Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2012

J'avais presque oublié....


J'avais presque oublié le chemin vers la porte d'Auteuil, le tourbillon de la foule dans les allées, le frémissement d'impatience en attendant de pénétrer sur le central ; la taille du stade, si petite par rapport à celui qu'on croit voir à la télévision ;  le bruit sourd et unique de la balle jaune qui rebondit sur la terre ocre ; le frémissement collectif du public devant un beau point ;  les cris des arbitres de chaise ; la course des petits ramasseurs ; les râles des joueurs et des joueuses ; la vitesse incroyable des échanges écrasée par la retransmission.

IMG_1863.jpg

J'avais presque oublié combien on oublie le temps même quand un match dure plusieurs heures ; les fous rires au mauvais moment quand le stade est totalement silencieux ; les répliques cinglantes des titis parisiens criées des places les moins chères au sommet du court ;

IMG_1880.jpg

les mines effarées des occupants des loges en les entendant ;

Les panamas ;

IMG_1870.jpg

 

Les hoooooo, haaaaaaa, hiiiiiinnnnn sur des échanges ping-pong ; les coups de soleil ; les coups de froid ; les coups de chauds ; les coups de mou ; les coups droits ; les revers ; les revers de médaille ; les infortunes ; les retournements de situation ; les volées croisées ; les passing-shots ; les services.

IMG_1868.jpg

DSC09779.JPG

Le plaisir d'y être tout simplement.

IMG_1879.jpg

Oui, j'avais presque oublié, jusqu'à la semaine dernière quand un petit message m'a demandé "si par hasard je voulais aller à Roland Garros dimanche".

Et qu'il était évidemment hors de question que je rate une occasion pareille.

J'ai retrouvé MON stade (oui, il est à moi pour ceux qui l'ignorent)

DSC09769.JPG

après de nombreuses années d'interruption, mise à part une incursion exceptionnelle sur tous les plans il y a 6 ou 7 ans où j'avais pu enfin réaliser un de mes rêves : passer une après-midi dans une des loges du bord du court.

Bien sur le stade a un peu changé par rapport aux années 70-80, époque où je l'ai assidument fréquenté, plus grand, plus commercial, plus de monde. Les sponsors ont remplacé les bacs de fleurs dans les allées.

Les chaises ont remplacé les gradins en béton.

IMG_1865.jpg

Les billets numérotés, le placement libre.

Finie l'époque où on arrivait le plus tôt possible quand on avait une place non numérotée avec coussin, glacière et thermos. Et où on se relayait avec ses voisins pour ne pas la perdre. Finies les rencontres avec les joueurs dans les allées, sans gardes du corps ou presque. Fini le premier week-end où on passait d'un cours annexe à l'autre pour voir le plus de matches possibles. Les matches commençant un jour plus tôt qu'avant, le second dimanche, tout est déjà concentré sur les 3 courts principaux.

Fini les joueurs showmen qui transformaient le court en pièce de théâtre. Les colères, les coups de gueules, les crises de nerfs, les cris, les prises de becs avec l'arbitre, le public qui prend partie.

Bien sur les choses ne peuvent pas rester éternellement figées. C'est normal.

Bien sur aussi, je n'ai pas reconnu grand chose de Roland, j'étais un peu perdue, j'ai cherché les endroits familiers, sans les retrouver vraiment, mais en me dirigeant vers la sortie, quand même j'ai retrouvé mon coin de central, celui qui sera pour toujours, éternellement et secrètement à moi, le coin de mur recouvert de lierre, l'escalier hier en pierre, aujourd'hui reconstruit en béton, la rampe en métal, l'endroit précis où il y a environ 35 ans, j'ai frôlé un Borg concentré qui partait jouer. 

DSC09798.JPG

Et qui a volé mon coeur de midinette. 

Le reste n'a aucune importance.

 

Et que Virginie et Odile soient bénies entre toutes les femmes comme dirait l'autre

06:00 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : tennis, roland garros | |  Facebook | |  Imprimer | |

03/06/2012

Qui mais QUI a donc gagné la Tassimo... ??

Qui va pouvoir se faire des cafés de folaye le matin DANS une Tassimo de sucroit personnalisée et même customisée, par un sticker totalement unique hummm ???

Hummmmm ???

Je fais encore durer le suspense ou pas ?

Oui, tiens, je fais durer le suspense. J'aime torturer les gens psychologiquement. Ca me permet de cultiver mon complexe de supériorité.

Complexe de supériorité dont j'essaye vainement de me débarrasser depuis 50 ans. Mais impossible. Tout vient me rappeler en permanence combien je suis un esprit supérieur.

La mégalo aussi est fournie avec d'ailleurs. Cadeau. Pour le personnel.

Bref, revenons au centre de nos préoccupations.

Qui a donc gagné la Tassimo ?

Parce que je lui ai interdit d'épouser mon fils, qu'elle n'a plus que ses yeux pour pleurer et qu'elle va donc coller sa photo sur sa machine en soupirant tous les matins, pour atténuer un peu la douleur d'un amour à jamais interdit, je lègue la Tassimo à

lljrkK0QdQ2e73fp8I0BpWDdCGueIfYN.png

PAU

Fais-en bon usage, envoie-moi ton adresse postale par mail  et vénère-moi. C'est tout.

Sinon aujourd'hui, je vais à Roland Garros.

Oui LE SEUL JOUR OU IL VA PLEUVOIR DE LA QUINZAINE c'est plus chic.

Pour une fois que j'avais une invitation, ...

Je crois que Dieu me déteste. Boh, c'est normal, à la fois, il a très mal vécu notre rupture, je crois qu'il m'en veut toujours.

Je vais tenter de faire un mini reportage photos et texte si le grand là-haut ne décide pas de me noyer sous un déluge de pluie, feu, sauterelles et autres crapauds dans un accès de colère.

(en tous cas, merci à la généreuse donatrice qui se reconnaîtra et que je bénis jusqu'à l'infini et au-delà).

thumb_image_845191-14375788-640-360.jpg

06:02 Publié dans Concours | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : tassimo, roland garros | |  Facebook | |  Imprimer | |

04/06/2010

Touche pas à mon Roland Garros


Je ne suis habituellement ni conservatrice ni traditionnaliste.


Ce n'est pas parce qu'un truc a plusieurs siècles qu'il est forcément bien. Regardez l'opéra Garnier à Paris. Ce bâtiment est ancien certes mais ressemble surtout à une immonde meringue que je dynamiterais volontiers si on m'en laissait le loisir.


Mais il y a des choses auxquelles on ne touche pas : comme le chocolat noir 70 % de cacao, le thé earl grey, la petite robe noire et... Roland-Garros, sa terre ocre, ses bâches vertes et blanches et ses joueurs Suédois musculeux.


Or qu'apprends-je ? On voudrait délocaliser le tournoi, faute de place vers des contrées hostiles comme Versailles ou, pire, Mickeyland ??? On entendrait alors l'arbitre égrenner ses "15-30" au milieu de la parade de la belle au bois dormant ??


Alors là je dis carrément : NON.


Vous ne me mettrez pas mon Roland-Garros chez les barbares. Et je dis bien MON Roland-Garros, parce que j'ai une affection particulière pour ce tournoi et ce lieu.


Dans les années 70, ma meilleure amie s'est mise au tennis et m'y entraînée avec elle (dans le public, pas dans la pratique). J'ai appris à savourer le bruit des balles, le chuchotement du public, à apprécier les tactiques de jeu, à différencier les "crocodiles" (joueurs de fond de court) des attaquants, alors que je n'y connaissais strictement rien au départ.


Et surtout, surtout, j'ai des souvenirs géniaux de coups de soleil, de coups de froid, de camping dans des gradins en béton pas toujours pleins et pas encore numérotés ou tout le monde ramenait coussins et glacières. Et où on lorgnait sur les loges avec envie. De hoooo, de haaaaa, de terre sur les maillots, de matches interminables, de bandeaux dans des cheveux longs. Et des joueurs. Qui avaient moins de sponsors à honorer et s'amusaient sur le court. Et qu'on pouvait frôler dans les allées, sans gardes du corps et sans attachés de presse. Des pitreries de Nastase, des revers de Borg l'extraterrestre, des colères de Connors, des rages de Mc Enroe, des jupettes de Chris Evert, de Noah tout minot, d'une finale Vilas-Wilander qui n'en finissait plus et qui verra la première grande victoire du jeune prodige Suédois en laissant les spectateurs quasiment aussi épuisés que les joueurs.


Ma nature n'étant pas celle d'une chasseuse forcenée d'autographes ni de photos,  je n'ai pas gardé de souvenirs concrets de mes jolies rencontres tennistiques. Pourtant j'en ai eu plein. Mon souvenir le plus marquant ? Avoir pu échanger quelques mots avec Borg et serrer la main du dieu Suédois. Peut-être l'origine de ma compulsion obsessionnelle pour les vikings.


Mon rêve de loge a fini par se réaliser un jour. Longtemps après cette époque. Il y a quelques années j'ai eu la chance d'accompagner un VIP de ma société de passage à Paris qui voulait absolument assister au tournoi. J'ai adoré ce moment bien sur.. Mais évidemment je n'ai pas retrouvé l'ambiance que j'avais connue. Plus de monde, plus de sponsors, plus de formalisme.


Mais quand même, la vieille dame avait encore de beaux restes. Et j'aime toujours ses allées, ses courts, son bois tout proche, ses coins et ses recoins.


Délocaliser le tournoi serait pour moi un crève-coeur. Et probablement la fin d'une belle histoire d'amour.


Car décidément, Roland-Garros ailleurs qu'à Roland-Garros, ce n'est plus Roland-Garros.


Point barre.

 

 

mode-roland-garros-lunettes-de-soleil-lacoste-2315382_1350.jpg

 

06:00 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (48) | Tags : roland garros, borg, mc enroe, nastase, connors, noah, wilander, vilas, chris evert | |  Facebook | |  Imprimer | |

27/05/2010

Portnawak et compagnie


Entre les interviews, Roland Garros et Nouvelle Star à la télé et le reste, je suis overbookée.


Je note d'ailleurs au passage avec la plus grande tristesse que personne ne m'a proposé des places en loge pour Roland Garros même contre échange de menus services seskuels. C'est dommage, une certaine expérience de ma part vous aurait permis de passer un bon moment, enfin bref..



Je saurai m'en souvenir quand j'aurai le pouvoir : Roland-Garros me sera entièrement réservé. A moi et aux personnes qui me flatteront suffisamment.

Et je pense que vu mes récentes incursions dans la sphère politique, je ne devrais plus trop tarder à l'avoir, le pouvoir, méfiez-vous.


Je disais donc que j'étais overbookée, pas le temps pour creuser des sujets de fond comme qui couche avec qui, la liste des gens que je n'aime pas (j'ai réussi à trouver 4 bloggeurs/euses + quelques personnes dans la vraie vie) ou ma vie, mon oeuvre et ma pensée en dedans de mon cerveau.

 


Du coup c'est open. Vous pouvez faire n'importe quoi sur cette note : montrer vos seins, dire des âneries, me faire des propositions malhonnêtes, exprimer votre indignation, vous mettre en grêve pour les retraites, dauber sur votre voisin, raconter votre vie, etc..


Et si tu es Suédois, blond, musclé avec des tablettes de chocolat tu peux aussi me laisser ton numéro de téléphone.


Pour terminer dans le n'importe quoi je profite du passage de Lady Gaga à Paris pour dénoncer un honteux plagiat de sa part. Cette personne qui braille des chansonnettes à moitié nue a odieusement pompé mon look. Je pense d'ailleurs faire un recours en justice.


La preuve.


Manu Gaga 3.JPG
Manu Gaga 1.JPG
Manu Gaga 2.JPG



06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (24) | Tags : n'importe quoi, lady gaga, roland garros | |  Facebook | |  Imprimer | |

07/02/2009

Rafle Lorraine

Voici donc une note pour terminer cette semaine sur le thème "Mode et n'importe quoi", seulement interrompue hier par le petit théâtre non pas de Bouvard mais de Nico.

Sérieusement, j'ai longtemps hésité à faire cette note, par respect pour les gens qui ont parfois du mal à boucler leur fins de mois, surtout en ce moment.

Et je dois bien vous avouer que j'ai encore un peu honte. Mais bon à la fois, je n'ai rien demandé, j'ai juste eu du bol.

Si à la fin, vous voulez organiser un lancer de chaussures général pour me lapider à la savate (c'est à la mode en ce moment), allez-y, pour une fois, je suis d'accord...

Je m'explique.

Mon fils a dans son programme d'études plusieurs stages à effectuer. L'année dernière, les fidèles s'en rappellent peut-être car j'en avais parlé, il avait fait un stage de vente pendant le tournoi de Roland Garros au printemps. Puis, comme il aimerait faire une carrière dans l'industrie du luxe, il s'était décarcassé pour obtenir finalement un stage de vente chez Prada pendant l'été.

En janvier, à son retour d'un trimestre d'études expatriées à Varsovie, il avait un nouveau stage d'un mois à effectuer.

Et il a trouvé cette fois chez ... Ralph Lauren.

Je tiens à préciser que je n'ai AUCUN contact dans l'industrie du luxe et que le mouflet se débrouille absolument tout seul (moooonnn fiiiiiiillls, il est booooooo !!)

Bon les stages on sait ce que c'est : souvent sous-payé, pour faire en fait le boulot d'un salarié à plein temps. MAIS, qui dit marques de luxe dit petites compensations..

Et quand je dis petites..

Car, pour l'image de la marque, les vendeurs et vendeuses sont souvent lookés maison.

Avec des petites babioles qu'on édite parfois en série très limitée uniquement pour quelques éventuels clients et surtout le personnel.

Qui les garde. Ou pas. La Responsable de mon fils ayant déjà une collection conséquente d'accessoires, elle lui a refilé cette ceinture, cadeau, comme ça, parce qu'elle l'aimait bien..

Ceinture Lauren.jpg

Evidemment, il l'a ramené à la maison à sa môman. Qui ravie, l'a embrassé sur le front avant de retourner par curiosité l'étiquette qui pendait sur l'objet... Et de faire un triple axel arrière double boucle piquée (comme dirait mon cher Nelson) en voyant le prix de cette... chose.

Que je ne vous donnerais pas, parce que comme je vous l'ai dit plus haut... c'est honteux.

Je pense que vous ne pouvez même pas l'imaginer.

Du coup je ne l'ai pas encore mise. J'ai l'impression de me trimballer avec la banque de France autour du nombril. Ou de sortir avec le PIB du Khazakstan qui tient mon pantalon.

Et ce n'est pas fini. Je vous l'ai dit, ses collègues l'avaient à la bonne. Comme cadeau d'adieu, il lui ont offert ceci..

Pull Lauren.jpg

Une petite chose en cashmère qui doit pouvoir alimenter les restaus du coeur pendant la moitié de l'hiver.

Bon.

J'espère juste que le fils ne va pas perdre le sens des réalités. Parce que franchement, y'aurait matière.

Voilà, j'attends donc vos godasses, parce qu'en PLUS depuis hier soir je suis en VACANCES... Allez, haïssez-moi les gens..

06:00 Publié dans Mode | Lien permanent | Commentaires (31) | Tags : ralph lauren, roland garros, prada | |  Facebook | |  Imprimer | |

06/06/2008

Les potins à Manu, plus fort que Voici...

Oui, les potins à Manu, c'est plus fort que Voici.

Pourquoi ? parce que les sources sont FIABLES et qu'ils sont VRAIS à 100 %, garantis pur sucre...

J'ai des observateurs dans la place...

Sur Roland Garros

Vu passer sous son nez par mon fils (non pas le joueur, le fruit des mes entrailles), car l'issue du vestiaire des joueurs est semble-t-il juste à côté de son magasin : en vrac Nadal qui fait la gueule, Féderer qui fait sa star avec 24 gardes du corps autour et Monfils (le joueur cette fois) qui fait l'imbécile... Et dans les loges auquel grâce à son badge magique, mon toto a accès : l'ex-Madame Nico avec son nouveau meuri et, un autre jour, PPDA et Michèle Laroque dans la même loge. Sont-ils ensemble ? Tient, ça ferais un joli titre pour Voici : PPDA et Michèle Laroque : la passion ! Cette année, il n'y avait pas une foule de people : c'est normal, il ne fait pas très beau... Quand on veut montrer son bronzage, ses belles tenues d'été et passer à la télé avec c'est moins pratique.

Une journée au Parlement Européen

Sponsorisée par la LICRA et le parlement européen, la classe de mon fils (NAAAN PAS LE JOUEUR, l'autre fruit de mes entrailles) cadet a eu droit à une visite du parlement européen avec bouffe offerte à la "cantine" si l'on peut dire du parlement. La dite cantine étant en fait plus proche du restaurant que du self-service. C'est d'ailleurs à peu près la seule chose qu'il a retenu, totalement ébloui par le choix extravagant d'entrées et de desserts en buffet mis à la disposition des eurodéputés, et la déco parquet-fauteuils en cuir de la gargotte parlementaire.

Et le potin vous dites-vous ? Il arrive : juste derrière le paravent qui délimitait le carré visiteurs déjeunaient Le Pen et sa fifille... Mon rejeton a du pu voir en direct live ce que mangeaient le détestable et sa descendance. Descendance qui a une nette tendance à se resservir plusieurs fois et s'empiffrer grave. Fais gaffe Marine, non seulement en ce moment tu rames (c'est d'ailleurs très réjouissant !) mais en plus, à ce rythme, tu risques de finir avec grosse bouée !

Et enfin, pour finir en feu d'artifice : Nouvelle Star

D'une source TRES bien informée que je ne peux révéler (un enquêteur protège TOUJOURS ses sources au péril de sa vie) : Cédric de Nouvelle Star que l'on voit depuis quelques temps avec une jolie blonde, présentée comme sa fiancée,  est en fait depuis très peu de temps avec cette jeune fille. Depuis son recrutement dans l'émission il a ENORMEMENT batifolé avec un certain nombre de jeunes demoiselles de la production ou autre... Mais pas avec Lio, malgré les appels désespérés - et en direct - de la brune en chaleur...

26/05/2008

Places VIP à Roland Garros ?

Cette vidéo, je ne pouvais vraiment pas passer à côté...

 

13:35 Publié dans Les vidéos à Manu | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : roland garros, chats | |  Facebook | |  Imprimer | |