Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2012

Un film qui ne tient pas ses prométheus

Dans notre société postmoderne et consommatrice il est assez peu envisageable désormais de diffuser un produit culturel sans une promotion appuyée.

Enfin, culturel, quand tu parles d'un disque de Christophe Maé ou d'un bouquin de Lévy, c'est beaucoup dire.

C'est le jeu ma pauvre Lucette, et, après tout, on peut s'en accomoder plus ou moins.

Mais parfois tu t'en accomodes moins.

C'est le cas quand, par exemple, les acteurs d'un film qui va visiblement être le nanard intersidéral de l'année sont invités dans absolument tous les talk-shows possibles et imaginables sauf le journal du hard. Et encore.

Et que tu entends 675 fois de suite raconter le pitch du chef-d'oeuvre suivi de "ce film est tellement drôle" "l'équipe de tournage est une seconde famille" "les scénaristes ont fait un travail formidable" "c'est le meilleur tournage de toute ma carrière".

C'est un tantinet usant, voire casse-bonbons, voire insupportable. A priori, en ce qui me concerne, ce rouleau compresseur à toutes les chances de me dissuader à jamais d'aller voir ou écouter le chef-d'oeuvre impérissable qu'on tente de me fourguer.


Mais parfois une promotion moins frontale et plus subtile porte à tes oreilles le doux bruit d'un chef-d'oeuvre à venir qui te ferait quitter ton fauteuil et ta télé pour retourner exceptionnellement partager ton pop-corn avec de jeunes zazous encapuchés dans une salle de cinéma. Qui saluerait la chose d'un "oueche, trop de la bombe l'actrice, c'est quoi son nom ?"


Et fait que tu l'attends, ce chef-d'oeuvre, avec l'impatience du lapin qui attend une carotte.

Comme les trois quarts des fans de sci-fi, de cinéma et toute la geekosphère en folie qui se passe en boucle la bande annonce.


Surtout que ce chef-d'oeuvre est réalisé par l'homme qui a commis un de tes films de chevet : Blade Runner. 

Rien que pour celà, il figure dans ton panthéon personnel à côté de Fred Astaire, de Barry White et de la personne qui a inventé le financier au thé vert.


Ce préambule gigantesque pour te dire que oui, j'attendais Prométhéus de Ridley Scott, avec une impatience non dissimulée et que j'étais prête à casser ma tirelire pour aller le voir le plus tôt possible.

Voire à proposer des gâteries buccales au distributeur contre une avant-première (sans aucun succès d'ailleurs, mon égo en a drôlement pris un coup).

En plus d'être censé être un chef-d'oeuvre métaphysico-visuel, le film se voulait un prequel et une clé explicative à la saga Alien. Et tu sais qu'une des passion des geeks c'est de chercher le pourquoi du comment de trucs totalement fictionnels et absolument inutiles comme le pourcentage de gênes humains dans l'ADN de Mr Spock.


Il y avait juste une petite voix à l'arrière de mon cortex qui me sussurrait "méfiance, Josiane, prends l'avis de gens autorisés qui ont vu le film avant de te précipiter".


Ce que j'ai fait hier donc, auprès de gens ayant EUX eu la chance d'être invités à une avant-première. On ne leur demandera pas quelles faveurs ils ont dispensé pour en arriver là d'ailleurs.

Et que le couperet est tombé sec et impitoyable

"visuellement, ça tient le choc. Traitement de l'histoire, zéro. Grosse désillusion".

Mesure ma déception, camarade. J'en aurais presque pleuré de désespoir en jetant de dépit ma collection d'objets Star Wars.


Ce sera donc une bonne leçon pour ne plus écouter les sirènes du marketing quand il s'agit de production artistique s'il m'en fallait encore une.

Et de m'en remettre plutôt à mon instinct ou aux avis de mes proches. Enfin ceux qui ont les mêmes goûts que moi. C'est à dire a priori personne.


Et j'attendrais probablement un DVD (ou un streaming, hein, coucou Hadopi) pour visionner Michael Fassbender en androïde.


Je ne vais pas mettre 10 euros, plus le pop corn ET faire la queue pendant des siècles pour voir un truc mitigé, non ?

Je suis bloggeuse, merde, quoi.

prometheus_ridley_scott.jpg

Et par ici l'avis de Céline Crespin qui, elle, l'a déjà vu. Comme je l'ai dit plus haut, on ne lui demandera pas ce qu'elle a fait pour être invitée à l'avant-première, hein...

06:00 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : prometheus, blade runner, ridley scott, critique, déception, star wars | |  Facebook | |  Imprimer | |

24/11/2009

Dis-moi ce que tu préfèrerais préférer


Luc est fou.


Il a essayé de me tagger de façon totalement inconsidérée sans penser aux conséquences collatérales : lapidation, hurlements, disgrâce, jet d'huile bouillante, morsures, écartelement, rumeurs assassines ET SURTOUT bouderie prolongée de ma part.


Me tagger, moi... Pffff, n'importe quoi.


Il voudrait que je parle de mon top 3 cinématographique.

Alors là je réponds carrément NON.


D'une je suis totalement INCAPABLE quand on me pose la question de dire ce que sont mes 3, 5, 10 ou 15 films, morceaux de musique, bouquins, acteurs, pays, veaux, vaches, cochons ou pots de rillettes préférés.


Je N'EN SAIT VRAIMENT STRICTEMENT RIEN.. C'est comme ça. J'aime pleins de trucs, point barre. Et je reste admirative des gens qui te sortent en une demie-seconde "ouiiiiiii mon film préféré c'est totalement le 7ème sceau de Bergman" (un truc très beau, mais trèèèèès lent où le héros joue au échecs avec la mort).

18819116.jpg

 

Alors que si tu me pousses vraiment dans mes retranchements je vais éventuellement te sortir "Star Wars" et passer pour la blairotte de service auprès du cinéphile distingué qui me regardera avec un air de pitié..


Mais le "7ème sceau" c'est beau, hein, faut le voir quand même (et tu avales 12 ecstas avant pour amortir le choc).


De deux, vu mon âge mathusalémique je n'ai plus du tout les mêmes goûts qu'il y a 10 ou 20 ans. Et comme je regarde rarement en arrière, je suis AUSSI incapable de te dire ce que j'aimais il y a dix ou vingt ans.

Bref, un cas désespéré.

Donc vous avez compris, inutile de compter sur moi pour un éventuel palmarès ou liste de favoris de quoi que ce soit..


En revanche, et heureusement pour l'avenir de l'humanité, il y a de gens qui SAVENT CHOISIR un favori.

C'est ceux qui ont voté pour élire leur tee-shirt préféré parmi ceux des candidats qui tentaient de gagner le déjà culte...

248174616.JPG


Après vote des internautes ET du distingué jury composé de (je le rappelle pour la 15ème fois pour  les sourds, les aveugles, les déficients mentaux et les martiens) Carole, MissP,Touwity , Cannelle et moi.

Après calculs des résultats  par l'ordinateur mis à ma disposition par la Nasa (je suis influente, je le rappelle, plus rien ne m'est refusé).... L'informatique a rendu son verdict et le vainqueur est....


LEOETLISA ET SON TEE-SHIRT FEMINISTE PUNK POWAAAAAA...

LeoetLisa.JPG

LeoetLisa2.JPG

On lui dit bravo..

Même si elle n'a pas (tout à fait) respecté les règles, car elle a fabriqué le tee-shirt exprès pour le concours..

Du coup, ce qu'elle ignore encore, c'est qu'elle va devoir faire 35 tee-shirts identiques pour les membres des Féministes punks..

Et oui, fallait pas tricher..

LéoetLisa tu m'envoies ton adresse postale et je te renvoie la liste de tous les membres du groupe

Au boulot, feignasse...

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (51) | Tags : cinéma, films, concours, préférence, bergman, 7ème sceau, star wars | |  Facebook | |  Imprimer | |

09/05/2009

Parfois la pub c'est drôle..

Oui, parfois, les créatifs arrivent à passer à travers le contrôle des gestionnaires et nous pondent des petits bijoux d'humour débridé..

C'est le cas pour cette série de publicités pour les week-ends à thème Star Wars au parc Disney Studios en Floride... Spécialement pour les fans..

4_2007.jpg
2_2007.jpg
1_2006.jpg
1_2007.jpg


Ma préférée ci-dessus (faut avoir vu les films de la 1ère trilogie pour comprendre le gag)..

 

3_2007.jpg
5_2007.jpg
trooper.jpg


Et rien à voir avec cette campagne, mais dans la série pubs déjantées, une spéciale dédicace à Zette...

publicite63.jpg


Ces photos ont été empruntées au site Divantity.com où vous pourrez voir pleins d'autres visuels drôles !!


PS : pour ceux et celles qui ont vraiment cru, suite à la note d'hier,  que j'allais faire du rafting en guépière.... MOUAHAHAHHAHAHA....

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (31) | Tags : star wars, disney, toblérone | |  Facebook | |  Imprimer | |

11/03/2009

Mot (de grand) Enfant

Lundi soir, nous regardons "Noblesse Oblige" sur Arte..

De temps à autres nous nous culturons le neurone en famille.

Cet excellent film de 1949, petit bijou d'humour noir anglais,  raconte l'histoire d'un descendant déchu de famille noble qui, pour récupérer le titre de duc dont il s'estime lésé, en supprime un à un les huit autres membres.

Un seul comédien tient les 8 rôles, dont un de femme : Alec Guiness.

Ce que j'explique à mon héritier number two, celui qui gratouillait à la guitare dans le chef d'oeuvre impérissable que nous avons commis hier.

Héritier number two qui me répond un truc du genre "mouifgroumpf ???"

Ce qui traduit en langage civilisé signifie "qui est-ce ?". Je me lance donc dans une explication documentée et certainement très ennuyeuse "Alec Guinness, comédien anglais, bla bli, bla bla, grand acteur, bla bli, Shakespeare, Le Pont de la Rivière Kwaî, Lawrence d'Arabie, bla bla..

Je ne récolte qu'un regard désabusé  et un autre "mouifgroumpf" - celui-ci voulant dire "ah bon ?". Visiblement, Shakespeare et le Pont de la Rivière Kwai passent en flottant au-dessus de la tête de mon fils sans s'arrêter...

Prise d'une inspiration soudaine, je lance "mais si, tu sais, Alec Guiness : Obi-Wan Kenobi dans Star Wars"..

Et je vois une lueur de vénération s'allumer dans l'oeil du rejeton qui se redresse d'un coup et dit - cette fois de façon intelligible - "OBI WAN KENOBI c'est lui ??"

Et voilà comment un immense acteur anglais qui a tenu les rôles les plus subtils dans des chefs-d'oeuves impérissables atteindra finalement l'immortalité pour avoir joué un vieux sage Jedi qui se ballade en robe avec un sabre laser dans un film de science-fiction fait par un ado attardé pour des ados attardés..

A quoi tient la postérité, je vous le demande..

 

Obi-Wan-Kenobi-oversized-postcard--C10229190.jpeg

NB : ceci dit j'adore Star Wars, la première trilogie, qui fait partie de mes films de chevet..

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : alec guiness, noblesse oblige, star wars | |  Facebook | |  Imprimer | |