Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2010

Qu'on lui coupe la tête !!


Il y avait longtemps que je l'attendais .. La sortie d'Alice au Pays des Merveilles de Tim Burton, un des rares films actuellement qui me motive à bouger de mon canapé pour aller faire la queue au cinéma.


Par chance, grâce au club 300 d'Allociné, j'ai pu décrocher un précieux sésame (mon pressssieuuuuuux) : une invitation à l'avant-première.


Vous pensez bien que mardi j'étais au taquet.. Et mon fils aussi.. On était donc au double taquet aux alentours de 18.30 devant le cinéma MK2 Bibliothéque.


Pour les parisiens c'est le cinéma sous la Bibliothèque François Mitterrand.

Pour les provinciaux c'est le cinéma sous la Bibliothèque François Mitterrand.


Qui nous a donc accueilli pour une projection en 3D s'il vous plait de l'adaptation de l'oeuvre de Lewis Carroll, écrivain copieusement et délicieusement cinglé, par le cinéaste le plus frappadingue de sa génération


Après cette introduction inintéressante et mal écrite, plongeons dans le vif du sujet.


Le film n'est pas une adaptation fidèle du livre, mais une sorte de suite. L'action démarre 13 ans après la première aventure d'Alice. Elle est devenue une jeune fille, son père chéri est mort et elle est en route pour sa fête de fiançailles avec le fils d'un lord, future union dont la perspective est loin de la transporter de bonheur. De ses aventures passées, elle ne garde aucun souvenir à part des rêves récurrents qui lui font peur. Au moment où son fiancé demande  sa main, elle voit apparaître un personnage familier : le lapin blanc ! Abandonnant tout, elle va courir derrière lui et revenir au Pays des Merveilles. Elle y retrouvera les personnages de sa première aventure et notamment le chapelier fou, le lièvre de mars, tweedle dee et tweedle dum et le chat de Cheschire. Va-t-elle les aider dans leur lutte contre l'horrible reine rouge ?


Une seule conclusion : j'ai a-do-ré.. Qui mieux que Tim Burton pouvait retranscrire l'univers loufoque de Lewis Carroll ? Mélange d'images réelles, de synthèse et de réalité transformée, le film est un enchantement pour les yeux truffé de trouvailles et d'invention visuelles, tout en respectant l'esprit et les personnages du livre... Attention, ce n'est pas non plus le dessin animé de Disney. Beaucoup plus sombre, avec la "patte" Tim Burton, il se rapproche davantage par exemple des derniers Harry Potter et n'est pas à recommander à de jeunes enfants, surtout en 3 D.


J'ai donc du mal à comprendre les critiques qui s'élèvent, notamment sur le fait que le film serait surfait, que Burton fait du Burton et qu'il n'a plus rien tourné de valable depuis plusieurs années.


Je concède que le film a un petit, tout petit bémol : le scénario aurait pu être effectivement un poil plus musclé.  Mais Alice n'est-il pas avant tout un conte merveilleux sans queue ni tête ? Le scénario dans ce cas n'est pas primordial.


Pour ma part je l'ai trouvé poétique, inventif et magique. Et Il m'a en plus donné envie de relire le livre.

Je ne peux donc que vous le conseiller chaleureusement..



Les pias-pias autour de l'avant-première ??


  • Nous avons eu l'ENORME surprise de voir arriver Tim Burton en personne qui nous a fait un bref discours et a répondu a quelques questions du public. Nous étions tellement estomaqués que quand il est passé au ras de nos fauteuils nous n'avons même pas eu le réflexe de prendre une photo, dommage.. Je crois que ça restera un souvenir inoubliable pour mon fils.


  • Une jeune femme du public a eu la chance d'être tirée au sort et de gagner le dossier de presse collector en forme de livre de conte et dédicacé par Tim Burton lui-même. Je vais la retrouver, la liquider, découper son corps en morceaux, les enterrer dans le jardin de l'Elysée et mettre la main sur le precieux objet.

 

  • Et bien évidemment indispensable débrief d'après-film avec Eamimi et Manou. Que serait une soirée ciné réussie sans échanges de potins avec les keupines, je vous le demande..?


Et merci à Al Amine et AlloCiné pour cette délicieuse séance..

06:00 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (35) | Tags : alice au pays des merveilles, tim burton, film, avant-première | |  Facebook | |  Imprimer | |

02/03/2009

Batman - Le chevalier noir, pas tant que ça

Ou je m'essaye à la critique ciné dix ans après la sortie d'un film..

Et ou, contrairement à la terre entière, le film, je ne l'aime pas... Mais je dirais, comme d'habitude. Le jour où j'aimerais quelque chose à part moi-même, comme me disais une copine cet après-midi, il pleuvra des hommes...

It's raining men Alleluyah, It's raining men... Amen.. (The Weather Girls, sociologues en milieu urbain)

Après le préalable n'importe quoi, le préalable moins n'importe quoi : je précise que j'ADORE le personnage de Batman, qui a nourri mon imagination enfantine.

Oui, le chevalier noir, il est sex' et psychotique... Il se demande sans arrêt "POURQUOI" en hurlant seul dans l'obscurité moulé dans le latex... Bref, Batman, avec ses fêlures et son costume, il est chaud..

C'est pourquoi j'attends toujours les adaptations cinématographiques des exploits de l'homme chauve-souris avec curiosité..

Et le "Dark Night", je l'avais raté au ciné et comme il avait été encensé par la critique, j'attendais donc le DVD...

Et ben comment dire... C'est MAUVAIS. Oui, je n'hésite pas à le dire : c'est un MAUVAIS film.

Ok, je l'ai vu en VF (cause que le meuri supporte pas la VO) où Batman parle avec une voix d'aphone en train de sucer des pastilles Valda.. Et le chef de gang black avec celle du chef de tribu africain dans un vieux nanar raciste..

Ok, dans mes phantasmes Batmanien, je ne mettrais certainement pas Christian Bale dans le costume de l'homme chauve souris. Pourquoi ?

Pour tout..

Rien qu'un truc : Bale il a une tête de fouine avec un menton pointu. The Batman, il a un menton CARRE...

MAIS ceci est mineur, car comme disait quelqu'un dont je ne me souviens pas du nom, qu'est-ce qui fait un bon film ? 3 choses :

1. Un bon scénario

2. Un bon scénario

3. Un bon scénario

Dans le cas présent ...

1. Décousu et incompréhensible

2. Décousu et incompréhensible

3. Décousu et incompréhensible

A un point  tel que même de bons acteurs comme Gary Oldman et Morgan Freeman semblaient perdus dans la désolation du désert intellectuel..

Alors, vous me direz, la performance "légendaire" de Heath Ledger dans le rôle du Joker. Effectivement, jolie performance.

Le morceau de bravoure qui rachète - un peu - le film.. Certes... Mais, je crois que j'ai préféré la version du Joker de Jack Nicholson, dans les Batman version Tim Burton, plus proches du personnage original..

Question de génération sans doute.

 

HeathLedgerJackNicholsonJoker.jpg

Bon ok, vous me dites, si l'acteur qui joue Batman ne te convient pas, qui tu verrais alors...

 

Colin-Farrell-2.jpg

Colin Farrell, lui, je le verrais bien lui. Les fêlures, le côté sombre, le regard noir, ouais, c'est pas mal..

A la fois, on me demande pas mon avis pour le casting à Hollywood, non plus..

Sinon, je profite de la page cinéma pour en revanche, vous conseiller,

Joyeuses%20Funerailles.jpg

C'est au ras du bitume, mais complètement déjanté. Si vous aimez l'humour anglais, vous passerez un excellent moment... C'est du grand n'importe quoi à la Britannique, politiquement corrects s'abstenir... J'adore..

Et je vous signale aussi qu'à la demande générale de mes 2 fans, l'opération "je chante dans ma salle de bain" est lancée.. Et vous aurez probablement droit à un guitare + voix - featuring mon fils à la guitare électrique..

Ouais, chez les Manu's on ne recule devant rien.. Même pas le ridicule..