Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/04/2013

Est-ce que je n'aime plus le cinéma ?

Avec un grand-père photographe de plateau et un père cinéphile, je suis un peu née avec une bobine de film dans le sang.

Enfant, je ne loupais pas un dessin animé ou un classique français ou étranger  que ce soit en salle ou à la télé. Et nous avions avec mes parents de longues conversations de critiques amateurs post-visionnage  sur les toiles vues tous ensemble.

Ado, les salles obscures étaient ma deuxième maison et le ciné-club mon ami. Je crois avoir ratissé large du film grand public aux ovnis expérimentaux des années 70. En passant par le film social, d'auteur, de genre, enfin quasiment tout ce qui pouvait se visionner sur un écran grand ou petit format.

Et oui à l'époque, jeune padawan, même si ça te parait extra-terrestre on avait MEME pas de magnétoscope ni de cassette vidéos. Encore moins de DVD ni de VOD.

Il fallait SORTIR pour se faire un cinoche.

Je me rappelle encore des claques régulières que je prenais en salle. Des moments où scotchée à mon fauteuil inconfortable le plus souvent je pensais "ah waou" dans ma tête en sentant bien que mes voisins étaient sur la même longueur d'onde. De la chasse à la VO. Des cinémas de quartier. Des salles d'art et d'essais. 

J'ai vu des films à leur sortie devenus mythiques aujourd'hui, et d'autres qui sont complètement oubliés, mais qui m'ont quand même apporté de la joie, du plaisir, de l'émotion sur le moment.

Et j'ai longtemps, très longtemps ressenti encore cette claque, ce plaisir visuel et presque charnel qu'on peut avoir à partager une émotion sur grand écran avec toute une salle.

Jusqu'à il y a approximativement 5 à 6 ans.

Depuis ces dernières années, la claque cinématographique est une espèce en voie de raréfaction.

En déjeunant hier avec mes collègues, au cours d'une conversation portant sur le sujet, je me suis aperçue que j'avais peine à rassembler deux ou trois films qui m'avaient sinon marquée, au moins fortement plu sur l'année passée.

J'ai réussi à citer péniblement Argo, Royal Affair et Looper.

Essentiellement pour l'originalité des scénarios.

Pour le reste ? Déception après attente, ennui, ennui, et re-ennui. En vrac et parmi d'autres : Cloud Atlas ? Long, inégal et bof. Happiness Therapy ? Scénario vu, vu et re-revu. The Place Beyond the pines ? Long, trèèès long et dormitif. Inception ? (pas vu avant et visionné la semaine dernière). Pas rentré dedans. Prométheus ? Mitigé. Django ? Pas aimé DU TOUT. Batman ? Marion Cotillard. 

En résumé la liste des films qui m'ont laissé indifférente, voire plus si non-affinités est largement plus longue que l'inverse.

C'est à ce stade que je me suis auto-introspectée (heu, c'est un peu trop, là, je pense) en cherchant au fond de mon neurone de la blasitude, s'il était rempli.

Et il l'était plus ou moins, certainement.

On ne traverse pas près de 50 ans de pellicules sans avoir à un moment donné de plus en plus de mal à être étonnée, éblouie, subjuguée, bouleversée, émue. Surtout si les 50 ans comptent une certaine cargaison de chefs-d'oeuvres.

Mais, à ma décharge et en y réfléchissant un peu, essaye de ton côté de me citer les films que tu juges mythiques depuis disons, le début des années 2000.

Sachant que pour qu'un film soit jugé culte, il faut quand même quelques années de recul.

Pour ma part, spontanément, je n'en ai trouvé qu'un. Ou plutôt 3 : la trilogie du Seigneur des Anneaux. 

Attention, je te parle de de citation spontanée. Après face à une liste, il y a certainement d'autres titres qui te reviennent.

3 films en 13 ans. En spontané. Pas terrible.

Pour me conforter dans ma conviction, j'ai eu il y a quelques mois une conversation avec un professionnel de la profession. Qui m'a confirmé que les films coûtant tellement cher aujourd'hui, on tente de limiter les risques au maximum. Du coup on essaie de reproduire encore et toujours des formules qui fonctionnent. 

Pas de risque = pas d'audace = pas d'originalité = une impression d'uniformité.

Seule note positive dans cette tristesse cinématographie, la créativité n'est pas défunte.  Elle s'est juste déplacée. Sur les séries.

Elles sont moins chères à produire, on peut les arrêter en cours de route en cas de flop, on laisse plus de liberté aux réalisateurs. 

Du coup on trouve des petites pépites.

Je ne vais pas m'amuser à lister les nombreuses séries portées au firmament par des fans en état de manque entre chaque épisode et dont la dernière illustration est Game of Thrones. 

Tu peux faire ton top 10 tout(e) seul(e) dans ce domaine, ce n'est pas le choix qui manque, contrairement au grand frère cinéma.

Sinon j'ai pleinement conscience que ce billet fait "de mon temps, c'était mieux".

Non, ce n'était pas mieux, on s'emmerdait pas mal aussi, c'était différent, c'est tout.

Et il y a quand même encore des films que j'ai hâte et envie de voir et des bonnes surprises qu'on attendait pas du tout.

Je ne suis pas tout à fait rigidifiée. 

Pas encore.

 

Fotolia_39180609_XS.jpg

 

 

 

 

 

03/05/2012

Séries de séries à la ouanegaine

La série bien faite c'est le bonheur.

Ca se regarde facilement, ça occupe tes soirées (celles qui ne sont pas passées à incurgiter des mojitos avec des éphèbes suédois)  et en plus tu as une conversation pour la machine à café.

Parce que tes soirées mojitos tu ne peux pas vraiment en parler à tes collègues sous peine d'être convoquée manu militari dans la demi-heure qui suit par la DRH pour vie de débauche incompatible avec la tenue d'un poste sérieux.

Et qu'en plus tu ne peux pas vraiment leur parler de tes activités internétières à tes collègues. Ce sont des gens du dehors, ils comprennent difficilement le LOL, le hastag, le concept du meme, ou le code HTML.

Donc, la série fait une conversation acceptable pour te faire passer pour un être humain aux yeux de tes congénères.

Je voulais donc donner mon avis, même si personne ne me le demande et que tout le monde n'en a à peu près rien à faire, sur 3 séries vues récemment. Mais pas forcément encore arrivées sur les grandes chaînes que tout le monde regarde.

(....)

(Coucou Hadopi, ça va toujours ??)

La déception :  Homeland

Le Pitch : après 8 ans passé entre les mains de membres d'Al Qaida, le sergent Nicholas Brody est libéré et retrouve son pays et sa famille alors que tout le monde le croyait mort. Mais Carrie Mathison, un agent de la CIA va rapidement le soupçonner d'avoir été retourné et de préparer une attaque terroriste sur le sol américain. Elle va devoir se battre pour prouver sa théorie car après un séjour à Badgad où elle a été à l'origine d'un incident diplomatique, elle est mal vue par sa hiérarchie.

Mon avis (dont tout le monde se moque donc) : c'est LA série que tu DOIS avoir vu. Couverte de prix et autres Golden Globes elle est arrivée précédée d'une réputation très flatteuse. Acteurs au cordeau, Suspense insoutenable, tension psychologique, mise en scène lêchée. Et bien franchement ? Je me suis ennuyée. Après un début assez prometteur, j'ai trouvé le rythme trop lent pour une série soit-disant à suspense, l'actrice principale Claire Danes assez agaçante dans un registre énervo-hystérique, et je n'ai pas été vraiment convaincue par le jeu des autres acteurs. Les rebondissements m'ont paru téléphonés, je les voyais arriver à 10 kilomètres. J'ai eu même du mal à finir la saison 1. L'épisode final allongé à 80 minutes m'a paru interminable. Je suis assez isolée dans mon négativisme car les avis sont plutôt unaniment favorables sur cette série. Fais-toi toi propre avis en la regardant, après tout...

Homeland-tv-series.jpg


 

La bonne surprise SMASH

Le Pitch : une productrice de Broadway en plein divorce tente de monter une comédie musicale sur Marylin Monroe avec l'aide d'un metteur en scène anglais caractériel et de deux auteurs en pleine remise en question sentimentale. Mais qui incarnera Marylin ? Une chorus girl chevronnée ou une jeune débutante prometteuse ? A moins qu'une star confirmée ne leur vole le rôle à toutes deux.

Mon avis : un gros coup de coeur. Et pas du tout un Glee pour adultes, comme j'avais pu le craindre. Ok, il faut aimer les comédies musicales. Mais si tu es moyennement fan, il y a plus que des numéros musicaux, assez peu nombreux d'ailleurs deux ou trois par épisode maximum. Le gros se situe pendant les répétitions ou des spectacles donc, tu n'as pas de gens qui se mettent à faire chabadabada de façon complètement décalée. Il y a l'intrigue, des rebondissements, un vrai scénario et Angelica Huston et la Grace de Will et Grace, Debra Messing, en prime. Des chanteurs et des danseurs au top. J'ai adoré et descendu les 12 épisodes de la saison 1 frénétiquement. Tu discutes pas, tu regardes, c'est tout.

smash.9a1e2104718.w300.jpg

La série culte : Game of Thrones

Le Pitch : en des temps anciens, dans une contrée mystérieuse, le royaume des 7 couronnes, où les hivers peuvent durer des années, complots et rivalités se succèdent pour la possession du Trone de Fer, symbole du pouvoir. Pendant ce temps, aux frontières du royaume, derrière une muraille de glace des forces sinistres et surnaturelles se rassemblent. Seule la garde de nuit postée sur la muraille peut les arrêter. Mais pourra-t-elle les contenir longtemps alors que l'été se termine et que le terrible et interminable hiver menace ?

Mon avis : je suis totalement fan. J'adore le genre, la mise en scène, les acteurs (mention spéciale à Peter Dinklage, le nain machiavélique). L'intrigue est sophistiquée, la mise en scène nerveuse, on a du grand spectacle, de la magie (pas trop), du fantastique (un peu)  et, pour ne rien gâter des beaux gosses parfois pas très habillés (tu me connaissois, j'adore). J'ai dévoré la saison 1 et rongé mon frein jusqu'à l'arrivée de la saison 2 actuellement en cours de diffusion. J'avais un peu peur de rester sur ma faim, les séries ayant la fâcheuse habitude de souvent avoir une saison 1 retentissante et une suite décevante. Il n'en est rien. Donc tu regardes aussi, et tu ne dis plus rien.  Et juste un truc. Kit Harrington et son regard d'ourson perdu (pt'it père) est A MOI. C'est tout.

 

art-game-of-thrones-420x0.jpg



06:00 Publié dans Séries, TV | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : séries, homeland, game of thrones, smash | |  Facebook | |  Imprimer | |

22/09/2011

Canal Manu

Si on aime regarder la télévision, aujourd'hui l'offre est assez pléthorique. Des chaînes pour tout, de la musique à la cuisine en passant par le cinéma ou la mode...

Mais quantité ne veut pas toujours dire qualité.

Tu l'as certainement constaté, lecteur chéri de mon coeur, rien sur une chaîne rime souvent avec rien sur quarante douze chaines.

Et les bouquets box ou satellites se transforment souvent en bouquets fanés qui te donnent l'impression de payer pour .... rien.

Sans parler de tes ados qui ont totalement perdu l'habitude de consommer de la télé à heures fixes et regardent ce qu'ils veulent quand il veulent (souvent sur l'ordi et en téléchargement illégal et après tu reçois une lettre d'Hadopi, et après ils viennent te saisir, et après tu te mets à boire, et après tu finis sous les ponts à dormir dans un carton)

CanalSat veut t'éviter de finir dans la misère, c'est pour cela que tu y trouveras tout pour tous les goûts et tous les âges !! Des dessins animés animés (avec même la chaine éphémère du père Noël pour les fêtes de fins d'année), des séries en séries, des films cinématographiques, du sport sportif, des reportages emportés, de l'aventure aventureuse et tout ça quand tu veux et quasiment où tu veux.

Car outre la variété et une nouvelle ergonomie ergonomique de l'interface programme, tu peux regarder tout Canalsat depuis ton Ipad et passer de l'Ipad à la télé d'un simple effleurement de l'écran !

Tu peux même piloter ton Canalsat depuis une kinnect juste en moulinant avec les bras ! Même plus de télécommande...

C'est trop le 22ème siècle...

Ceci dit, malgré la variété de l'offre Canalsat, je reste frustrée. 

Je n'y trouve pas MA chaîne. Ca fait des années que j'attends une chaîne qui me propose séries, sitcoms, programmes courts - allez, principalement anglais et US ... à jet continu.

Du How I Met Your Mother, Modern Family, Big Bang Theory, sans oublier les classiques, Friends ou même ... Alf ! (j'adorais Alf) et les désopilatoires séries anglaises (quelqu'un se souvient de "Allo, allo", qui me faisait hurler de rigolade) et le cultissime Ab' Fab' ... Et pourquoi nos petits programmes courts, Caméra café, Kaamelot, un gars, une fille, et j'en passe...

Une chaîne comme ça ? Mais je m'abonne directement...

C'est ce que j'ai été dire à Bertrand Méheut, le patron de Canal, présent à la soirée de lancement de la nouvelle grille Canalsat.

Qui m'a aussitôt rétorqué "mais c'est de la bombe intersidérale, bébé, yo, on va le faire NOW"

Bertrand kiffe énormément la vibe.

Tellement qu'il a insisté pour faire l'after de la soirée au Baron, où il a déclaré que c'était has been et qu'il nous a entraîné dans une ancienne usine de retraitement des déchets à La Courneuve qui sera le prochain lieu ultra-hype, selon lui.

Après je ne me rappelle plus bien. J'ai perdu Bertrand de vue au bar où il commandait une tournée générale. J'ai bu beaucoup d'un truc rose fluo et fumant. C'était bizarre mais pas mauvais.

Et je crois avoir dansé le booty shake avec un grand gars en marcel avec des tatouages et des piercings.

Juste Bertrand, j'ai retrouvé ta cravate et tes lunettes dans mon sac, je te les renvoie par coursier ?

Tu me dis hein.. Et tu me préviens aussi quand ma chaîne sera prête.

Qu'on fasse la soirée de lancement ensemble..

smll_CANALSAT_LOGO_PETIT.jpg

 

07:14 Publié dans Séries, TV | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : canal sat, chaîne, télé, bouquet, séries, sitcoms | |  Facebook | |  Imprimer | |