Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2011

Une semaine sans .... connerie ?

A priori nous sommes au XXIème siècle.

A priori l'homo erectus moyen sait appuyer sur le bouton d'un lave-vaisselle programmé sur "lavage intensif".

Alors comment se fait-il qu'une chaine de télévision nous sorte  "une semaine sans les femmes" : un programme où de pauvres hommes en détresse abandonnés par leurs épouses indignes parties danser la gigue en porte-jarretelle doivent assurer la survie de la famille pendant une semaine.

OK.

Même, si dans notre beau pays, la réalité objective est que les femmes se tapent encore 80 % des tâches ménagères (malheureusement), le service public c'est normalement fait pour tirer les choses et la pensée vers le haut et ne pas nous offrir le spectacle de pauvres clampins débordés par un coup de balai et une couche à changer.

Est-ce vraiment, d'ailleurs,  un bon exemple à offrir aux jeunes mâles qui sont plutôt disposés à cuisiner un boeuf mironton et à repasser leurs chemises, d'après ce que je peux voir autour de moi, que de leur proposer une vision d'homme ridicule perdu dans sa virilité parce qu'il a un plumeau dans la main ?

Mes fils et leurs copains sont capables de passer l'aspirateur et de cuisiner des pâtes carbonara tout à fait mangeables sans se sentir dévalorisés ni perdus.

Evidemment, ce n'est pas ce qu'il préfèrent faire dans la vie. Mais à moins qu'on me démontre le contraire, celui ou celle qui me dit "j'adore faire les vitres le dimanche matin à 8 heures" je le mets immédiatement sous cloche comme rareté de la nature.

 

Des jeunes et des plus âgés d'ailleurs. Même s'ils ne représentent pas la majorité, j'ai vécu dans un milieu où j'ai toujours vu des hommes mettre la main au chiffon à poussière. J'en ai d'ailleurs épousé un que sa maman à fort bien élevé de façon à le rendre autonome de la gestion du foyer.  

 

Cette émission n'est donc ni une mise en valeur des femmes décrites comme uniques vestales de l'intérieur,  responsables de sa bonne marche et de son organisation.

Ni des hommes représentés comme des potiches ménagères, incapables de comprendre le programme "lavage rapide" et leurs parcours du combattant face aux corvées, au torchage des nains et à l'organisation de la journée en l'absence des pécheresses parties se mettre minables au mojitos ?

Drôle de modernisme, vraiment.

Avec une répartition des rôles archaïque et peu en phase avec l'évolution de la société. Qu'elle soit réelle ou souhaitable.

Même au deuxième degré, le concept est vieillot et ridicule.

A nous de zapper. Vite.

 

Une-semaine-sans-les-femmes-france-2-930x620_scalewidth_300.jpg

Mais bien sur, crétine....

 

06:00 Publié dans Séries, TV | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : une semaine sans les femmes, télévision, télé-réalité | |  Facebook | |  Imprimer | |