Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2013

Marseille, plus belle la vue...

Nous avons tous parfois des idées preconçues et/ou arrêtées.

Surtout moi, je suis championne du monde pour rester sur une première impression sur quelque chose ou quelqu'un et ne jamais vouloir revenir en arrière.

A tort.

J'avais gardé de Marseille une idée bien précise qui faisait que j'y passais le plus vite possible chaque fois que j'y étais obligée : celui d'une ville grise, sale, encombrée et, en gros, pas très intéressante à visiter.

Ce traumatisme initial remonte à un débarquement au petit matin d'un bateau en provenance de Corse. J'avais tenu à voir le vieux port, des images Pagnoliennes de petites maisons blanches et de terrasses de café bleues.

Je n'ai trouvé qu'un port bétonné, désert, pas très propre et un patron de café mal-aimable qui n'avait rien du tout d'un César jovial.

Ce premier contact m'a coupé pour de longues années toute envie d'y retourner et surtout d'y séjourner tant ma déception avait été grande.

Mais une invitation de la délicieuse Alexandra Apikian a complètement changé ma vision de la ville. 

Alexandra est déjà un guide hors pair, une vraie Marseillaise qui sait te montrer les plus jolis coins de la cité phocéenne.

Ensuite, Marseille se refait petit à petit une beauté. Le vieux port est refait, et est devenu un vrai endroit de promenade où restaurants et cafés t'accueillent avec vue sur les bateaux et la mer !

9ef3e0fe019311e399e522000a9e28c4_7.jpg

Plus belle la vue !!

09a2a44a02a111e393af22000a9e05e8_7.jpg

f0f96684028411e3852722000a1fbd42_7.jpg

 

Derrière le Vieux Port, le quartier du Panier, autrefois mal famé, se refait une beauté et devient le nouveau quartier en vogue de la ville. A visiter pour ses petites places, ses ruelles, ses maisons aux couleurs pastels et ses navettes, LE biscuit de Marseille, que je vous recommande d'aller absolument goûter chez José Orsoni , fabrication maison garantie et saveur de fleur d'oranger à se damner.

Petite information pour les fans, le quartier où est censé se situer la série "Plus Belle la Vie" n'existe... qu'en studio. En revanche, il a bel et bien été inspiré par le quartier du Panier.

65b13890027a11e38a5622000a1fbe35_7.jpg

Et ne rate surtout pas la traversée du vieux port avec le célébrissime ferry boatte (avé l'accent). C'est gratuit et rien que pour le kif, tu dois le faire !!

A ne pas rater non plus, la surprise de petits ports secrets, où tu quittes subitement le paysage urbain pour te retrouver sur une ile Grecque. Dépaysement garanti à 10 minutes du centre ville.

2a139ea4011211e3bf3522000a1f8ac6_7.jpg

aea3825c011111e39cbd22000a1fafdb_7.jpg

Enfin s'il fallait une raison et une seule pour aller à Marseille, le MUCEM, musée de la culture méditerranéenne est à voir absolument. Délicate dentelle noire posée sur le bleu de la mer, le musée offre des panoramas et des vues magnifiques et même si tu ne vas pas voir les expositions, le bâtiment vaut largement le détour, voire le voyage. Je suis absolument enthousiaste après l'avoir visité.

e80e964c028511e38c8322000a9e08d3_7 (1).jpg

1053b652028911e3a8bf22000ae81e36_7.jpg

77961d94028611e3bacd22000a9e08df_7.jpg

Question détente, alors que je m'attendais à deux plages coincées dans le bitume et surbondées, j'ai découvert un bord de mer ultra-étendu avec tout un choix de plages publiques et privées si tu aimes ta tranquillité. La mer à ta portée en quelques minutes du centre pour le prix d'un ticket de bus... 

a42117e801e011e3910822000aeb0d9b_7.jpg

ab635b4201a911e3a42922000a9e51c4_7.jpg

1a47fb9001a911e3a7f322000a1f9a55_7.jpg

Terrasses accueillantes et grande roue en prime !

On ne va pas se mentir, la bémol c'est que la proximité de la ville fait que parfois les plages ne sont pas d'une propreté limpide. Faire attention où on pose sa serviette, surtout les jours de grand vent est une nécessité. Cette petite précaution mise à part, le bord de mer est très agréable et parfois même moins bétonné que dans certaine grandes villes balnéaires de la Côte d'Azur.

Et si tu as le courage de pousser un peu plus loin, et de marcher un peu, les calanques de Cassis sont un petit paradis sur terre que tu dois voir une fois dans ta vie...

Côté restauration, va absolument manger le soir au restaurant Les Tamaris, dans la calanque de Samena. La terrasse est posée sur le rocher. Poisson excellent et surtout coucher de soleil de folie qui n'en finit pas. Un petit tuyau : pense bien à réserver une table à la pointe de la terrasse. Un régal pour les papilles et pour la vue... !

db00e0ce01f711e3b03722000a1fc75a_7.jpg

Pour prendre un verre, terrasse de folie à l'hôtel Intercontinental, ancien Hôtel-Dieu transformé en 5 étoiles. La vue sur Marseille et la Bonne Mère est absolument magnifique et la terrasse renversante. En revanche petit bémol, les cocktails sont très moyens pour le prix et surtout, le service n'est absolument pas digne d'un établissement de ce standing. Mais à voir néanmoins en étant prévenu(e).

En parlant de la Bonne Mère si tu as envie de la voir et la flemme de faire l'ascension, un petit train touristique bleu et blanc t'y amènera gentiment sans effort. C'est très cliché, mais bien pratique.

N'oublie pas de pousser jusqu'au quartier de l'Estaque pour déguster 2 spécialités Marseillaises : les panisses, beignets salés à la farine de pois chiche, et les chichis (équivalents des churros espagnols) sucrés. C'est là qu'ils sont les meilleurs.

En 2 jours, je ne prétends pas avoir fait le tour de la ville, mais j'en ai vu suffisamment pour 1/ changer d'avis et 2/ considérer que oui, après tout, Marseille peut largement prétendre au titre de destination pour un séjour balnéaire.

En tous cas j'ai été suffisamment séduite par l'accueil sur place et les endroits découverts pour vraiment considérer d'y retourner même plus longtemps qu'un week-end.

Et si tu veux tout savoir sur Marseille le guide d'Alexandra, Marseille l'essentiel, aux éditions Nomades, te dira, tout tout tout sur les endroits à voir absolument.

253.jpg

Pour terminer, je pense que Marseille devrais changer sa devise. Au lieu de "Actibus immensis urbs fulget Massiliensis" (la ville de Marseille brille par ses actes prodigieux), après quelques discussions avec les locaux, je propose celle-ci "boh c'est pas trop permis... Mais on est à Marseille".

Tellement vrai.

30/08/2010

Celle qui avait un brushing en silicone

 

J'ai passé le week-end dernier hors du périphérique.



Si, si trois ans de thérapie comportementale, une bonne boite de lexomil et un stock sacs en plastique pour respirer dedans en cas de crise de spasmophilie et maintenant j'arrive à sortir de la capitale.


Cette escapade bucolico-festive avait pour but la célébritude d'un quinquennat conjugué d'un couple de vieux (très vieux donc) amis.


Dans le nauuuuuuurd. Là ou que les gens parlent bizarre, mangent des frites tout le temps et où  la temperature maximale atteint 22 en période de canicule.

 

Je ne reviendrais pas sur les barbecues, soirées 70's WITH el bimbo et brasilia tropical en bande sonore et buffet campagnard qui ont ponctué les réjouissances. Pour les supporter, j'avais pris de la drogue ça m'a aidé à tenir.


J'en ai déjà parlé sur twitter, zavez qu'à me suivre. Ca vous fera les pieds


Tiens à propos de pieds, le maroil qu'on nous a refourgué au menu, ça schlingue c'est une infection : on dirait un bataillon de trouffions qui enlève ses rangers au bout d'un mois de manoeuvres intensives.

 

Ce qui m'a tenu l'esprit et empêcher de sombrer pendant ce week-end c'est le mystère insondable de la coiffure d'une des invités.


Car, cette femme à la quarantaine pimpante arborait une coiffure aussi indestructible que le slip de superman. La précision étant utile en ce domaine je dirais que c'était un platine cendré de bon aloi. Avec des effets de bouclettes digne des plus belles heures des 80's.


Arrivée le samedi matin avec le vrai brushing vintage de Sue Ellen, elle est repartie le dimanche après-midi avec les mêmes bouclettes, au même endroit, sans un faux pli.


Comment a-t-elle fait ? Personnellement après une journée en plein air, une soirée de fiesta et une nuit de cuvage, je ressemble à quelque chose situé entre un paillasson et une perruque de Lady Gaga qui aurait pris feu.


J'ai hésité entre plusieurs hypothèses : le trempage dans un seau de béton, le détournement d'un camion de livraison de laque Elnett (parce qu'elle le vaut bien), la réquisition pour le week-end de jean-Guy coiffeur pour dames à Bouzy-les-Foins planqué dans une des chambres et le fait qu'elle arrive à dormir en position horizontale, sur une jambe, comme les chevaux ou les autruches, je ne sais plus.


J'ai finalement trouvé la solution.


Cette femme n'était pas humaine.


Les extraterrestres sont parmi nous et ils ont commencé à s'emparer de nos corps.

Si vous aussi vous croisez des femmes au brushing immobile, fuyez et contactez-moi.

En nous fédérant, nous arriverons peut-être à organiser la résistance...

 

NB : non je n'ai pas de photo du brushing, je n'ai pas réussi à m'approcher suffisamment mais ça ressemblait à peu près à ..

Sue_ellen.jpg

en platine cendré donc..

 

Sinon, je vous colle "el Bimbo", vous mesurerez ma souffrance et vous l'aurez vous aussi dans le crane pendant 2 mois.

 


Bimbo jet - El bimbo
envoyé par le-pere-de-colombe. - Regardez d'autres vidéos de musique.

 

et aujourd'hui j'ai aussi l'honneur d'être à la une de "Oh les blogs" grâce à Libelul !!

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (24) | Tags : week-end, fête, brushing, nord | |  Facebook | |  Imprimer | |

09/06/2010

En passant par la Lorraine, avec mes sabooooots


C'est vrai, je le reconnais, j'ai souvent tendance à chougner sur mes malheurs..


Mais, je sais aussi avouer quand j'ai de la chance.

En effet, j'ai pu bénéficier d'un petit week-end fort convivial dans le tout nouveau Center Parcs en Moselle-Lorraine, près de Sarrebourg.


Au début l'idée de passer un week-end au vert dans un endroit où on se déplace en vélo m'a paru aussi incongru que... de faire chanter du Luis Mariano par les Sex Pistols, par exemple (ou l'inverse).

Car en plus d'être une fleur de bitume et de ne prospérer qu'au milieu de l'oxyde de carbone, je suis une handicapée de la vie qui ne sait pas faire de vélo.

Mes quelques tentatives précédentes m'ayant directement conduite soit dans le fossé soit la tête dans une flaque de boue, j'ai renoncé.

Il parait que c'est une question d'oreille interne et d'équilibre. Moi je pense que c'est une conspiration mondiale et secrète pour me ridiculiser...


Mais en arrivant au domaine des trois forêts j'ai rapidement révisé mon point de vue.

Nous avons eu déjà la chance de bénéficier d'un superbe week-end d'été début juin.

Ensuite, l'endroit est beau. Au milieu d'une très belle forêt, enveloppante mais pas étouffante, parcourue par un cours d'eau, vous avez rapidement une impression de calme et de sérénité.

Center 1.jpg

Les cottages sont vraiment hyper-confortables. En bois clair, tout équipés avec cheminée, terrasse, kitchenette et télé (pour les accros) et même pour nous les geeks fous : wi-fi ! Sans oublier la baignoire à remous.. Dans laquelle j'ai enfin pu barboter dans un bain... à remous (mon mari refusant obstinément de m'en installer un à la maison)

FR_cott_12pax_TF_1M.jpg

Les déplacements ? Faciles : vélos pour tout le monde avec tricycles pour les plus jeunes et   chariots pousse-pousse pour les petits. Et pour les neuneus comme moi, des voitures électriques ou un petit train qui passe régulièrement.


Et même si je ne suis plus trop dans la cible, je dois bien admettre que c'est le paradis pour les familles avec enfants de tous âges, voire jeunes ados. Bien sur il y a la fameuse bulle aquatique, comme dans les autres Center Parcs, ses bassins, sa piscine à vagues, ses toboggans, ses rivières calmes ou plus sportives, et ses plantes luxuriantes. Mais aussi plein d'activités nautiques ou terrestres pour occuper tout le monde. Sans oublier des restaurants, un bowling et un spa pour les amateurs de beauté et de relaxation.

La bulle de l'extérieur

Center 6.JPG

L'intérieur du bâtiment central - les tropiques en toutes saisons
center 8.JPG

Center 12.JPG

La bulle aquatique de l'intérieur

Center 13.JPG

center 14.JPG
Center 15.JPG
Des jeux pour les plus jeunes
Center 17.JPG
Center 18.JPG
La rivière extérieure (un peu kitsch mais rigolo)
Center 19.JPG


Le meuri a testé le paintball et un parcours en Segway. Moi j'ai testé... Les doigts de pieds en éventail sur la terrasse... Mouahahahhahah.. Mais c'est bien aussi.

Center2.JPG


Vous voyez, tout le monde y trouve son compte. Et même les grandes familles ou les amis qui veulent partir en groupe : il y a des cottages pour 4, 6, 8 et même 10 ou 12 personnes.


Personnellement, alors que je n'avais jamais tenté l'expérience auparavant, j'ai été assez séduite et il est possible que j'y retourne un jour ou l'autre.


Je voudrais quand même juste terminer par un bémol.  Tout n'est pas idyllique comme dans la publicité : la biche n'est pas sortie du bois pour courir avec moi et venir me lécher les pieds sur la terrasse. Je proteste énergiquement.. J'exige la biche.


Le Domaine des 3 forêts est à 2.20 h de Paris par le TGV + 20 minutes de la gare de Sarrebourg.

Tous les renseignements sur le site de Center Parcs.



Et un grand merci à Chloé de l'agence Elan et Valerie et son équipe Center Parcs pour leur gentillesse, leur superbe accueil et ce très joli week-end..


06:00 Publié dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags : center parcs, moselle, week-end | |  Facebook | |  Imprimer | |

10/05/2010

Lost in la Pampa


Pour les autistes, les aveugles et les gens qui ne me suivent pas sur twitter (Kewaaaa ? Il y a des gens qui ne me suivent pas sur twitter ?) je rappelle que le week-end dernier j'ai été contrainte à un exil forcé chez mon beau-père à Rouen.


Après avoir trouvé divers prétextes pour retarder cette visite, l'achat précipité d'un Mac la semaine dernière m'a conduite à finalement accepter de façon stratégique ce séjour de piété belle-filiale, afin d'amortir la réaction de mon meuri au prix exhorbitant du bouzin d'Apple.


Que je ne lui ai pas encore communiqué, le prix exhorbitant.


Je vais d'ailleurs éviter de le faire, n'ayant aucune envie de gérer alternativement un divorce ou un triple pontage coronarien et sa convalescence.

C'est donc la mort dans l'âme que j'ai quitté vendredi soir mon doux logis, mon mac et Cannelle pour aller affronter la province.


Je ne reviendrais pas ici sur les souffrances endurées, largement évoquées sur twitter au risque d'un défollowage massif. Souffrances en forme de souvenirs en boucle de (en alternance) la guerre de 40/45, les traitements médicaux, les histoires de marins et de pêche, et la généalogie. Je ne reviendrais pas non plus sur les douleurs à l'estomac que me provoquent la vue d'un jardin tout vert ou un feu de cheminée. Ni sur la surcharge pondérale et cholestérolémique causée par une accumulation de côtes de boeuf, magrets de canard, et autres pommes sautées. Non parfois les mots sont inutiles.

Je me contenterais donc de vous montrer dans quoi je suis obligée de vivre 2 jours durant


Enfin je voulais me contenter de vous montrer dans quoi j'ai été obligée de vivre que vous allez voir dans ... avec un torticolis..

Car hier soir HautetFort refusait obstinément de m'insérer les photos dans le bon sens .. A O h 45 j'ai renoncé à lutter..

Remarquez c'est un style.


Du coup, je ne vous inflige pas toute la série.. Je ne voudrais pas être la cause d'arrêts de travail en chaîne..


IMG_0250.JPG

IMG_0249.JPG

IMG_0248.JPG

IMG_0235.JPG
IMG_0233.JPG
IMG_0232.JPG
IMG_0230.JPG



 

Cosy, non ?

 

Si quelqu'un de ma belle-famille tombe sur ce billet, je suis morte.


Et si quelqu'un peut me dire POURQUOI CES P... DE B.... DE M... d'images ne s'affichent pas dans le bon sens, je le remercie d'avance et je le couvre de pétales de roses.

Et je lui lègue mon Mac et mon Iphone quand ma belle-famille aura dépecé mes membres et les aura jetés à la Seine : ils sont barbares, ce sont des Normands descendants des vikings en ligne droite.

Au secouuuuuuuurs.


Edit : merci à Nekkonezumi qui a trouvé la solution, les photos importées de l'Iphone sortent couchées. Il faut probablement passer par un logiciel de traitement photo. Un logiciel Mac gratuit en téléchargement à me recommander ?

Re-Edit : problème solutionné : je vous présente donc TOUTE la collection dans le bon ordre !



06:03 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (55) | Tags : normandie, rouen, week-end, belle-famille | |  Facebook | |  Imprimer | |

27/10/2009

In the mood for Boire...

1ère partie : TU VAS LE GOUTER TON VERRE, OUI ???


Le vin et moi n'avions pas jusqu'à présent trouvé un terrain d'entente.

L'idée d'un week-end de dégustation oenologique était donc pour moi aussi biscornue que d'amener un fan de Motorhead à une représentation de la Flute Enchantée de Mozart ou d'envisager une expédition polaire en compagnie de Paris Hilton.


Mais je ne suis pas femme à rester sur un échec. Et comme désormais j'ose tout, y compris l'impossible, y compris même affronter la province et ses dangers - vous savez comme moi qu'en province la campagne est dangereusement près des villes, que les indigènes ne parlent pas la même langue que nous et qu'ils ont des moeurs étranges comme ramasser les champignons, par exemple - j'ai pris ma valise d'une main, mon Voici dans l'autre (saine lecture pour la route) et sauté vendredi après-midi dans le TGV direction Bordeaux avec la grâce d'un hippopotame femelle à qui on aurait promis une triple ration de foin.


Pour un week-end d'initiation vinicole.

Je le redis pour les éventuels lecteurs qui auraient déjà perdu le fil.


Après une arrivée groupée, où j'ai récupéré Frannso qui m'a sauté dessus comme un pou sur une tignasse, nos valises posées dans un hôtel du centre de Bordeaux, juste le temps de se rafraîchir et hop, direction un sublime bar à vin pour une première dégustation accompagnée de charcutaille locale mais néanmoins... locale.

En compagnie de notre charmante hôtesse, Catherine qui nous a supporté pendant deux jours avec une gentillesse confondante. Et de notre guide spécialisée dans le vin, Nathalie

IMG_6444.JPG
IMG_6445.JPG



Je ne peux pas vraiment dire que cette première dégustation m'a réellement bouleversé..

En revanche pour colmater la descente de jaja, j'ai avalé tellement de tartines de charcute que mon taux de cholestérol est au taquet pour les deux ans à venir.

Enfin bref.


Dégustation suivie d'un diner dans une brasserie du centre de Bordeaux au menu ... comment dire ... bon, très bon mais du style à revigorer l'équipe de France de rugby à XV avant qu'ils affrontent les All-Blacks.

Entre les tartines de charcute de l'apéro, l'entrée et le plat, j'étais tellement lestée que je n'ai MEME PAS PRIS de dessert..

Rendez-vous compte.


Lestée et également un peu pompette, je dois l'avouer. Si bien que Frannso et notre hôtesse Catherine m'ont ramené à l'hôtel qui devait se trouver à la distance pharamineuse de 2 minutes à pied du restaurant de peur que je me perde dans la nuit Bordelaise...

Et qu'une fois rentrée à l'hôtel j'ai rappellé Catherine au téléphone pour la persuader que le passage à l'heure d'hiver avait lieu dans la nuit. Elle a du user de toute sa diplomatie pour m'expliquer très lentement que non, le passage à l'heure d'hiver se faisait le lendemain, dans la nuit de samedi à dimanche... Et que je ne la dérangeais pas, mais qu'en revanche, il faudrait vraiment que j'aille me coucher..

Ce que j'ai fait.

Après une nuit réparatrice, passage au choses sérieuses.

Cours d'oenologie..

Le matin, oui, carrément après le petit dej'.

Il paraît que c'est le moment où les papilles sont le plus ouvertes.. Comme les chakras en fait.

Et là révélation : Nathalie nous a patiemment expliqué le terroir et l'origine des vins de Bordeaux. Leur "fabrication" - les vins de Bordeaux sont des assemblages de plusieurs cépages contrairement à d'autres terroirs qui sont mono-cépages. Mais aussi ce qu'est une caudalie (la persistance du vin en bouche mesurée en temps)  comment reconnaître l'âge d'un vin par sa couleur, identifier les différents arômes, pratiquer l'examen olfactif puis gustatif et enfin à savourer le divin breuvage..

Et je vous assure qu'au bout de deux heures, moi qui jusqu'à présent ne sentais pas grand chose d'autre qu'une odeur d'alcool quand on me mettais un verre de vin sous le nez, je peux désormais me la péter dans les diners en ville en disant "chérie ton vin est jeune, 2-3 ans maxi, et il a des arômes de framboise, je dirais à vue de nez un Bordeaux Clairet 2007"

La classe.

En plus d'apprendre à identifier le vin, je suis tombée dans le Sauternes. Carrément au fond de la cuve on pourrait dire..

C'est-à-dire qu'au lieu de le recracher lors de la dégustation comme il est d'usage, j'ai - euh comment dire - avalé l'affaire..

Plusieurs fois de suite, même..

Et ce n'était qu'un début.


IMG_6456.JPG

 

IMG_6454.JPG


IMG_6458.JPG



Jeudi je vous expliquerai comment j'ai failli devenir chatelaine et mangé de la cuisine moléculaire. Mais bonne.. Très bonne..

Demain on alternera avec... vous verrez bien..

Z'avez qu'à revenir demain après tout

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (30) | Tags : bordeaux, vin, week-end | |  Facebook | |  Imprimer | |

07/12/2008

Killah, killah babe..

Pourquoi ce titre ??

Attendez les foules, je viens de passer 2 jours dans la brousse, il faut que je fasse staïle quand même, pour remonter le niveau..

J'ai le droit MOI AUSSI d'utiliser des titres anglais qui ne veulent rien dire pour faire genre je maîtrise la langue de Shakespeare et je me la pête...

D'abord, je fais ce que je veux, c'est mon blog...

Je n'aurais qu'une chose à vous dire : J'AI SURVECU !

OUI, j'ai survecu au froid, à l'herbe, au brouillard, au feu de bois dans la cheminée aux magasins fermés jusqu'à 15 HEURES.

Même si j'ai du incurgiter les INFOS REGIONALES FR3 NORMANDIE : le téléthon en direct de Beuzeville la Grandière - INCREDIBEULE, QUESTIONS POUR UN CHAMPION et MEME

L'ELECTION DE MISS FRANCE...

Sur laquelle, je vais revenir...

OUI J'AI SURVECU... Je me suis bourrée de pâtisseries pour tenir le choc mais, telle Terminatrice, JE SUIS BACK !!!

Après avoir embrassé le chat - qu'on a lâchement abandonnée 48 heures - et mon ordinateur - l'amour de ma vie, je peux à nouveau COMMUNIQUER autrement qu'en parlant de coefficent de marées, du temps qu'il va faire demain et de la guerre de 40-45 (le père de mon meuri est très gentil, mais - comment dire - un peu en boucle)

Ceci dit, comme je le disais plus haut ça m'a donné l'occasion de voir le défilé de potiches samedi soir...

Et là ...

MOUHAHAHAH.jpg
Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise d'autre.
Pour débuter une présentation des cousines dans des décors virtuels dignes de la maison de Barbie avec lancer de pétales de fleurs et robes tout droit sorties... De je ne sais pas où d'ailleurs. Je n'aurais jamais PENSE que ce genre de robes existait autrement que dans la garde-robe de Barbie, justement...
Ensuite
  • Ballets divers avec présentage des potiches par douzaines. Les dites potiches étant censées danser... Euh...
  • Un coup de Genevieve de Fontenay.. Je croyais que j'exagérais. Mais non, elle est réellement complètement gâteuse.
  • Un coup du jury présidé par Line Renaud. Complètement gaga aussi la vioque. Avec la participation d'un Benoit Poelvorde halluciné dont tout le monde se demandait ce qu'il faisait là, lui le premier
  • Défilé en costumes régionaux totalement fantaisiste. Le premier qui ose m'affirmer que Miss Paris portait le costume régional parisien, je lui colle une beigne. Le costume régional parisien est un smoking pour femme noir avec des stilletos, tout le monde le sait, pauv' cloche...
  • Justification de la non présence de Miss France 2008  - celle qu'a posé à oualpé : elle est à Los Angeles, elle tourne un film pour devenir un star internationale : MOUAHAHAHHA
  • Défilé en maillot vert immonde
  • Elimination de la majorité des potiches
  • Sélection des 12 potiches en chef, très moches pour la plupart, sauf 2/3 baisables..
  • Re-défilé en je ne sais même plus quoi (à ce stade, je commençais à m'endormir) - mais moche.. Avec Miss Guadeloupe qui se prend une gamelle...
  • Sélection des 5 finalistes
  • Défilé des 5 FINALISTES EN - OH MON DIEU - J'AI JAMAIS VU CA - des robes qui sont un croisement entre le lac des cygnes, une choucroute et une tenue de tektonik (pour la couleur)
miss_france_2009_image_diaporama_paysage.jpg
  • Discours des finalistes - OH MON DIEU - FAITES LES TAIRE - elles émettent des ultrasons qui bousillent les neurones.
  • Votation finale et élection de la super-potiche... Avec Geneviève de Fontenay qui bloblotte en boucle toute seule derrière. Le technicien son avait oublié de lui couper le micro..
Du début jusqu'à la fin, je n'ai à aucun moment compris l'utilité de ce truc...  A part faire défiler des potiches dans des tenues immondes..
Si quelqu'un veut bien m'expliquer, il ou elle aura ma reconnaissance éternelle...

Ah, oui, au fait, Miss France 2009 s'appelle Chloé Mortaud, comme la saucisse du même nom...

Sinon, pour la surpraïse du samedi, je déclare unilatéralement que c'est DAYDREAMER qui est la plus méritante... Elle s'est vraiment creusée le ciboulot pour me donner envie d'aller tâter du Hermès...
Toutes celles qui ont cité Céline Dion, sont éliminées, bien sûr..

Daydreamer a gagné... Une surprise, qu'elle aura la surprise de recevoir.. MOUAHAHAHA...

 

Et il ne vous reste plus que 24 heures pour voter dans le sondage ci-contre pour votre "Faites-moi rire" favori. Les oeuvres des participants sont LA.


19:14 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : week-end, normandie, miss france | |  Facebook | |  Imprimer | |

01/08/2008

FAICHE...

Oui, ce week-end est un week-end faiche.

Qu'entends-je par là ? Pas grand chose, en raison de la surdité galopante liée à mon grand âge...

Faiche donc est une expression non-copyright Manu, mais inventée par la dessinatrice Claire Brétecher dans sa BD Agrippine (qui décrit les aventures drôlissime d'une ado et de son entourage) et qui est la contraction de "Fait chier".

Pourquoi ? Parce que ce week-end va être consacré à la récupération et à l'éjection en mode rapide de l'héritier n°2.

Monsieur menant une vie de jet-setter qui nous coûte un bras, arrive demain matin à l'aube direct de sa colonie de vacances située à Briançon à pour repartir dimanche midi à l'aube (car le dimanche je fais habituellement la grasse) en Angleterre.

Donc il va falloir que je me lève à 5 heures du mat' que je déballe la poubelle - car le sac d'un ado qui rentre de colo tient plus de la décharge municipale que de la valise standard - lave, repasse, nourrisse, remballe et réexpedie l'engin.

Même pas un pt'it coup à boire avec des potes de prévu.

Moi à qui on avait fait croire qu'avoir des enfants, c'était les voir une fois par semaine et leur tapoter leurs boucles blondes (ou brunes, peut importe, du moment qu'il y a boucles) en leur demandant "as-tu été sage à l'école". Et qu'il me répondraient "Oh oui, maman, j'ai eu dix sur dix dans toutes les matières". Et que plus tard vers 15-16 ans, pendant que j'écouterais du mozart le soir au coin du feu, il viendraient me voir en disant "mère, ne vous levez surtout pas, nous vous avons apporté votre étole, car il fait un peu froid, et une tasse de tisane pour vous aider à vous endormir"...

... On m'aurait menti ?

Car en fait de m'apporter une tisane au coin du feu, ils se contentent généralement de tendre la main en grommellant "sssenseuros". Traduction "t'as pas 100 Euros ?".  

Ce à quoi je le réponds "Y'a marqué quoi sur mon front, là tout de suite, ... BNP ? (ou Crédit Agricole, Société Générale, HSBC, selon l'humeur du jour)... Non, bon alors, dégage..."

Le week-end faiche a d'ailleurs commencé ce soir par un tour à la poste pour aller quérir le PIF envoyé par Lili...

Car voyez-vous notre gardien a été viré pour incompétence. Et pour ne pas être compétent pour sortir une poubelle, faut y'aller quand même! Le susdit  faisant par ailleurs de la résistance en refusant de quitter la loge qui est, normalement, un logement de fonction. Après jugement, il a été officiellement expulsé, mais ne s'exécute pas, espérant certainement atteindre  la date fatidique de la période d'hiver qui lui permettrait de passer encore quelques mois au chaud aux frais de la princesse sans possibilité de faire intervenir manu militari les forces légales.

J'ai suggéré de faire intervenir en toute discrétion mes potes du 9-3 pour un petit passage à tabac, l'air de rien, histoire de lui filer la trouille. Mon meuri - qui est un membre éminent du conseil syndical - m'a regardé comme si je venais de lui avouer qu'en fait, j'étais un homme, avant...

Du coup, pas d'embauche possible de gardien pour le moment faut que je récupère tous les colis au bureau de poste. Car le facteur passe toujours quand t'es pas là... C'est mieux, ...

La Poste étant la représentation que je me fais de l'enfer sur terre - avec le job de vendeuse dans un magasin Damart (vous avez déjà vu un magasin Damart ? Si si, je vous assure, en plus du catalogue, ils ont des magasins).

Quoiqu'aujourd'hui malgré l'habituelle attente d'une demi-heure pour récupérer un pauvre paquet, c'était plutôt marrant. Deux personnes ont failli se taper dessus : une vieille dame à respirateur et un antillais irascible à fort accent, avec au milieu le responsable de guichet qui tentait de les séparer. 

Bisous à mes potes Antillais - que j'adore par ailleurs.

Donc faiche, faiche, faiche aujourd'hui, demain et après-demain.

Il y a quand même quelques trucs qui me mettent du baume au coeur... Le Pif de Lili, qui est absolument sublime... Un chat tricoté tout en poil de Yéti du Ladakh (extrêmement rare). Le poil du yéti du Ladakh étant récolté uniquement par des vierges à la Nouvelle Lune et à la pince à épiler, vous imaginez la rareté du truc. J'ai voulu mettre une photo, mais l'héritier n° 1 a planqué l'appareil on ne sait où... (faiche, ce gosse).

Dès qu'on remet la main dessus je vous mets le Pif on-line.

Aussi, j'ai lu que le disque de Carla Brubru marchait moyennement. Après une première semaine sur les chapeaux de roue, boostée entre autres par une promo éhontée de certains médias cire-pompes et un effet de curiosité, les ventes se tassent nettement. C'est normal, faut pas prendre les gens QUE pour des cons.

Voilà, c'est donc parti pour un week-end sans intérêt...

J'espère que ma note, elle, en a un peu plus, de l'intérêt. Et vous alors, ce week-end ?

9782901076186_cg.jpg
 

20:03 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : week-end | |  Facebook | |  Imprimer | |