Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2011

Une semaine sans .... connerie ?

A priori nous sommes au XXIème siècle.

A priori l'homo erectus moyen sait appuyer sur le bouton d'un lave-vaisselle programmé sur "lavage intensif".

Alors comment se fait-il qu'une chaine de télévision nous sorte  "une semaine sans les femmes" : un programme où de pauvres hommes en détresse abandonnés par leurs épouses indignes parties danser la gigue en porte-jarretelle doivent assurer la survie de la famille pendant une semaine.

OK.

Même, si dans notre beau pays, la réalité objective est que les femmes se tapent encore 80 % des tâches ménagères (malheureusement), le service public c'est normalement fait pour tirer les choses et la pensée vers le haut et ne pas nous offrir le spectacle de pauvres clampins débordés par un coup de balai et une couche à changer.

Est-ce vraiment, d'ailleurs,  un bon exemple à offrir aux jeunes mâles qui sont plutôt disposés à cuisiner un boeuf mironton et à repasser leurs chemises, d'après ce que je peux voir autour de moi, que de leur proposer une vision d'homme ridicule perdu dans sa virilité parce qu'il a un plumeau dans la main ?

Mes fils et leurs copains sont capables de passer l'aspirateur et de cuisiner des pâtes carbonara tout à fait mangeables sans se sentir dévalorisés ni perdus.

Evidemment, ce n'est pas ce qu'il préfèrent faire dans la vie. Mais à moins qu'on me démontre le contraire, celui ou celle qui me dit "j'adore faire les vitres le dimanche matin à 8 heures" je le mets immédiatement sous cloche comme rareté de la nature.

 

Des jeunes et des plus âgés d'ailleurs. Même s'ils ne représentent pas la majorité, j'ai vécu dans un milieu où j'ai toujours vu des hommes mettre la main au chiffon à poussière. J'en ai d'ailleurs épousé un que sa maman à fort bien élevé de façon à le rendre autonome de la gestion du foyer.  

 

Cette émission n'est donc ni une mise en valeur des femmes décrites comme uniques vestales de l'intérieur,  responsables de sa bonne marche et de son organisation.

Ni des hommes représentés comme des potiches ménagères, incapables de comprendre le programme "lavage rapide" et leurs parcours du combattant face aux corvées, au torchage des nains et à l'organisation de la journée en l'absence des pécheresses parties se mettre minables au mojitos ?

Drôle de modernisme, vraiment.

Avec une répartition des rôles archaïque et peu en phase avec l'évolution de la société. Qu'elle soit réelle ou souhaitable.

Même au deuxième degré, le concept est vieillot et ridicule.

A nous de zapper. Vite.

 

Une-semaine-sans-les-femmes-france-2-930x620_scalewidth_300.jpg

Mais bien sur, crétine....

 

06:00 Publié dans Séries, TV | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : une semaine sans les femmes, télévision, télé-réalité | |  Facebook | |  Imprimer | |

08/07/2008

Roulons-nous dans le stupre et la médiocrité...

Aujourd'hui, c'est Chris qui nous livre ses réflexions télévisuelles...

 

Au cas où cet été, il ferait un temps tout pourri façon été de l’année passée… pour se détendre et s’occuper sans trop se fouler les neurones, il y a – Dieu merci- les programmes de télé-réalité.

Et ceux de l’été… ça vaut son pesant d’or.

Commençons « soft » : Koh Lanta. Un décor de rêve, le dépaysement.. que nenni ! De pauvres naufragés volontaires qui peuvent plus se voir en peinture au bout de 3 jours, soumis à des « épreuves » digne de la Question de la grande époque de l’Inquisition, et qui se demande quand est-ce qu’il sera le plus judicieux de se partager les 10 grains de riz qu’il reste. Pendant ce temps savourez une bonne glace (ex : caramel au beurre salé de chez F Théron, vendu chez Picard) vautré sur le canapé.

Laissons le sport et passons au côté romantique des choses : l’amour est dans le pré. Ahhhhh !!!… le fumier, les vaches, les poussins morts la veille et tout ce beau monde qui cherche l’âme sœur… qui puisse aussi servir d’ouvrier(e) agricole. L’année dernière ils nous avaient même sortis de par derrière les fagots deux vieux garçons du Bordelais (des frères) avec une tête à faire peur.. dont l’un a abandonné en cours de route l’unique chance de sa vie de tremper le biscuit t l’autre a fait venir deux âmes charitables pour leur annoncer à table que finalement il avait rencontré quelqu’une une à la fête de la bouse de Triffouillac sur Garonne 15 jours plus tôt. Les boules.

L'amour dans le pré.jpg

 

Si vous êtes vraiment très fatigués intellectuellement, pas de panique : Secret Story revient !! avec Benjamin Castaldi sous amphet, ses énigmes et ses défis à la mords-moi-la et ses concurrents… comment dire… inimitables. S’ils n’existaient pas il faudrait les inventer. Que vont-ils nous trouver cette année. Pas facile de passer après une ex-flic-ex-gogo-danceuse qui cause comme un charretier mal embouché, des triplées qui se partagent le même cerveau, une fille qui veut être un garçon et qui porte plainte ensuite contre la prod parce qu’il estime avoir été lésé, et un couple de manipulateurs atteints de melonite aiguë.

 

Secret story.jpg

Et si après tout ça, il vous reste encore quelques neurones, une bonne ration de l’Ile de la tentation devrait les euthanasier. Ah !! la fête du string, des couples improbables et des grandes problématiques existentielles (m’aime-t-il vraiment ???? notre amour est-il solide ????? ben non grognasse !! si t’es là c’est qu’il y a un problème… où que t’as passé un casting…)

Ile de la tentation.jpg

 


 

Voilà… une fois qu’intellectuellement on a bien touché le fond, on est paré pour la rentrée !

 

08:00 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : télé, télé-réalité | |  Facebook | |  Imprimer | |