Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2013

Les réacs

Tout le monde a plus ou moins déjà donné son avis sur le mariage pour tous.

Personnellement, je ne vois même pas pourquoi il y matière à débat. Que des gens aient envie de s'aimer, de se marier et de fonder une famille par des moyens x, y, ou z, et alors ?

C'est plutôt mieux que de se jeter des parpaings à la figure et plus constructif.

Quant à l'argument portant sur le fait qu'une famille c'est un homme et une femme pour l'éternité et au-delà, je crois qu'il est largement dépassé.

La réalité des familles décomposées, recomposées, monoparentales ou d'autres cas de figure est là pour le prouver.

En plus, franchement, pour le pays des des droits de l'homme et de la révolution, passer dans ce domaine après l'Argentine ou le Mexique, c'est franchement la honte.

Qu'on soit pour ou contre, je peux l'entendre.

Que pour les uns ce soit simplement une égalité des droits et pour d'autres un bouleversement sur leur notions de famille et de filiation, je peux comprendre.

Pour ce qui est de l'église catholique qui donne de la voix, je tiens à lui rappeler aimablement, mais fermement qu'on parle de mariage civil.

Qu'on est dans un pays laïc. Qu'elle n'a donc aucune légitimité à donner son avis sur ce type de dossier. Et que des prêtres qui ne sont ni mariés, ni pères de famille viennent donner leur avis sur le mariage et les enfants, non plus.

Pour le reste, les gens qui défilent contre le projet, bizarrement, ont un air de déjà vu.

Ne parlons pas la frange rigido-traditionnaliste de l'UMP qui fait de la récupération, de la ridicule Boutin cramponnée à son dogme et la grotesque Frigide Barjot.

Petit aparté sur cette dernière aussi crédible en croisée de la famille traditionnelle que l'archevèque de Paris en fan de death métal. Ex-égerie punk de droite qui fut amusante dans les années 80/90. Amusante mais pas innocente. En grattant un peu, il s'avère que l'amusante Frigide a des fréquentations très très extrêmes et pas drôles du tout. Elle a par exemple été mariée par un curé proche de mouvements on ne peut plus sectaires et intégristes. Et a, avec son mari, de nombreuses connexions au FN et dans les mouvements identitaires.

Disons qu'elle est comme les vieilles actrices qui, quand leur physique les lâche se réfugient dans la bigoterie. Et qu'elle a trouvé un moyen d'attirer la lumière sur sa personne avec cette petite campagne médiatique en sortant, comme par hasard, un livre sur le sujet quelques jours avant la manifestation pour tous.

Non, je parle de ces gens qui défilent plus ou moins encadrés par des associations diverses.

Moi qui ait un certain nombre de décennies au compteur je les ai déjà vu, à chaque avancée de la société, les mêmes, exactement les mêmes, qui ont manifesté contre l'avortement, les droits des femmes, pour le maintien de la peine de mort, contre le PACS, pour l'école confessionnelle, et j'en passe.

Les mêmes. Cette partie de la France toujours prête à se lever dès que les choses changent.

Que la société évolue. Qu'on va de l'avant. 

Les réacs. 

La France réac.

Ces gens recroquevillés, qui vivent repliés sur leurs certitudes, leurs acquis, leurs traditions.

Qui ne veulent rien. Jamais. A part que les choses restent exactement figées comme ils l'entendent.

Qui sous des prétextes plus ou moins réalistes brandissent toujours les mêmes arguments conservateurs et à la limite de la tolérance. Et aux relents souvent douteux voire franchement xenophobes, antisémites, homophobes. 

Qui brandissent la menace de l'apocalypse à chaque avancée sociale.

Si on les écoutait on en serait encore à construire des cathédrales pierre par pierre avec les mains et à décorer des enluminures à la lumière de la bougie.

Enfin, les hommes, parce que les femmes auraient juste le droit de cuisiner en élevant leurs douze enfants.

Je n'ai quasi plus envie de les écouter, d'ailleurs, pour avoir entendu ses mêmes arguments en boucle encore et encore pendant des années. Juste de leur dire qu'avec eux, ou sans eux, le monde avancera qu'il le veuillent ou non.

Ils sont juste une petite cordelette aux chevilles qui ralentit la marche en avant.

Leur combat d'arrière-garde est de toutes manières déjà dépassé par la réalité de la vie et de la société.

Qu'il ont d'ores et déjà perdu d'office, dépassés par leur propre conservatisme.

Tant pis s'ils ne veulent pas l'admettre.

 

230913_10152039018749625_1013115827_n.jpg

 

06:00 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : mariage pour tous, réactionnaires, manifestation, ump, boutin, barjot | |  Facebook | |  Imprimer | |

26/11/2012

La politique expliquée aux blondes - 14 - C'est qui le chef de le L'UMP ?

A aujourd'hui amie blonde je te sens plongée dans un abîme de perplexitude et d'anxiogénie.

On y comprend plus rien à l'UMP. C'est comme qui dirait un bordel monstre et on est presque au stade de suicides collectifs massifs tellement les gens sont désespérés.

Ou se marrent. En fonction des sensibilités ou de l'heure de la journée.

Non, je t'en prie, toi ne fais aucun geste désespéré, je vais tenter de t'expliquer de quoi il en retourne

Chronologiquement parlant, hein, pour ménager tes petits neurones surchargés.

Je ne voudrais pas être responsable d'une embolie cérébrale.

Mai 2012 

La France Forte flotte. L'ex petit président perd l'élection et prend des longues vacances au Maroc avec Carla. Du coup son parti n'a plus de chef. Enfin si. Y'en avait un. Qui s'y voyait déjà en haut de l'affiche. Jean-François. Un grand type dégarni qui danse en short avec des milliardaires Libanais un peu douteux. Et qui joue de l'harmonium pendant les fêtes de sa ville de Meaux. Un gars sérieux, quoi. 

Juin 2012 et un peu après

Jean-François dit qu'il veut rester chef de le L'UMP. Mais le problème c'est que les autres veulent être chef aussi. Parce que chef de le l'UMP ça veut dire que tu peux éventuellement être président dans 5 ans. Et Président c'est un peu chouette. Tu as des huissiers qui t'apportent des jus d'orange, un avion privé de président avec un four à pizzas et tu tapes la converse avec Obama. Mais donc, il faut d'abord être chef de le L'UMP.

C'est pour ça que François, l'ancien premier ministre du petit président, dit gros-sourcils, veut être chef aussi Après 5 ans passés à se faire taper dessus, il estime qu'il a le droit de taper sur les autres. En plus il aime moyen Jean-François alors ça l'ennuie de le voir devenir chef. Le L'UMP décide alors de faire dans la modernité des States et d'organiser des élections internes pour décider qui sera Le le chef de le parti. Je ne te refais pas la chronologie de qui déclare quand il veut être chef, ça va t'embrouiller.

Juin à novembre 2012 : 

Les candidats qui veulent être chef font campagne en tenant des discours dans toute la France. Des discours à base de "avec moi tout va mieux" et de "je suis le meilleur de l'univers" . Mais aussi de pains au chocolat volés par des méchants salafistes en burka qui veulent faire sauter nos boulangeries. C'est Jean-François qui veut absolument défendre le pain au chocolat made in France. François lui, il se contente de tomber de scooter, de froncer les sourcils, de prendre des anti-dépresseurs et de dire "je suis bon comme chef, si si". (ou à peu près). Les sondages donnent François gagnant. Le pain au chocolat ne semble pas faire recette.

DIMANCHE 18 NOVEMBRE

C'est le jour de le vote. Au fil de la journée, les premières remontées des bureaux de vote montrent que le pain au chocolat fait finalement de bons scores. Ala fin de la journée on comprend que le compte des voix risque d'être long parce que le score est serré comme le front de Marion Cotillard quand elle essaie de jouer une scène de mort très compliquée. Alors qu'on devait avoir le résultat à 21 heures, à 23 heures, on attend toujours. Alors Jean-François s'énerve et, comme Napoléon, se pose la couronne sur la tête tout seul. En disant qu'il a 1000 voix d'avances.

De rage, François jette ses anti-dépresseurs en les piétinants et annonce aux tévés que pas du tout, c'est lui qui a été élu avec 224 voix d'avance. 

Les noms d'oiseaux fusent entre les deux camps qui s'accusent mutuellement d'avoir triché. Pour les uns, c'est le camp adverse qui a mal organisé les élections exprès . Pour les autres, l'ennemi a bourré les urnes en faisant voter les absents, les morts, voire les chats.

Bref à 5 heures du matin, au grand désespoir des envoyés spéciaux qui font le pied de grue devant le siège de l'UMP et sont à la limite du nervous breakdown, on en est toujours au même stade.


LUNDI 19 NOVEMBRE

La France qui se lève tôt apprend avec stupre et putréfaction que le bordel de la soirée précédente n'est toujours pas terminé. Et que l'UMP a une commission électorale qui répond au doux nom de COCOE qui va recompter les votes.

D'où un nombre incalculable de blagues vaseuses dans les médias et sur les réseaux sociaux à base de noix de coco et autres fruits exotiques. 

Les deux camps se renvoient toujours "tu as triché" "non c'est toi le tricheur pas joli" "non c'est toi" à la figure, via les lieutenants des deux chefs.

Pendant ce temps la COCOE recompte. Et finit par annoncer le soir que c'est Jean-François, son orchestre et ses pains au chocolat qui ont gagné avec .... 98 voix d'avance.

A ce stade, il a certes gagné le droit d'être chef, mais la France entière rigole sous cape. Et sur cape aussi d'ailleurs. 

François boude dans son coin. Et reprend un anti-dépresseur.

MARDI 20 NOVEMBRE

Jean-François, les gens qui aiment les pains au chocolat et la France forte jubilent. Et commencent à se répartir les bureaux (tiens toi tu vas t'installer dans le bureau à gauche du couloir, celui qui est repeint en vert) pour régner sur le L'UMP et l'univers. 

Vu qu'il y a quand même des gens pro-François qui menacent quitter le parti, Jean-François fait l'effort de dire que François peut lui tenir sa traîne dans les cérémonies officielles pour faire genre je suis ton meilleur ami.

Et reviens Léon j'ai les mêmes à la maison.

Mais François boude toujours dans son coin. Et refuse. En machouillant ses anti-dépresseurs.

 

MERCREDI 21 NOVEMBRE

Retournage total de situation. Les copains de François ont tout recompté et clament que la COCOE a oublié 1000 votes. Dans des coins paumés dont tout le monde se contrecogne en temps ordinaire genre Wallis et Futuna.

La COCOE refuse de revenir sur sa décision. D'ailleurs ses membres sont tous morts d'épuisement. Ou alcooliques. Ou drogués à ce stade.

Le clan de François propose qu'Alain, figure historique de le L'UMP, autrement dit "le meilleur d'entre nous" essaye de trouver une solution pour réconcilier tout le monde. Sinon, certains d'entre eux menacent de partir en trépignant très fort avec leurs petits pieds. C'est "parlementaires au bord de la crise de nerf". 

La France aussi est au bord de la crise de nerfs. Tout le monde en a marre de ce bordel. Les licornes se suicident en masse et des Femen extrémistes menacent de pendre Nadine Morano par le brushing pour qu'on en finisse.

La tension est à son comble quand François  annonce sur le plateau du 20 heures de TF1 qu'il renonce à être chef, mais pas à se venger (faut ce qu'il faut) il envisage donc d'aller devant la justice parce que le monde est cro cro méchant. Sur le plateau de France 2, Jean-François sort les pec's, se frappe la poitrine et défie son rival de saisir la Commission Nationale des Recours de le l'UMP.

Ou CONAR. Si. je t'assure. Tu ne rêves pas.

Entre temps les gens se demandent si on peut vraiment faire confiance à un partir qui nomme ses commissions COCOE et CONAR.

 

JEUDI 22 NOVEMBRE

 

La guerre des tranchées continue. "C'est lui", "c'est moi" "non c'est lui" "non c'est toi" qui a triché . Et ça contine encore et encore.

Résultats et contre résultats s'envolent de chaque côté.

Alain qui a accepté de tenter de régler ce souk, en a marre et tape du poing sur la table "ON FAIT COMME JE DIS OU CA VA CHIER ET VOUS AVEZ JUSQU'A 20 HEURES".

Pendant ce temps la COCOE admet qu'elle s'est plantée. Mais ne veut rien savoir, son président affirmant "c'est comme ça épicétout". Formidable argument politique. 

La presse craque. Olivier Mazerolle pète un câble en direct sur BFM et avale tous les anti-dépresseurs à sa portée, dont certainement ceux de François. Les réseaux sociaux sont hilares. Les centristes ouvrent des bouteilles de Veuve Clicquot et font des champagnes showers. Marine Le Pen danse la gigue en sabots suédois. Ils vont récupérer watmilles adhérents.

Tonton Alain garde néanmoins le cap et dit qu'il espère résoudre la situation. En râlant. Et propose de faire une commission pour dénouer le problème.

Le nom de la commission ? On ose même plus y penser. 

 

VENDREDI 23 NOVEMBRE

Tonton Alain s'énerve à nouveau. Il en a marre qu'on le prenne pour une buse.

Avant que sa commission ne se mette au travail lundi, il demande une réunion de calumet de la paix avec les deux rivaux dimanche soir. Jean-François veut, puis veut plus, puis reveut, puis ne reveut plus.

Bref, comme les jours précédents, on ne sait plus trop. Ca énerve visiblement Jean-François qu'Alain prenne des décisions. Après tout c'est lui le chef, dit-il. Tout l'énerve cet homme en fait, même les pains au chocolat.


SAMEDI 24 NOVEMBRE

C'est calme. Jean-François fait du shopping. François du vélo. Leurs copains s'engueulent copieusement. Un samedi normal, je te dis.


DIMANCHE 25 NOVEMBRE

Retour vers le futur. Ou au point de départ. 

Alors que la CONAR a commencé ses travaux dont tout le monde se contretamponne totalement, les membres de cette commission proches de François claquent la porte. Parce que les proches de Jean-François sont cro cro méchants et trichent.

Les autres ont continué jusqu'à 19h. Pourquoi ? On ne sait plus trop.

La réunion de calumet de la paix convoquée par Alain entre les deux ennemis capote. Alain claque la porte en gueulant  "ALLEZ TOUS VOUS FAIRE ENC...." (enfin je suppose).

Jean-François déclare "c'est moi le chef épicétout" .

François déclare "SI C'EST COMME CA JE FAIS UN PROCES".

Et on repart pour un tour.

Et pendant ce temps là Nicolas ricane dans ses talonnettes.

Et attend qu'on le rappelle.

 

C'est tout pour le moment.

A suivre.

 

2345657_ump3.jpg


 

(j'ai achevé ce billet hier soir en début de soirée, s'il y a des développements postérieurs, évidemment ils ne sont pas intégrés)

 Inspiré des chronologies du Monde et de l'Express.

 

MISE A JOUR DU LUNDI 26 NOVEMBRE

Dans la nuit de dimanche à lundi François a fini par s'endormir, ses lieutenants lui ayant remplacé ses anti-dépresseurs par des somnifères. Jean-François lui ne dort pas. Il se bourre de pains aux chocolat pour tenir. Du coup il appelle son ancien chef, Nicolas les talonnettes, de retour d'Asie. On ne sait pas trop ce qu'il se sont dit mais Jean-François est encore plus remonté que d'habitude et court sur tous les plateaux télé pour crier "C'EST MOI LE CHEF".

François lui déjeune avec Nicolas qui applique à ce stade le vieil adage "ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier". Un pied dans chaque camp, juste au cas où.

Alain est tellement à cran qu'il poste des vidéos comiques sur les réseaux sociaux, puis les retire, contre tout bon sens et tenue qui sied à son rang.

Les supporters de François veulent revoter et lancent une pétition. Ils proclament que plein de gens veulent faire comme eux.

En milieu d'après-midi la désormais célèbre CONAR décrète que c'est Jean-François qui est le chef. Et que comme Jésus il a mystérieusement multiplié les pains. Ou plutôt les voix. Il en a dix fois plus d'avance qu'avant.

Jean-François kiffe la vaïbe et prononce son 3ème discours de "j'ai gagné" en une semaine.

François appelle son avocat en grommelant "ta mère suce des b... en enfer, motherfucker" (François a trop regardé l'Exorciste) (d'où les sourcils). 

Aux dernières nouvelles Nicolas les talonnettes, de retour d'Asie, après dit à tout le monde qu'il soutenait tout le monde histoire de mettre le souk  a décidé de continuer à dynamiter son ex-parti. En déclarant qu'il pense qu'il vaut mieux voter à nouveau. 

A ce stade Nadine qui soutenait Jean-François mais kiffe Nicolas est hystérique façon Castafiore sous amphétamines. Olivier Mazerolle se fait hara-kiri sur le plateau de BFM. Alain  sort tout nu dans les rues de Bordeaux en courant. Jean-François se roule par terre en hurlant. François commence l'héroïne

Et nous on sent bien qu'on est pas encore couchés. Ni sortis des ronces.

06:00 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : crise, ump, fillon, copé, juppé, sarkozy | |  Facebook | |  Imprimer | |

30/03/2011

Variations sur l'UMP

 

On dirait que nos amis de l'UMP connaissent quelques difficultés actuellement.

Les pauvres, c'est triste, non ???

....

Mouahahahhahahahahah

Tiens pour les aider un peu à se distraire en leur faisant oublier leurs petits soucis (ou leur petits sourcils en ce qui concerne Fillon) pourquoi ne pas réinterpréter leur sigle de façon... amusante

Qui à dit "sarcastique" ?

Mais non pas du tout, on rit, mais on ne se moque pas de gens en difficulté, c'est ma devise..

Réinterprétation, donc,

UMP =

 

Un Mauvais Pli

Une Maxi Pelle

Un Mini Président

Utiles Mais Pourquoi ?

Ulcérés Mais Paumés

Une Méga Plantade

Un Mytho de Plus

Un Mauvais Pressentiment

Unis Mais Pas trop

Une Monumentale Piquette

Usés Mais Pathétiques

Une Mandale Partagée

Une Monstrueuse Prise de tête

Ultra Mauvais Plan

Utiles Pour la Médiocrité

Un Ménage à Prévoir

Une Manche Partout ?

Uber Mal Partis

Une Mauvaise Punition

Un Machin Plombé


 

(je brulerai en enfer pour ça)

(mais ça m'est égal)

(c'est trop bon)

 

images?q=tbn:ANd9GcQge3cxdV7mlK20juSRV17aipobY88CSQ4QQaCdI-DaV2IV_tTX

 

images?q=tbn:ANd9GcQCGAe0HWSXyGWEC3LrMPwcJj2GiIqe1rnTuTjgL64AmO7Fcvee

images?q=tbn:ANd9GcSMbWUK4N-AQhL3RhXYd-hOZBLtCl88bGqsE_mYx70OHKKjR_VQ8Q

 

images?q=tbn:ANd9GcRRTdltLcYUUOzPDNEmTQkn743tAIM4x9c5kJBHUjyEOC6Ltw4Bvg

 

 

images?q=tbn:ANd9GcRxXY4qgGLc_wiwjU92NuJ5KOkEO-C6K5IMcUcmPxo_f5vjMKNk

 

 

 

06:00 Publié dans Actualités, Humour | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : ump, humour, détournement | |  Facebook | |  Imprimer | |

26/05/2010

L'interview Star - Alain Lambert Sénateur UMP


Le CSA m'obligeant à rétablir la parité, après l'interview de Benoit Hamon la semaine dernière, je devais donner la parole à un membre de l'UMP.


Franchement, il y a encore quelques jours, je n'aurais jamais imaginé  autoriser à parler ici un droitiste umpesque. Mais la rencontre virtuelle d'Alain Lambert a réussi à me persuader qu'il y avait AUSSI des gens sympathiques et intelligents à droite. Et qu'un Sénateur n'est pas uniquement quelqu'un d'ennuyeux.. Prenez le temps de tout lire, c'est loin d'être barbant et vous apprendrez plein de choses.


Je vous rappelle néanmoins qu'être de gauche améliore la vie amoureuse, rend beau, intelligent et attractif amicalement et socialement.


1. Alain Lambert, vous êtes une star intergalactique. Pour les quelques moines trappistes, anachorètes Kazakhs et déficients mentaux qui ne vous connaitraient pas, pourriez-vous vous présenter..


Je me sens plutôt moine que star ! Un brin studieux et réputé (à tort ?) austère. Plus intéressé par le fond que par la forme, par le résultat que par l’apparence. J’ai connu 4 séquences principales dans ma vie : -Une enfance très heureuse dans une famille bien modeste (mon père était cordonnier) dans un petit village de Mayenne. – Une vie familiale épanouie, marié depuis bientôt 40 ans, 4 enfants et 7 petits enfants. - Une vie professionnelle inespérée, j’ai épousé la belle fonction de notaire à Alençon (Orne) et j’ai eu la chance de siéger jusqu’à la présidence des notaires de France. – Une vie politique exaltante : de simple conseiller municipal en 1983, je suis devenu ministre en 2002, en passant par le rapport général et la présidence de la Commission des Finances au Sénat où nous avons, avec Didier Migaud, inventé la LOLF, notre nouvelle constitution financière de la France.



2. Très bien. Mais pour atteindre votre degré réussite, évidemment il faut coucher. Avec qui ? Soyez factuel  : noms, adresses, numéros de téléphones. Ca peut servir.


Si l’on m’avait suggéré ce mode d’emploi, j’aurais probablement « sauté » sur l’occasion, mais mon charme n’opérait principalement que sur les vielles dames ce qui m’a, sans mérite, classé dans le camp de la vertu. S’agissant du siècle dernier vous comprendrez que les infos ne sont plus dans les annuaires mais dans les cimetières. Puis reconnaissez qu’il est difficile de séduire avec mon vocabulaire quotidien : déficit, dette, rigueur etc. Je consacre donc ma vie de moine à proposer, comme Sénateur, des voies de redressement de nos finances publiques. Cela n’intéresse visiblement personne. Alors je me ressource souvent à l’étranger pour parler des finances des autres puisque les nôtres nous sont indifférentes. Puis j’ai une assez bonne expérience des fonctions locales puisque j’ai siégé à tous les niveaux territoriaux, ce qui me vaut de m’occuper au Sénat des collectivités locales. Un Sénat qui, au passage, se féminise, ce qui n’a aucun rapport avec le relèvement du taux de fécondité en France. Je vous le confirme.



3. Une dernière question où je fais semblant de m'intéresser à votre cas : des gens, des rencontres qui vous ont particulièrement marqué ? (à part moi bien sur)


La seule rencontre qui restera inoubliable sera évidemment celle-ci avec VOUS ! Pourtant en 40 ans de vie active, je crois avoir rencontré tout le gotha dont la presse parle. Les gens dont on se souvient ne sont pas obligatoirement les plus connus. Parler finances en tête à tête avec des Présidents de la République laisse moins de souvenirs que recueillir, comme notaire, les confidences d’une personne qui va mourir. A Bercy, je voyais les artistes, sportifs et autres qui avaient des problèmes avec le fisc. A Alençon, des rmistes qui cherchaient du boulot. Chaque histoire est unique. Mais le plus beau souvenir restera d’avoir « mis au monde » une nouvelle constitution financière avec mon ami Didier Migaud alors député socialiste, en pleine cohabitation.


4. Venons-en maintenant au cœur du sujet : flattez-moi.



Nous pourrions faire tellement de choses ensemble : vous êtes gauchère, je suis droitier. Vous êtes bloggeuse, je suis blogueur. Vous êtes twitteuse, je suis twitteur. Nous avons le même âge. (Pardon, je vous promets, je ne le ferai plus !) Belle complémentarité. Puis la politique, c’est comme la technologie, on n’arrête pas le progrès. Il faut mixer les idées. Réapprendre à s’écouter, se parler. Cesser la guerre civile des idées. Ouvrir les barrières mentales et les aprioris. Percer des horizons nouveaux inexplorés. Briser des tabous. Construire des citadelles d’ondes positives. Allez, venez, sans vous le monde ne progressera pas. Je vous accompagne.



5. Enfin, pour finir, une interview avec la Grande Manu... C'est le plus beau jour de votre vie, j'imagine. Une consécration en quelque sorte. Alors, heureux ?

On recommence quand ?

 

 

J'avais songé à illustrer cette note par un visuel, mais mettre le logo de l'UMP, non vraiment c'est au-dessus de mes forces.

06:00 | Lien permanent | Commentaires (40) | Tags : interview, alain lambert, sénateur, ump | |  Facebook | |  Imprimer | |