Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/08/2010

Serial Killer, mon ami


Vous êtes également et certainement fans d "esprits criminels"


090611085334619323844171-2042438a16.jpg


(comment ça vous ne faites pas TOUT comme moi ?)


Cette série où des profilers du FBI traquent des serial killers complètement brindezingués qui trucident du pékin au kilomètre et qui  entendent des voix dans leur tête qui crient "Charles-Albert tu as ENCORE oublié le sucre"...


Mais bien que dans la série joue le déééélicieux Shemar Moore, ce n'est pas uniquement à cause de lui que je me rince l'oeil le mercredi soir sur la chaîne qui vend de l'espace de cerveau libre aux annonceurs.


Le serial killer est, dirons-nous une de mes lubies obsessionnelles. Je suis fascinée par le cheminement mental de ce type de foldingos depuis longtemps..


Quoique, "foldingo" ne soit pas forcément le terme approprié.


Certes, une partie de ces gens vont trucider toutes les mamies à cheveux violets qu'ils croisent sur leur chemin parce que Jacques Dessanges leur a ordonné de le faire par message télépathique. Et dans ce cas, seul un placage au sol énergique suivi de l'administration à vie de médicaments pour éléphant sera la seule solution envisageable.


(quoiqu'on pourrait se poser la question : est-ce que trucider les mamies à cheveux violets n'est pas un acte de charité envers l'humanité ?)


Mais la majorité des tueurs en série ne sont pas fous, loin de là. Ils ont juste une façon d'appréhender les choses différente du reste de l'humanité. Ils considèrent que le monde est un terrain de chasse, qu'ils sont des prédateurs supérieurs et que nous sommes des gibiers dont ils peuvent disposer à loisir car les garde-fous qui nous maintiennent dans les frontières de la civilisation (morale, éthique, et autres) sont, pour eux, totalement abolis.


Ils sont même redoutablement intelligents, et difficiles à attraper.. Et se font souvent piéger soit par excès de vantardise (ils aiment parfois la publicité), soit par la faute d'un hasard malheureux qui met la police sur leur trace.


Qu'ils soient imaginaires comme les délicieux Hannibal Lecter, Dexter et autres siphonnés de la tronçonneuse, ou réels, je les trouve fascinants. J'adore dévorer des histoires dont ils sont les héros.. Ca me fait peur, mais ça me titille la surrénale aussi..

 

Plus ils sont tordus, plus je biche. Le seul problème c'est que dans la fiction, ils se font TOUJOURS arrêter par un policier malin et sa copine blonde sexy aux longues jambes musclées et nerveuses qui a forcément un lien avec le meurtrier (c'est généralement son oncle, son frêre, la cousine de sa belle-mêre ou la baby sitter psychopathe).


Alors que dans la vraie vie, pas toujours. A ma connaissance, on a pas encore arrêté Jack l'Eventreur.


J'attends donc l'histoire ultime où le méchant serait tellement affreusement affreux qu'on ne pourrait jamais l'attraper et qu'il regarderait l'humanité impuissante s'agiter sous son regard pervers et torve..


Mouuuuuh je me fais peur à moi-même, rien que d'y penser..


Ne me remerciez pas de vous avoir filé des cauchemards pour une semaine. C'est totalement désintéressé de ma part.. Si si..


Si comme moi vous êtes captivés par les monstres criminopathes j'ai découvert LE site qui vous dira tout sur eux, y compris leur signe astrologique et leur marque de cotons-tiges préférée : http://www.tueursenserie.org/


Et allons donc pogoter ensemble sur l'hymne international du club des amateurs de meutriers de masse..


06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (32) | Tags : esprits criminels, tueurs en série, talking heads | |  Facebook | |  Imprimer | |