle déjà.

 

Fotolia_49163695_XS.jpg

N'y pense même pas, Lucien

 

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : mariage, demande, fiançailles, réponse | |  Facebook | |  Imprimer | |

03/01/2013

Pierre répond à Paul qui répond à Jacques qui répond à...

Tu as remarqué, une nouvelle maladie vient de faire son apparition dans les médias.

La réponsite.

Le symptôme ?

Par exemple, un vieil acteur à fuites urinaires aériennes trouve qu'il paye trop d'impôts en France et part en Belgique habiter une vieille bicoque sinistre.

Bon.

C'est son problème après tout, hein, mis à part que la prochaine fois qu'il se pète la figure en scooter sur du pavé français payé avec les impôts français et qu'on l'évacue dans un hopital français pour se faire soigner par des médecins payés avec des impôts français aussi, on pourra vraiment lui pourrir la tête.

Du coup les médias en parlent. Du coup le 1er ministre se fâche. Du coup le gros acteur répond au 1er ministre ...

Et c'est parti pour des plombes.

Machin publie un truc dans Libé pour dire que le gros est gros, Truc répond dans le Figaro pour dire que Machin, ta gueule. Bidule prend la défense de machin sur twitter et on en a pour des siècles.

A priori, il n'y a quasi que le pape et les morts qui n'ont pas donné leur avis sur Depardieu.

Ah si même les morts en fait, puisque Catherine Deneuve s'est exprimée.

De réponses et de tacles  qui n'intéressent que leurs auteurs dont on peut (vaguement) (oui vaguement) (oui, très vaguement) soupçonner qu'ils se font un mini-poil de promotion au passage.

Ca coûte rien de pousser un petit coup de gueule dans Le Nouvel Obs' et ça peut rappeler aux gens qu'on existe, voire qu'on a un avis pertinent.

Remarque, moi je dis ça, je fais pareil sur mon blog, hein.

J'essaye de pousser des coups de gueule pour qu'on se rappelle de mon existence...

Mouahahahahah

Du coup, maintenant, à chaque fois que quelqu'un dit quelque chose sur n'importe quel sujet, j'ai (vaguement) (oui vaguement) (oui, très vaguement) que c'est l'occasion que le premier clampin venu saisit les médias pour répondre sur des sujets qui passionnent les foules.

Et clasher la partie adverse.

Tiens prend le salaire des acteurs français. Selon Vincent Maraval, distributeur et producteur, ils sont bien trop payés. Il le dit dans une tribune dans le Monde le 29 décembre

Tu parles, le gusse il est producteur. EVIDEMMENT que les acteurs sont trop payés pour lui, il tient les cordons de la bourse.

Remarque je suis pas loin d'être d'accord avec lui. Le seul fait d'accoler "payer" et "Marion Cotillard" me parait déjà inconcevable.

Tu peux faire le même exercice avec "payer" et "Dany Boon" ça fait autant mal aux gencives.

Et bien HOP, ça fait pas un pli, dans la foulée, Sam Karmann acteur de son état lui répond que les "pOOOOovres acteurs s'il bou pli, pour manchecheeee" 

(oui, bon ok, c'est discriminant pour les roumains cette dernière phrase)

(oui, bon ok, 90 % des acteurs galèrent, c'est connu)

(oui, bon ok, tu sais que si tu veux être acteur tu as 90 % de chance de ramer, faut pas être naïf, c'est comme partout, il y a beaucoup plus de place à la base qu'au sommet)

ET DONC C'EST REPARTI POUR UN TOUR AVEC DES AVIS DE GENS DONT ON SE CONTRETAMPONNE COMME DE L'AN 40.

Mais visiblement, ça marche, en plus donc d'assurer la promotion de son émetteur, ça remplit les colonnes, ça fait parler et vendre à peu de frais.

Même pas besoin de payer un journaliste puisque le gueulard écrit son billet tout seul.

C'est donc tout bénéfice, le clash médiatique.

Pourquoi s'en priver ?

Tiens c'est pas idiot, je vais clasher une blogueuse influente, ça me permettra de me faire connaître. 

Et après je vais clasher Depardieu, je ne me suis pas exprimée sur le sujet.

Ca me manque.

0886977707629_1_75.jpg

Eux, au moins ils avaient la clash

06:00 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : clash, depardieu, maraval, karmann, réponse, médias | |  Facebook | |  Imprimer | |